Dire l’évènement… et le nommer : L’Amérique, découverte ? Inventée ? Rencontrée ? De la difficulté à être lorsque les mots ne sont pas là pour le dire.

par Estrella Ruiz-Galvez Priego

lopez de gomara iconografia EstrellaEdmundo O’Gorman, Marcel Bataillon, Silvio Zavala, Miguel León Portilla Leopoldo Zea et autres devant l’évènement.

  1. Nommer ce Monde Inconnu

« Très souverain seigneur : Le plus grand évènement depuis la création du monde, à part l’incarnation et la écoutermort de celui qui l’a créé, c’est la découverte des Indes qui par conséquent furent appelées le Monde Nouveau. On ne l’appela pas tant Nouveau parce qu’il était nouvellement découvert mais plutôt parce qu’il est très grand, presque aussi grand que l’ancien, qui contient l’Europe, l’Afrique et l’Asie. On peut aussi l’appeler nouveau pour toutes ses choses très différentes de celles de notre monde. Les animaux en général, bien qu’il y en a peu d’espèces, sont faits autrement, le poisson dans l’eau, les oiseaux du ciel, les arbres, les fruits, les herbes et le grain de la terre, qui n’est pas petite considération du Créateur, étant les éléments de même nature ici comme là-bas… ».

C’est dans ces termes que Francisco Gomez de Gómara (1511-1566) s’adresse à Charles V pour lui présenter son livre sur l’Histoire Générale des Indes, qui comprend – comme il est dit dans son titre- une première et une seconde partie de l’Histoire générale des Indes avec toute la découverte et les choses notables qui ont eu lieu depuis qu’elles ont été gagnées jusqu’à l’année de 1551, avec la conquête du Mexique de la Nouvelle Espagne[1].

Ce titre et la lettre d’accompagnement appartiennent à la troisième réédition d’un ouvrage paru en 1552. Dans cette nouvelle édition -savamment augmentée par son auteur- le titre d’origine, se voyait quasiment remplacé par un Hispania victrix ! vibrante acclamation latine qui, figurant en première de couverture et occupant toute la partie haute de la page, faisait office de préambule introducteur pour le reste du titre.

C’est donc en proclamant le triomphe de l’Espagne, que débutait la troisième édition de l’ouvrage dont le succès semble être allé de pair avec celui de sa nation car édité une première fois à Saragosse en 1552 (Agustín Millán 1552), il fut réédité l’année suivante en 1553, toujours par Millán à Saragosse. Le livre, après l’édition de Medina del Campo que nous venons de citer, connaissait en 1554 une première édition anversoise (Martin Nuntius)[2] plusieurs fois rééditée la même année de 1554, et une nouvelle édition à Saragosse (Pedro Bermuz), certes agrémentée de nouveaux commentaires et notices sur les conquêtes du Mexique et du Pérou. La deuxième partie de cette édition de Saragosse, consacrée à la conquête du Mexique, était dédiée à Martín Cortés y Zúñiga, deuxième Marquis Valle de Oaxaca…[3] et c’est possiblement à la ferveur de cette dédicace que l’on doit l’interdiction de réimpression qui frappa l’ouvrage dès 1556 ; interdiction qui, par ailleurs, n’empêchât point les traductions et rééditions françaises, allemandes, italiennes et même anglaises, car le monde était friand de notices sur cet évènement dont seuls les livres pouvaient donner notice.

Ce qui frappe dans ce titre que Gómara donne à son livre, ce que souligne la lettre de présentation qu’il adresse au roi, c’est – au-delà de la fierté devant la magnitude de l’exploit- la conscience de sa singularité, le sentiment de surprise devant son caractère, l’insolite, l’émerveillement devant tant de choses si différentes, si grandes, si étranges… bref, l’étonnement devant l’indicible nouveauté[4] de ce monde qui exige des mots nouveaux pour le dire.

D’ailleurs on le dit « Nouveau », mais si on suit le raisonnement de Gómara ce « nouveau » ne fait pas allusion à sa « nouveauté » essentielle[5], mais au fait de sa taille qui le rend comparable au monde ancien le « monde » par excellence… En fait le territoire « découvert » semble être un « autre » monde qui, tout en étant en tout -taille et qualité – comparable à l’ancien, est « autre » et différent…les animaux, les plantes… tout, « sauf les hommes qui eux sont comme nous ».

Son livre – de lecture très amène -, raconte les faits : c’est-à-dire, les épisodes de la « découverte ». Les avatars de cette épopée qui n’est point le fruit du hasard mais qui a trouvé un monde dont on a mis un certain temps à connaître la vrai nature. Lopez de Gómara raconte -admirablement- les choses que ses compatriotes ont faites et vues, dans ces terres que l’on continue à appeler « las Indias » au pluriel, car le singulier est déjà utilisé pour nommer « cette province d’Asie parcourue par le fleuve Indus… »[6]. En fait on ne sait pas bien quel nom donner à ces terres parce que l’on a mis un certain temps à savoir ce qu’elles pouvaient être véritablement … On les a estimées comme étant un prolongement du bloc des terres qui vont de l’Europe à l’Asie, ou alors une grande île ? Celle de Cipango ? Peut-être l’Atlantide perdue… ?

Il faudra un certain temps avant que l’on arrive à leur trouver une appellation spécifique, appellation, parce qu’en réalité ces terres n’ont pas eu de véritable nom de « baptême ». Il se trouve en effet que cet immense territoire va être identifié d’après le nom donné à la carte qui reproduit sa surface… celle, où pour la première fois, on pouvait voir la véritable nature continentale des nouvelles terres. Elle avait été dessinée par Amérique Vespuccio (Florencia 1451-Sevilla 1512), cosmographe au service de la couronne d’Espagne, et nommée d’après son nom à lui ; la surface reproduite étant, quant à elle, anonyme.

Autrement dit : c’est la carte qui, désignée par le nom de son auteur et ayant atteint une large diffusion grâce à la gravure, montre la totalité de l’entité géographique, qu’elle reproduit[7].

Cette absence de véritable nom nous dit beaucoup sur le statut de ces terres ; sur les interrogations et les doutes quant à l’essence même de la chose « découverte ». Beaucoup sur les doutes « existentiels » qui ont accompagné la « venue au monde de ce cinquième continent », or il est dit dans la Bible que « nommer c’est donner existence, car le nom dit l’essence », et on peut donc soutenir par un raisonnement à contrario que l’absence de nom dénonce l’absence d’existence ou du moins l’absence de conscience quant à l’existence en propre de la « chose ».

Pour Gómara, comme pour les autres Européens, l’identité de ce monde dit « nouveau », ou du moins la « nouveauté » de son identité, naît et existe dans son rapport à l’Espagne, car c’est elle qui se trouve à l’origine de sa révélation au monde.

On peut donc parler en termes de « découverte » « d’accouchement » de « rencontre » ; voir « d’invention » – si l’on suit le raisonnement de Edmundo O’Gorman – mais au commencement il y a toujours l’Espagne et le poids de cette dépendance existentielle constitue un problème majeur pour l’américanisme issu des indépendances, ce d’autant plus que les indépendances ont été le fait de la minorité créole descendante directe des conquistadors. De ce fait, et pour achever la rupture, ils se sont trouvés devant la nécessité intellectuelle et morale de se chercher des nouvelles origines afin de se forger une identité propre qui, en accentuant ce qui peut marquer les différences, puisse justifier la rupture de l’indépendance.

Pour cette Amérique, la question des origines, la question de savoir qui on est ? Ou alors, la question d’arriver à définir ce que l’on voudrait être, se pose donc en termes dramatiques, or si la quête d’une nouvelle identité peut être commune à toutes les républiques de l’Amérique hispanique, nulle part ailleurs que dans le Mexique moderne voir contemporain, elle s’est posée avec autant d’acuité et de violence. Un contexte polémique qui donne lieu au discours historico-philosophique de Edmundo O’Gorman autour de l’idée de « découverte » de l’Amérique, et de l’identité mexicaine, souvent confondue avec celle de tout le continent.

On doit à O’Gorman des écrits qui par l’originalité de leur approche rentreront en féconde opposition avec les visions d’autres historiens, dont Marcel Bataillon, Silvio Zavala, Leopoldo Zea, ou Miguel León Portilla. Des divergences qui vont prendre forme autour des mots pour le dire ; des mots qui vont rendre compte de l’évolution et du degré de conscience identitaire des républiques hispaniques et très concrètement du Mexique.

Les festivités commémoratives, celles du Vème Centenaire de la découverte de l’Amérique, fourniront l’occasion et le cadre pour l’exposition de ces points de vue divergents dont le discours s’articule entre 1958 et 1992.

 

2. De l’invention de l’Amérique à « l’invention » de la nation aztèque. Question de mots ?

« Selon ce que j’ai vu et compris, sur les similitudes existantes entre cette terre et celle de l’Espagne en ce qui concerne la fertilité et l’extension ainsi que le froid qu’il fait, et en beaucoup d’autres choses qui les rendent semblables, il m’a semblé que le nom le plus convenable pour cette terre était celui de Nouvelle Espagne de la Mer Océane et qu’on devait l’appeler ainsi. Aussi, et au nom de votre majesté on lui a donné ce nom. Je supplie humblement à votre hautesse qu’il veuille bien ordonner qu’elle soit nommée ainsi. »
Hernán Cortés à Carlos V. Segunda Carta de Relación, Sevilla 1522[8].

La lecture de cet extrait de la lettre adressée par Hernán Cortés à Charles V, rend aisément compte du statut particulier de ce territoire si lourdement marqué par le sceau de l’identité « familiale ». Ici la filiation est inscrite dans la ressemblance physique et dans le registre civil de l’Histoire…Elle porte le nom, du père « Océano » et de la mère Espagne… impossible de se soustraire à leur emprise !!!

Dans les faits, le Mexique était l’enfant chéri de la couronne et de ses sujets de la Péninsule. C’est peut-être aussi pour cela que les relations ultérieures ont été si difficiles. C’est aussi pour cela que c’est ici que l’on trouve les apologistes de l’Espagne et de son empire comme Alfonso Reyes et surtout Vasconcelos, l’idéologue n° 1 de l’Hispanité et de la Raza hispánica – qui n’a rien à voir avec Hitler, elle serait même à son opposé puisqu’il est le chantre du métissage -, mais aussi de furieux détracteurs apologistes d’un indigénisme qu’ils opposent à l’hispanisme très maltraité par les muralistes.

Le Mexique des années 40 sort d’une révolution qui a profondément transformé le pays. Le Mexique moderne s’est fait entre 1910 et 1940. En ces années, le pays a connu une formidable mutation sociale et culturelle, et la question de l’identité nationale a accompagné la révolution. Elle en est, en quelque sorte, sa cause mais aussi sa conséquence car c’est aussi pendant ces années que le Mexique a forgé le projet d’une nouvelle identité, qui passe par l’incorporation de la population indienne au projet national.

Si l’on croit Manuel Gamio[9], le Mexique des années 20 n’est pas encore une véritable nation. Elle serait plutôt l’habitacle de trois entités humaines bien différenciées, les Indiens, les Métis et les Blancs. Or pour faire une nation – et toujours d’après ce grand anthropologue qu’est Gamio – il faut d’abord une langue commune -l’espagnol-, une race homogène – une fois de plus le métissage dans la ligne de Vasconcelos -, une personnalité commune, – celle qui se formera à l’ombre du maître d’école qui devra être socialiste et athée – et une Histoire commune. Et c’est là que le bât blesse, et que les questions se posent :

Où commence véritablement l’histoire du Mexique ?

Qu’est-ce donc que le Mexique ?’

Questions métaphysiques autant que physiques, qui ont été et qui sont débattues sans cesse donnant lieu à d’interminables polémiques où l’indigénisme prend -de plein droit- une place grandissante et où l’Anthropologie, l’Histoire, la Philosophie et la Religion, vont vouloir dire leur mot et pour ce qui est de la Philosophie et de l’Histoire, il faudra partir du magistère de José Gaos.

José Gaos (1900-1969)[10] est un Espagnol républicain, ancien recteur de l’Université de Madrid que la guerre surprend à Paris -lors de l’Exposition Internationale de 1937- et qui, invité para le gouvernement du Président Cárdenas, va venir s’installer à Mexico pour fonder avec Alfonso Reyes et Dario Cossío Villegas le Colegio de España qui donnera naissance au Colegio de México, aujourd’hui la plus haute instance intellectuelle du pays. Le José Gaos qui arrive à Mexico a 38 ans et est encore très influencé par Ortega y Gasset dont il a été l’élève préféré. Il enseigne une philosophie de la « circonstance » qui porte la marque de son maître.

Comme élève de Ortega il est aussi suiveur de Heidegger et de Husserl. On lui doit la première traduction de l’Être et le Temps[11] datée de 1951, une traduction qui est la deuxième de l’ouvrage – la première étant la traduction japonaise. Gaos, qui a pris à sa charge l’élaboration d’un programme d’enseignement de la philosophie, exerce un véritable magistère en la matière, et compte parmi ses élèves Miguel Léon Portilla, Leopoldo Zea, mais aussi à Edmundo O’Gorman qui lui voue une amitié empreinte de respect.

En somme, comment ne pas remarquer l’importance de la présence espagnole dans cette nouvelle « découverte » du Mexique ? C’est en très bonne partie dans le magistère espagnol et dans la pensée espagnole qu’il faut aller trouver les origines de la nouvelle méxicanité ce qui n’est point un petit paradoxe. Les origines des démarches intellectuelles qui ont charpenté sa nouvelle identité, celles dont vont parler les lignes qui suivent.

 

II.1. « Del amor del historiador por su patria »[12]: Edmundo O’Gorman, De L’Idée de la découverte de l’Amérique à la notion de L’invention de l’Amérique (1958)

«El mal que está en la raíz de todo el proceso histórico de la idea del descubrimiento de América, consiste en que se ha supuesto que ese trozo de materia cósmica que ahora conocemos como el continente americano ha sido desde siempre, cuando en realidad no ha sido sino a partir del momento en que se le concedió esa significación y dejara de serlo en el día en que, por algún cambio en la actual concepción del mundo, ya no se le conceda”
O’Gorman. La invención de América

Edmundo O’Gorman (1906-1995) mérite un traitement à part, car dans le contexte de ces luttes et de ces polémiques sur « la nature de l’âme nationale », sa contribution constitue un cas particulier, par sa personnalité, par ces méthodes de recherche, et surtout par la dimension philosophique de son discours.

Notons d’abord que O’Gorman, contrairement aux historiens dont il vient d’être question, n’est pas un descendant direct d’Espagnols : son père est un ingénieur de mines irlandais. Bien entendu catholique, même s’il l’est discrètement.

Cet historien – philosophe est, de par sa formation première, un juriste. Rien d’extraordinaire à ce fait : la combinaison lettres/droit est une constante de la formation hispanique jusqu’aux années soixante du XXème siècle. C’est la formation d’un Américo Castro et d’un Dámaso Alonso ou de Silvio Zavala, mais lui, Edmundo O’ Gorman ne se contentera pas des seules études : il sera avocat pendant dix ans. Un jour il décide changer de métier et entreprend des études de philosophie et d’histoire. Il fera une historie-philosophique, une histoire des idées de discours précis, concis, aigu qu’il appelle « historiologie »[13]. De son métier d’avocat il aura gardé le goût pour la polémique, le sens de la repartie et la parole brillante, incisive et mortelle. Dans un espagnol parfait, d’une élégance quelque peu guindée qui affecte hauteur et distance. Ironie. La formation d’historien, celle surtout de philosophe, il va la faire auprès de José Gaos.

O’Gorman, quant à lui, va pratiquer ce que l’on peut qualifier d’historicisme vital car il entend que l’historien en tant que protagoniste de l’Histoire de son temps, est lui-même histoire. Toute son œuvre s’inscrit dans une sainte horreur du positivisme. Dès 1938, il est enseignant à l’Université Ibéro-americana et dirige un séminaire d’Historiographie mexicaine, il a accepté un poste mal payé de fonctionnaire documentaliste et travaille aux Archives de la Nation : pour lui, le rêve. Il sera très vite le directeur de la section d’Histoire et le restera pendant 15 ans tout en préparant la maîtrise de philosophie qu’il obtiendra en 1948 et le doctorat d’histoire (1951).

La notion de « découverte » comme acte officiel de naissance pour son pays, la question des origines, le travaille depuis ses débuts. D’ailleurs, sa reconversion professionnelle, le changement de métier, obéit primordialement à son besoin de savoir qui il est, lui, en tant que mexicain ? Et c’est l’un de ses premiers travaux en tant qu’historien qui va le mettre sur le chemin de l’enquête des origines, une réédition de L’Historia Natural y Moral de las Indias du père José de Acosta[14] qu’il entreprend en 1940

En 1951, O’Gorman publie La idea del descubrimiento de América[15]. Il ne s’agit point d’une histoire de la “découverte de l’Amérique” mais d’une histoire de l’idée de la découverte, c’est-à-dire : comment est-on venu à considérer que l’Amérique avait été « découverte ».

O’Gorman, aborde la question depuis la perspective ontologique de l’Histoire, c’est-à-dire en considérant l’Histoire comme le processus de fabrication ou de production des entités historiques.

De son point de vue, l’entité historique n’existe pas en elle-même, c’est l’homme et ses circonstances qui lui donnent entité, et bien évidemment, l’Amérique n’existait pas en 1492. A cette date on ne savait même pas ce qu’elle pouvait être, et le fait d’avoir su que ces terres, où Colon avait mis le pied, formaient partie d’un vaste territoire, ne suffisait pas à lui donner nom et entité. Impossible de découvrir ce qui n’existe pas. Impossible d’avoir l’intention[16] de « découvrir » l’Amérique alors que l’on ignore son existence. En filigrane, la question fondamentale est : mais, c’est quoi l’Amérique ?

-“Ducit amor patriae”-[17].O’Gorman aime son pays et il le dit. Ses enquêtes semblent conduites par et pour l’amour du Mexique, belle inconnue, belle à découvrir ; mais son livre sur l’idée de « découverte » méritât une critique extrêmement sévère de la part de Marcel Bataillon. Quarante-trois pages de reprise point par point qui méritèrent à son tour- une rapide et cinglante réponse de O’Gorman : Bataillon et lui parlaient de choses différentes… lui O’Gorman ne parlait pas de la « découverte » mais de l’idée de découverte…

En fait entre Bataillon issu du positivisme français[18], formé dans le principe du fait historique dûment consigné dans les archives, et O’Gorman embarqué dans le mystère de la production d’images, le dialogue était impossible. Le débat dur, mais poli et distant, termina par une publication où les deux thèses et les deux façons de faire se retrouvaient côte à côte, sans passerelles possibles[19]

Le pas suivant sera donné avec une nouvelle version de l’ouvrage qui apparaîtra en 1958 portant un titre très éloquent celui de l’Invention de l’Amérique[20].

Le terme d’invention mérite attention. Dans sa signification actuelle le terme sert à désigner le produit de l’imagination, c’est-à-dire la production d’images qui ont sa source dans la capacité inventive du cerveau humain. Issues de l’imagination et opposées aux réalités matérielles… Fictions. Cependant la racine latine du terme « in venire », venir à, permet de donner un autre sens au concept, celui de « trouvaille » « hallazgo », et tel paraît être le sens qui lui donne Perez de Oliva, premier à parler « d’invention » en parlant des Indes[21]. O’Gorman joue avec l’ambigüité du concept, qui est chez lui trouvaille, miroir et mirage. Car ici, l’Amérique est la surface réfléchissante qui permet l’apparition d’images, celles que le conquérant a déjà dans sa tête, car autrement on parlerait de « création » et comme il le dit O’Gorman « la création suppose la production ex nihilo et cela n’est possible que dans le domaine de la foi religieuse ».

L’Amérique n’a pas été découverte, tel que nous la connaissons, tel qu’elle apparaît aux yeux du monde n’est que le produit de l’imagination de ces espagnols qui arrivés en 1492 voyaient au travers des images mentales qui habitaient leurs cerveaux : des amazones, des fontaines de l’éternelle jeunesse, le jardin des Hespérides, au travers des catégories intellectuelles qui structuraient la pensée et hiérarchisaient les choix existentiels. Des là aussi que cette Amérique ait été le lieu de projection de tous les rêves européens, ce qui -fatalement- a fait d’elle une autre Europe, mais pas une copie conforme de la première, plutôt une Europe parfaite où les idéaux de la « vielle » » Europe pourraient prendre forme et se développer sans les entraves et les défauts de la première[22]. C’est ainsi que la couronne décidée à faire les choses au mieux s’occupa de patronner une christianisation parfaite, qui était fatalement inséparable de sa forme culturelle, latine et qui plus est, espagnole. Un catholicisme très combattu par la révolution socialiste et athée : la Cristiada en est la preuve[23]

O’Gorman entend l’invention de l’Amérique comme le résultat de l’expansion et les avancées de la culture de l’Occident qui se révèle « comme le seul projet vital de l’histoire avec promesse véritable, en vertu de la dialectique interne qui lui donne vie ».

Le livre connu un vrai succès et cinq éditions entre 1958 et 2012[24]. Son titre fut discuté, revu et revisité à maintes reprises[25], et donna lieu à des très fécondes réflexions, qui arrivent jusqu’à nous. D’ailleurs les commémorations du Cinquième centenaire de la « Découverte de l’Amérique » donnèrent lieu et occasion pour continuer à disserter sur la question des origines et le problème de l’identité, ce d’autant plus qu’en ce cinquième « 92 » il allait falloir compter sur la présence et les discours de la « nation aztèque », ou du moins nahua[26].

 

II.2. Miguel León Portilla et La visión de los vencidos (1959)

La visión de los vencidos de Miguel León Portilla, apparaît une année plus tard en 1959.

Miguel León Portilla, (1926) ; est d’abord philosophe, élève de José Gaos- mais aussi anthropologue, élève cette fois ci de Manuel Gamio -son oncle- et surtout du Père Angel Maria Garibay (1897-1967), linguiste grand spécialiste de la langue Nahuatl mieux encore, initiateur des études littéraires en nahuatl.

León Portilla, qui avait débuté ses études de philosophie par un projet de thèse sur Bergson –Las dos fuentes de la moral y la religion en Henri Bergson– (Les deux sources de la morale et la religion), tombe par hasard –à supposer que le hasard existe- sur des traductions de poèmes nahuas faites par Angel Maria Garibay, et décide collaborer dans le projet de ce dernier pour ce qui est de la résurrection de la littérature en langue nahua…Bien sûr, il commence par apprendre la langue qui dans sa transcription alphabétique est l’œuvre des missionnaires espagnols, et finira par présenter une thèse de doctorat sur la Philosophie Nahua.  La filosofía nahuatl estudiada en sus fuentes, 1956. En somme la philosophie aztèque.

León Portilla marche sur les pas de son maître Garibay. Celui-ci avait publié en 1953 une Histoire de la littérature nahualt, où il essayait de répondre à la question de savoir si l’on pouvait parler de littérature pour un peuple qui n’avait pas d’alphabet donc pas des « lettres » ?

La thèse de León Portilla se trouvait devant le même questionnement pour la Philo : Peut-on parler de philosophie chez les aztèques ?

Par où doit-on initier une histoire de la philosophie au Mexique ?

Peut-on le faire autrement qu’à partir de l’arrivée des espagnols ?

Pour lui comme pour Samuel Ramos et surtout pour Vasconcelos, l’existence d’une architecture élaborée comme celle qui existe dans le Mexique précolombien suppose l’existence d’une pensée de soi sur soi, mais force était de constater que de cette vision du soi sur soi, il n’y avait pas des preuves. Samuel Ramos et même Garibay- suivant les thèses de Levy Bruhl et de Frazer- affirmeront que dans le Mexique préhispanique il n’y avait pas eu ni philosophie ni science.

León Portilla contourne le problème en situant la notion de Philosophie au niveau du rapport du nom à son signifié. Il en déduit logiquement que le concept de philosophie tel que nous le connaissons est dans sa formulation, et dans le contenu de son énoncé le produit d’une civilisation, celle de la Grèce qui arrive aux bords de l’Amérique avec l’Espagne. Avec elle arrive aussi le signifiant de « personne », et celui d’« homme » avec le contenu conceptuel qui est inhérent aux principes philosophiques qui structurent la civilisation gréco-romaine… Cependant León Portilla, suivant ici à Ortega y Gasset, inversera les termes de la question.

Une science existe dit ce dernier lorsque sa pratique est nécessaire. En conséquence, dit León Portilla, même si les nahuas ne parlaient pas de la « Philosophie » ni de l’amour de la sagesse, le fait d’être des hommes les a forcés à réfléchir sur les causes premières…or toute réflexion ontologique est philosophie. Il s’agit d’arriver prouver l’existence d’une conscience de soi chez les nahuas, la conscience aussi de la nature des évènements qui se sont déroulés sur leur sol.

mexicanaPour trouver les preuves il va faire appel d’abord aux sources hispaniques, Fray Bernardino de Sahagun[27], (1499-1590) et à Fray Andres de Olmos[28] entre autres. C’est-à-dire à la langue -Olmos est l’auteur d’une des premières grammaires de langue nahua- et à la mémoire, celle que Fray Bernardino de Sahagun qui a recueilli dans son Histoire de la Nouvelle Espagne dont Garybay vient de faire une édition (5 volumes) les récits des indiens nahuas sur la conquête mais aussi sur leurs traditions et coutumes.

Des récits qui témoignent d’une conscience de soi. D’une conscience des évènements dont ils ont été sujets et objets.

Fort du succès de sa thèse il publie en 1959, La vision de los vencidos. Relaciones indigenas de la conquista.[29]. Le livre va connaître aussi de très nombreuses éditions.

 

II.3. Leopoldo Zea: Conciencia y posibilidad del mexicano 1952

Quant à Leopoldo Zea (1912-2004), il est aussi philosophe/historien, élève et héritier direct du même Jose Gaos et surtout de Ortega y Gasset[30]. Il a aussi commencé sa carrière par une thèse sur le positivisme au Mexique ; et c’est encore par indication de Jose Gaos qu’il se lance dans une enquête sur La Philosophie de l’Histoire américaine publié en 1976[31] après son premier voyage en Espagne : enquête sur l’être « américain » je dirai plutôt « mexicain ».
Zea dirige la colction Hiperion, “México y lo mexicano” où il publie Conciencia y posibilidad del mexicano 1952.

 

3. Le V Centenaire de La « découverte ? La rencontre ? de l’Amérique ?

Dès 1982 Felipe Gonzalez avait fait savoir aux gouvernements et aux instances universitaires de toutes les républiques hispaniques -et autres- que l’Espagne se préparait à célébrer le Cinquième centenaire de la « découverte ». Une invitation générale à participer à l’événement est envoyée urbi et orbe sous ce titre qui d’ailleurs avait déjà servi en 1892 sans que personne n’ait trouvé rien à dire ni à redire sur l’énoncé… mais en 100 ans le monde avait changé et les choses en 1992 étaient devenues différentes.

Le travail des élites mexicaines –en particulier- attachées à donner consistance matérielle à l’idée d’une civilisation aztèque et donc à l’existence d’un principe de civilisation et d’une conscience d’être antérieures à l’arrivée de l’Espagne, avait abouti à des résultats que des universitaires comme Miguel León Portilla et Leopoldo Zea -fer de lance de ce projet identitaire-, estimaient incompatibles avec l’idée de « découverte » : en somme ce n’était pas parce que les européens ignoraient son existence que l’Amérique n’existait pas…

L’Amérique existait déjà elle n’a pas attendu l’arrivée des espagnols pour commencer à être…Du coup le terme de « découverte » devenait l’expression du seul regard de l’Europe sur un évènement qui affectaient les deux rives de l’Océan…

Selon Leopoldo Zea et Miguel León Portilla il vaudrait mieux parler de « rencontre », et quoique l’on ait pu faire remarquer que le Mexique élargissait à toute à toute l’Amérique un discours qui dans son argumentation mettait en avant des faits qui concernaient surtout le Mexique, le titre proposé fut accepté para « la maison mère », ou plutôt, on accepta l’idée de « rencontre » … Restait à définir de qui avec qui ou avec quoi… cultures ? mondes ?

Or depuis 1985, un peu avant la création de la Commission Nationale Conmemorativa del Quinto Centenario del Encuentro de Dos mundos, commission présidée par Miguel León Portilla promoteur de l’énoncé du titre, commence une polémique épique qui concerne directement l’élite mexicaine

Dès le départ le terme de « rencontre » fut rejeté par Silvio Zavala[32] qui le considère tout à fait impropre. Quant à O’Gorman qui était alors président de l’Académie mexicaine de l’Histoire il n’hésite pas à qualifier le titre de « fallacieux », ce en 1987, dans la Revue Quinto Centenario[33], en arguant qu’il n’y avait pas eu ni rencontre ni découverte vu que l’Amérique en 1492 n’existait pas puisqu’on ne savait même pas où on était… Il valait mieux fêter la date avec le nom qu’elle portait depuis de décennies fête de la Race où fête de la « hispanidad ». La polémique -pas très courtoise-, se déroulait en publique dans les journaux[34]

En mars1988 Léon Portilla devant les attaques de O’Gorman renonçât à la présidence de la commission quant à O’Gorman, argüant le refus de débat sur le sujet de Portilla démissionna de la présidence de l’Académie de l’Histoire.

La présidence de la Commission du Cinquième Centenaire passa sous la responsabilité de Leopoldo Zea.

Zea, en 1985 ; en plein dans la préparation du V Centenaire, avait parlé de l’évènement en termes dichotomiques « Descubrimiento o Encubrimiento ; et en 1989 il avait coordonné un livre El descubrimiento de America y su sentido actual [35]

En 1990 et dans un autre ouvrage –Descubrimiento e identidad latino americana– toujours coordonné par lui, un des chapitres titrait avec un zeste de provocation : « Que faire de 500 ans d’histoire » ? [36].

O’Gorman quant à lui, toujours sur la brèche, répond dans le journal La Nation ;

« Que faire de Leopoldo Zea ? [37] ;

La bagarre sur les mots et les choses continuèrent ainsi pendant les années qui suivirent l’évènement et, en conséquence, moi aussi je pourrai continuer pendant des heures à vous assommer avec des citations… mais je pense vous avoir dit assez pour vous faire comprendre quelque chose que vous savez déjà : le nom dit l’essence, mais le nom c’est nous qui le donnons et nous nommons d’après notre perception des choses.

D’après les circonstances qui conditionnent notre perception.

Dans cette querelle de mots, ce qui se pose est, une fois de plus, la question des origines, et « le mal à dire » éprouvé par le Mexique, révèle le mal être du Mexique devant le poids de la dette envers la Mère patrie…Son mal à être

Pour le reste je passe le mot à Ortega y Gasset si présent ici aujourd’hui, car je fais miens les « mots » à lui :

«Al hombre no le es dado ningún mundo ya determinado solo le son dadas las penalidades y las alegrías de su vida. Orientado por ellas tiene que inventar el mundo (…) No hay modo de entender bien al hombre si no se repara en que la matemática brota de la misma raíz que la poesía, del don imaginativo»

Ortega y Gassset, Ideas y Creencias, Alianza Editorial, Revista de Occidente, 1965.

 

[1] Gómara, Francisco López de, Primera y Segunda parte de la Historia general de las Indias, con todo el descubrimiento y cosas notables que ha acaecido desde que se ganaron hasta el año de 1551. Con la conquista de la Nueva España, Medina del Campo, Guillermo de Millis, 1553.

[2] Historia General de las Indias con todos los descubrimientos y cosas notables que han acaescido en ellas desde que se ganaron hasta agora, escrita por Francisco López de Gomera, clérigo. Añadiose de nuevo la descripción y traça de las indias con una Tabla alfabética de las Provincias, Islas Puertos Ciudades y nombre de conquistadores y varones principales que allá han pasado, en Amberes por Martin Nuntius 1554. Cette édition fut réimprimée, toujours à Anvers, et la même année de 1554, par Jean Steelsius, par Juan Bellero, et par See Sabin.

[3] Deux fils de Hernán Cortes portaient le nom de Martín – ce en l’honneur de Martín de Monroy, père du conquistador – le fils de doña Marina « la Malinche », et le fils de Doña Catalina de Zúñiga. Le fils de doña Marina avait été légitimé et poursuivait sa carrière de gentilhomme, mais les deux frères se sont trouvés impliqués dans ce qui paraît la première manifestation de revendication créole face à la couronne.

[4] La « nouveauté » apparaît signifiée tant sous forme de l’adjectif « nouveau » que de l’adverbe modal « nouvellement », à raison de quatre récurrences en quatre lignes.

[5] Lopez de Gómara insiste sur la totale égalité essentielle des éléments qui composent les deux mondes : « étant les éléments de même nature ici comme là-bas ».

[6] Gómara se lance là-dessus sur une explication un peu tordue (peu convaincante ?) pour arriver à relier ces « Indes » à l’Espagne. D’après lui, « de cette Inde orientale sont partis beaucoup d’hommes qui sont venus peupler l’Ethiopie qui se trouve entre la Mer Rouge et le Nil, terre qui est de nos jours, dit-il, – entre les mains de Preste Jean – (…) et c’est des Indes du Preste Jean avec qui les portugais avaient commerce depuis longtemps que nos Indes ont pris le nom (…) et c’est ainsi que Colon les nommait. Ceux qui pensent que Colon était un grand cosmographe croient qu’il les a appelées « les Indes » à cause de l’Inde d’Orient, car au moment où il les a « découvertes », il cherchait l’île de Cipango qui se trouve du côté de la Chine ou Catai, et qu’il a pris la décision de marcher derrière le soleil au lieu d’aller à sa rencontre, pensant arriver plus vite… » Gómara López de, Historia General de las Indias, Ediciones Q, Madrid 2015, Cap. XVIII, “Por qué se llamaron Indias”, p. 36.

[7] C’est la rapide diffusion atteinte par l’Universalis Cosmographia (1507) éditée par Martin Waldseemüller en Alsace, où pour la première fois apparaissaient dessinés les contours continentaux des nouvelles terres, à l’origine de l’assimilation entre l’auteur de la carte géographique et les terres reproduites, ce depuis…. O’Gorman – la Invención de América, cit., analyse très finement la théorie continentale de Amerigo Vespuccio.

[8] …Por lo que he visto y comprendido cerca de la similitud que toda esta tierra tiene a España, así en la fertilidad como en la grandeza y fríos que en ella hace, y en otras muchas cosas que la equiparan a ella, me pareció que el más conveniente nombre para esta dicha tierra era llamarse Nueva España del mar Océano, y así en nombre de vuestra majestad se le puso aqueste nombre. Humildemente suplico a vuestra alteza lo tenga por bien y mande que se nombre así”. Hernán Cortés à Carlos V. Cartas de Relación, Segunda Carta de Relación; Sevilla 1522.

[9] Gamio, Manuel, Forjando Patria, Méjico, Editorial Porrúa, 1916

[10] Gaos avait été d’abord élève de García Morente et de Javier Zubiri, mais sa formation première à partir de l’Histoire de la Philosophie, induira chez lui une vision « historicista » de la philosophie, qui explique aussi la tendance de ses élèves à la vision philosophique de l’histoire.

[11] Heidegger, Martin, Sein und Zeit, SCM Press, State University of New York Presss, Harpers Collins, 1927, versión española de José Gaos, Ser y Tiempo, México, Fondo de Cultura Económica, 1951.

[12] Titre donné par O’Gorman à l’allocution prononcée à l’occasion de la réception du Premio Nacional de Artes 1974, Centro de Estudios de Historia de México, Condumex, 1974.

[13] Ce terme d’historiología qui n’est pas sans rappeler l’Iconología de Erwin Panofsky, renvoie toujours à un deuxième niveau dans la perception du sujet. Un niveau qui se situe au-delà du récit des faits ou de la perception première des images et qui voudrait pénétrer le sens, la logique interne des sujets…

[14] Acosta, Joseph de, Historia Natural y moral de las Indias, en que se tratan las cosas notables del cielo elementos metales plantas y animales dellas y los ritos y ceremonias leyes y gobierno de los indios, compuesto por ——- Sevilla 1590. Estudio preliminar de Edmundo O’Gorman, Fondo de Cultura Económica, México 1940. La edición de O’Gorman ha conocido tres reediciones, 1962, 1983.

[15] O‘Gorman Edmundo, La idea del descubrimiento de América. Historia de esa interpretación y crítica de sus fundamentos, Ediciones del IV Centenario de la Universidad de México, Centro de Estudios filosóficos, México 1951.

[16] Rabasa, José, «Intencionalidad, invención y reducción al absurdo en la Invención de América», en Nuevo Mundo, Mundos Nuevos, Colloques, mis en ligne le 26 juin 2012, consulté le 13 janvier 2016; URL: https://nuevomundo.revues.org/63440, signale avec pertinence l’importance du principe «d’intention» dans la question de la « découverte de l’Amérique» selon O’Gorman. Ajoutons que c’est bien là le raisonnement d’un juriste formé dans la doctrine juridique de souche hispanique où l’existence de l’obligation comme celle du péché sont liées à la volonté : à l’intention de s’obliger ou de pécher.

[17] Ėpigraphe placé par O’Gorman en première de couverture de, México, el trauma de su Historia, Universidad Autónoma de México , 1977

[18] O’Gorman n’aimait pas le système universitaire français, ni sa démarche intellectuelle surtout en histoire, cf., Teresa Rodríguez de Lecea, “Una entrevista con Edmundo O’Gorman”, Historia Mexicana n° 46, pp. 955-969, El Colegio de México, 1996.

[19] Bataillon, Marcel, et O’Gorman, Edmundo, Dos concepciones de la tarea histórica con motivo de la idea del “descubrimiento de América”, Imprenta Universitaria, México, 1955. La question avait pris comme premier terrain de débat les pages du Bulletin Hispanique, Bataillon, Marcel, L’idée de la découverte de l’Amérique chez les espagnols du XVI siècle d’après un livre récent), Bulletin Hispanique, (55.1) 1953, pp. 23-55. La réponse de O’Gorman prenait place dans le Bulletin Hispanique (56-4),1954, pp.345-363.

[20] O’Gorman, Edmundo, La invención de América, México, Fondo de Cultura Económica, 1978. Primera edición, en Tierra Firme 1958.

[21] Pérez de Oliva, Hernán, Historia de la invención de las Indias, (circa 1528), Estudio y edición de JJ Arrom, Instituto Caro y Cuervo, Bogotá, 1965.

[22] “La esencia de América consiste en ser la “nueva Europa”, Edmundo O ‘Gorman a Teresa Rodríguez de Lecea, en “Una entrevista con Edmundo O’Gorman”, cit.

[23] Le thème a été très bien compris et traité par Meyer, Jean, cf., La Cristiada, México, 1973-1975, Un édition récente, La Cristiada, Fondo de Cultura Económica de España, 2014.

[24] La edición de 2006, contenía una significante extensión de su título, La invención de América, investigación acerca de la estructura histórica del Nuevo Mundo y del sentido de su devenir, México, Fondo de Cultura Económica, 2006

[25] Cf., Rabasa, José, De la invención de América. La historiografía española y la formación del eurocentrismo, Universidad Iberoamericana, México, 1948.

[26] Ce qui pose aussi la question de l’oubli du point de vue des autres nations indiennes, à commencer par celles des Tlaxcalteques .

[27] Sahagún, Fray Bernardino de, Historia General de las cosas de Nueva España, édition de 5 volûmes facsímilés de Francisco Paso y Troncoso en Madrid, 1905-1907. La meilleure édition pourrait être celle de de Angel Maria Garibay Mexico 1956

[28] Olmos Fray Andrés de, Arte de la lengua mexicana, Concluido en el convento de San Andrés de Ueytltalpan de la provincia de la Totonacapan que es en, la Nueva España el 1 de enero de 1547.

[29] Visión de los vencidos. Relaciones indígenas de la Conquista, Miguel León Portilla, editor, Ángel María Garibay transcriptor, Universidad Autónoma de México, México 1959.

[30] Selon son témoignage : Premier bousier de la Casa de España. En 1944 il est titulaire de la chaire de Philosophie de l’histoire. En 1949, publica Dos etapas del pensamiento hispanoamericano; 1958 director del Instituto de estudios políticos económicos y sociales IEPES. 1972 Primer viaje a España por orden de Gaos. 1976 publica Filosofía de la Historia Americana 1976. Dirige la colección Hiperion, México y lo mexicano y publica allí Conciencia y posibilidad del mexicano 1952,

[31] Véase, Fernández Flores, Del circunstancialismo filosófico de Ortega a la filosofía mexicana de Leopoldo Zea,

[32] Zavala Silvio, “Examen del título de la Conmemoración del V Centenario del descubrimiento de América”, Quinto Centenario (12- 1987) Madrid, UCM, pp. 33-40. Zavala élève de Don Rafael Altamira Crevea, trouvait injuste pour l’Espagne cette suppression du terme de découverte et s’explique sur la question dans l’entrevue qu’il accorde à Jean Meyer, cf., Egohistorias, El amor a Clio, 1993.

[33] O’Gorman, Edmundo, “La Falacia histórica de Miguel León Portilla sobre el encuentro del Viejo y Nuevo Mundo”, Quinto Centenario (12- 1987) Madrid, UCM, pp. 17-32.

[34] O Gorman, Polémica con Miguel León Portilla, “Ni descubrimiento ni encuentros”; “Falsedad histórica del encuentro de dos mundos una propuesta superflua, en Jornada semanal del 19 de mayo; 30 de junio y 7 de julio de 1985

[35] Zea Leopoldo, (coord.) El descubrimiento de América y su sentido actual, México, Fondo de Cultura Económica, 1989.

[36] Zea Leopoldo, “América latina: “Qué hacer con quinientos Años de historia” en, En torno al Quinto centenario posiciones y controversias Iberoamericana, Vervuert, 1992; pp. 445-453. Quinientos años de historia sentido y proyección, Tierra Firme FCE, México 1991. El título corresponde a un apartado del libro coordinado por el en 1988

[37] “Y qué hacer con Leopoldo Zea”? El Búho suplemento de Excélsior de 28-8 1988


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *