La presse du POUM pendant l’événement de la guerre civile : entre engagement politique et contraintes conjoncturelles

par Cindy COIGNARD

espurnaLe Parti Ouvrier d’Unification Marxiste (POUM) est né de la fusion de la Gauche Communiste (Izquierda Comunista) et du Bloc Ouvrier et Paysan (Bloque Obrero y Campesino) le 29 septembre 1935 à Barcelone. Dirigé conjointement par Andrés Nin et Joaquín Maurín, le parti a été très actif pendant la guerre civile espagnole malgré un nombre de militants peu élevé (on en dénombre 6.000 au tout début de la guerre en juillet 1936, puis près de 30.000 en décembre de la même année)[1]. Principalement ancré en Catalogne, le POUM a joué un rôle non négligeable pendant l’événement de la guerre civile espagnole s’opposant frontalement aux forces franquistes mais aussi aux communistes du écouterPCE qui suivaient la ligne officiel de Moscou. En ce sens, le POUM fut qualifié de parti dissident ; cette opposition interne, qui a culminé avec les Evénements de Mai 1937, lui valut d’ailleurs d’être déclaré illégal et l’obligea à continuer son activité dans la clandestinité. A ce propos, nous pouvons nous interroger sur la façon dont ces différents événements peuvent influer sur le contenu des journaux du parti.

La presse du POUM : lecture géographique de l’événement et organisation logistique

En ce qui concerne la presse du POUM, rien que sur les années 1936-1937, on compte près de 38 journaux (sans compter par conséquent les publications clandestines qui suivront), la majorité en Catalogne (région bastion du parti) ; parmi les titres les plus importants que l’on peut citer: Acció (Tarragona, 1936), Combat (Lérida, 1936), Avant puis Front (Terrassa, 1936-1937), Avançada (Puig Alt de Ter, 1936-1937), El Pla de Bages (Manresa, 1937), L’Espurna (1936-1937), Impuls (Sabadell), Emancipación (Secrétariat Féminin, Barcelone) ou encore La Batalla (Barcelone, 1936-1937).

Il existait donc un nombre important de journaux marxistes en Catalogne. Selon Loïc Ballarini, chercheur en Sciences de l’information et de la communication, l’habitude de lecture d’un périodique se transmet souvent par héritage familial : les parents ou grands-parents lisaient tel journal donc les enfants y sont habitués et ils reproduisent le même schéma. C’est le cas par exemple de la militante barcelonaise Teresa Rebull dont les parents étaient impliqués dans le processus de création ou réalisation de journaux militants (La Revista Blanca pour sa mère, le journal Vertical, porte-parole de la CNT à Sabadell, pour son père) ; la lecture de la presse était alors coutume chez eux. De la même façon, Emèrita Arbonés est en contact dès son enfance avec le milieu de la lutte ouvrière : son père est affilié à la CNT ; avec sa sœur elle apprend à chanter des chants révolutionnaires comme Hijos del Pueblo et elle lit le journal républicain qu’achète son père, El Diluvio, ce qui la familiarise très jeune avec l’ambiance de la lutte ouvrière.

Toutefois, la plupart de la presse du POUM naît avec la guerre civile et plus que l’achat d’un journal pour son titre, il s’agirait plutôt de l’influence que peut avoir l’héritage culturel familial sur la reproduction d’un geste (l’achat et la lecture d’un journal), en particulier dans les familles de militants où cette tradition était ancrée.

Ceci explique en partie l’existence d’une presse militante, mais nous pouvons nous interroger sur le pourquoi d’une telle multiplicité de titres. Beaucoup de villes avaient leur propre presse, sans doute en raison de la primauté de l’information locale. En effet, la presse locale est prisée des lecteurs car elle est en adéquation avec leurs attentes et préoccupations et crée un sentiment de proximité avec les actualités. On l’achète pour y apprendre quelque chose mais aussi pour y trouver le compte-rendu d’un événement connu. Ceci semble d’autant plus vrai en période de guerre car les gens désiraient non seulement être informés de la situation générale, mais aussi et surtout de la situation locale et régionale, qui était plus à même par exemple d’informer la population sur les éventuelles personnes portées disparues, les réunions, les consignes, etc. Autrement dit, quels sont les micros-événements qui alimentent l’événement principal ? La presse est en ce sens un facteur de cohésion sociale et une animatrice de l’espace public local (quel que soit le type d’informations transmis).

Les femmes ont participé à de nombreuses actions à l’arrière, en lien avec les qualités féminines qu’on leur attribue en général. Avec la guerre, elles ont aussi pu investir certains lieux de l’espace public dans lesquels elles n’étaient que peu présentes par rapport aux hommes jusqu’alors.

Portée et distribution des journaux

Les hommes partis au front, les militantes jouent alors un rôle dans la réalisation et la distribution des journaux. À Gérone, Júlia Serra a participé à cette tâche qui, en période de guerre civile, tient une place ô combien essentielle pour l’information de la population : en ce qui concerne « les militants, [ils] y étaient abonnés d’office » et pour le reste « On le vendait dans la rue, à la main. […] Le journal, on l’avait toujours à la disposition d’un client. », ou bien « on le portait à domicile »[2]. Cependant, il est difficile de dire avec exactitude combien d’exemplaires étaient vendus, que ce soit dans la rue ou à domicile.

Profil des rédacteurs

Le POUM s’organisait en cellules de manière semblable au modèle russe et il existait donc une cellule consacrée à la presse (appelée également Comité de Rédaction). À Barcelone par exemple, on compte en moyenne une trentaine de cellules, organisées par quartier, ce qui par la suite, facilitait le travail local, et lors de réunions importantes, on envoyait le délégué de cellule y participer[3]. Cette organisation en cellules est confirmée par les informations fournies par Júlia Serra puisqu’elle nous dit qu’à Gérone, le POUM était constitué également de cellules, chacune de 6 personnes environ.

En partant des exemples de Gérone et Barcelone – les deux villes pour lesquelles nous avons pu récolter davantage d’informations – on remarque une différence fondamentale entre le profil des rédacteurs. Dans le cas de Gérone, quatre rédacteurs sur six sortent de l’École Normale (lieu de formations des futurs instituteurs) – Miquel Martí, Júlia Serra et Antònia Adroher – ce qui nous amènerait à dire qu’il y avait une majorité d’enseignants au sein de cette cellule. En revanche, à Barcelone, le cas n’est pas du tout similaire ce qui, nous le verrons, a joué sur les contenus thématiques des journaux et les actions réalisées dans les deux villes ; Gérone ayant été un exemple en matière de politique éducative pendant la guerre civile.

 

Répercussions des contraintes conjoncturelles

L’intégration des femmes

 Bien que la proportion de femmes «journalistes»[4] ait augmenté depuis la fin du XIXème siècle et le début du XXème siècle, elles sont encore peu nombreuses à écrire des articles lorsque débute la guerre civile espagnole en juillet 1936. Il est alors intéressant d’étudier de près la lecture du conflit armé que proposaient ces femmes (militantes) et de voir quelles étaient leurs positions politiques et révolutionnaires.

En ce qui concerne la presse du POUM, 175 articles (voir Tableau 1 en annexe) sont signés par des femmes sur un total de 819 numéros, ce qui fait une moyenne d’environ un article tous les quatre à cinq numéros. Les articles qui sont rédigés par les hommes sont beaucoup plus nombreux et demanderaient, de ce fait, un travail important si l’on tentait de les quantifier sur ce même corpus. Les statistiques effectuées ont été réalisées à partir de l’étude de sept journaux : Acció, 6 numéros ; Avançada, Puig Alt de Ter, 31/10/1936-01/05/1937, hebdomadaire, 25 numéros, 8 pages par numéro (à partir du 27/02/1937, le journal passe à 4 pages) ; La Batalla, Barcelona, 04/08/1936-27/05/1937, 214 numéros, quotidien, 4 à 8 pages ; Combat, Lérida, 161 numéros. 4 pages ; Emancipación, organe bi-mensuel féminin du P.O.U.M., Barcelona, 3 numéros (n°1, 20/02/1937, 4 pages, n°4, 24/04/1937, 4 pages, n°5?, 29/05/1937, 8 pages) ; L’Espurna, Girona, 16/11/1936-05/06/1937, quotidien (sauf le dimanche), 133 numéros, 4 pages quotidiennes ; Front, Terrassa, 24/07/1936-18/06/1937, 230 numéros, quotidien, 4 pages ; Front, Sitges, 25/10/1936-13/06/1937, hebdomadaire, 33 numéros, 4 pages ; Impuls, Sabadell, 22/01/1937-28/05/1937, hebdomadaire, 17 numéros, 8 pages (numéros 1 à 9 ; 22/01/1937-19/03/1937) puis 4 pages (numéros 10 à 17 ; 26/03/1937-28/05/1937).

Pendant la guerre, le fait que des femmes intègrent des rédactions de journaux apparaît comme quelque chose d’assez novateur. Cette situation est sans doute favorisée par la conjoncture politique et économique du moment : les hommes étant partis au front, les femmes commencent à occuper des postes auxquels elles n’ont jusqu’alors pas accès. D’ailleurs, Júlia Serra se souvient de cela à propos de la presse à Gérone :

Cindy: est-ce qu’il y avait beaucoup de femmes qui écrivaient dans L’Espurna?

Júlia: pas tellement. C’était nouveau encore pour nous. Ça c’est une idée assez originale de la guerre civile. […]

Michel: et est-ce qu’il y avait des femmes en plus de toi qui écrivaient dans L’Espurna?

Júlia: non. On était presque tous des hommes. Il y avait moi comme femme. Il y avait Adroher aussi qui écrivait. Dans la presse de gauche maintenant, on commence à écrire mais pendant la guerre civile, non. Nous, on a pris des initiatives.[5]

Plusieurs raisons peuvent expliquer la faible présence des femmes dans la presse. Il faut tout d’abord prendre en compte le fait qu’à l’époque, et malgré les avancées considérables permises par un autre événement, celui de la Seconde République espagnole depuis avril 1931, le taux d’analphabétisme féminin est encore élevé. María Teresa Andrade est d’ailleurs de cet avis lorsqu’elle évoque le journal du Secrétariat Féminin du POUM à Barcelone, Emancipación: « On a aussi fait un journal, Emancipación, difficile à éditer parce que les rédactrices manquaient, puisque la plupart des ouvrières qui pouvaient nous fournir des informations avaient du mal à écrire »[6]. Si l’on s’intéresse de plus près aux noms qui apparaissent dans la presse du POUM, on se rend compte que nombre de ces femmes avaient une formation (enseignantes, écrivains, journalistes). En outre, comme nous l’avons vu, presque toutes avaient un lien direct avec le Parti par leur frère, leur père ou leur mari, lesquels écrivaient bien souvent aussi dans la presse et occupaient parfois un poste pouvant favoriser l’accès de leurs compagnes ou sœurs au sein des rédactions.

En partant des statistiques que nous avons effectuées, nous notons que des 55 femmes recensées, plus de la moitié (33 exactement) ne signent qu’un seul article. Et 13 autres que 2 au total. Seule Júlia Serra se démarque clairement avec 74 articles écrits dans L’Espurna, dont 58 à la une du quotidien. On en revient au fait que l’événement de la guerre civile a joué un rôle dans l’intégration des femmes dans la sphère publique, notamment au sein des rédactions de presse, mais il est impossible de généraliser ce phénomène dans la mesure où seul un nombre réduit de femmes ont vu leur situation changer radicalement.

Nous voyons aussi que le nombre d’articles écrits par les femmes ne devient véritablement significatif qu’à partir du mois de novembre (10 articles), pour s’amplifier au cours des mois suivants (22 articles en décembre, 18 en janvier). La période de production la plus forte se situe après, entre février et mai 1937 (118 articles en 4 mois, sur un total de 175). Cette répartition pourrait être due à plusieurs facteurs. Premièrement, lors des premières semaines de la guerre civile espagnole, l’heure semble être à la réaction, à la spontanéité et à la désorganisation, tant sur le front qu’à l’arrière. Rapidement, au cri de « mujeres a la retaguardia », on appelle les femmes à revenir « occuper leur place », notamment pour celles qui auraient eu l’idée de s’engager comme miliciennes. Le mot d’ordre du POUM étant « Guerra y revolución », à l’arrière, on pense justement à tout mettre en œuvre pour mener à bien cette révolution : en plus des actions humanitaires et sociales réalisées, les femmes participent de plus en plus à l’élaboration du changement. Il faut prendre en compte aussi que l’organisation logistique de toutes les actions entreprises les occupait beaucoup, d’où peut-être un manque de temps pour se consacrer à l’écriture journalistique :

Il était nécessaire d’orienter les activités du Secrétariat Féminin dans une autre direction. Premièrement, vers le domaine éducatif: nous avons organisé des cours de français et d’anglais avec des militants étrangers, des cours de culture générale avec des camarades du parti, des professeurs et des instituteurs; nous avons commencé à accueillir des femmes qui étaient intéressées par ce que nous pouvions leur offrir grâce à Toska, une militante trotskiste polonaise ou lituanienne, exilée en France, grande couturière de métier, qui s’engagea à créer un atelier de couture et de confection qu’elle-même dirigerait. Une autre camarade de Barcelone, également couturière, lui vint en aide. Nous avons cherché des machines à coudre et tout le nécessaire, et l’atelier de Toska est devenu une école d’initiation révolutionnaire. Ça a été un succès extraordinaire: beaucoup de ces femmes venaient ensuite à tous nos meetings et nous furent fidèles durant la persécution. Nous avons également organisé des lectures commentées avec l’aide de jeunes militantes et une infinité d’activités culturelles. Parmi les femmes qui venaient à ces activités, certaines sont ensuite entrées au Parti ou dans les Jeunesses.[7]

Beaucoup d’entre elles se sont efforcées d’organiser et de participer tant bien que mal aux différentes actions destinées à aider les soldats au front et à tenter d’améliorer la vie à l’arrière. Ajoutons à cela le fait de devoir s’occuper éventuellement d’un foyer, il ne reste alors pas beaucoup de temps et d’énergie pour se lancer dans un travail de réflexion et de rédaction d’articles.

Les thématiques abordées

Intéressons-nous à présent à l’impact de l’événement qu’a été la guerre civile sur le choix des thématiques pour les articles de presse écrite. En ce qui concerne les articles écrits par des femmes, on en observe principalement deux dans les articles publiés dans la presse du POUM : la question féminine, et la question de l’éducation et de l’enfant (voir Tableau 2 en annexe).

En analysant nos statistiques, nous nous rendons compte que les articles se référant aux femmes sont plus nombreux que pour l’éducation (143 articles contre 85). Cependant, la répartition est inégale selon la localisation géographique puisque la ville de Gérone fait en quelque sorte figure de « modèle » en publiant 30 articles sur les femmes (soit 20% du total) et 45 sur les enfants et l’éducation, soit 50% des articles publiés sur le sujet. Il faut évidemment prendre en compte le nombre de numéros publiés mais on remarque que le nombre d’articles n’est pas pour autant proportionnel : on ne note pas de rapport croissant ou décroissant entre la quantité de numéros d’un journal et les articles publiés sur ces thématiques. Pour nous, rien d’étonnant à cela car les rédacteurs écrivent selon leurs connaissances et leurs affinités avec certains sujets, et à Gérone, le nombre de ces articles s’explique sans doute non seulement par la présence de Júlia Serra et Antònia Adroher (qui ont signé de nombreux textes) mais aussi par la majorité d’enseignants au sein du comité de rédaction (dont les deux femmes citées précédemment qui plus est).

En plus des articles de fond, apparaissent souvent des brèves, en relation avec la situation de guerre, ce qui est compréhensible puisque la guerre inclue des besoins immédiats qui se traduisent essentiellement par de rapides demandes à l’arrière pour venir en aide au front, assister aux réunions, fabriquer des habits pour les miliciens, se tenir informé de la situation, etc. En outre, dans l’évolution chronologique des publications, nous nous sommes rendu compte d’une diminution progressive du nombre d’articles et parallèlement d’une augmentation du nombre de brèves. On peut penser que ceci est dû aux effets de la guerre, qui a lieu depuis maintenant quelques mois et que les besoins du journal se centrent moins sur une réflexion et plus sur de l’information directe, brève et concise ; une information nécessaire à la situation de crise causée par le conflit armé.

Les autres thèmes abordés par les femmes dans la presse poumiste durant la guerre sont de nature diverse (voir Tableau 3 en annexe). Nous avons pu les classer en six catégories différentes. Si l’on pouvait supposer d’entrée de jeu que les femmes seraient amenées à écrire sur la problématique féminine (74 articles sur un total de 175), le chiffre de 58 articles sur la thématique politique est, à première vue, plus surprenant. En effet, en 1936, les femmes manquent encore majoritairement de formation politique et l’on peut penser qu’elles parlent plutôt non seulement de ce qui les intéresse, mais surtout de ce qu’elles connaissent. Or, les chiffres ne montrent pas d’écart flagrant entre ces deux thématiques. L’explication la plus probable est que les femmes qui écrivent dans les journaux du Parti ont pour la plupart une formation, qu’elle soit journalistique, éducative ou encore politique, et bénéficient d’un entourage pouvant éventuellement les aider. Ainsi, les femmes dont nous parlons ont, de par leur engagement, un degré de politisation plus important et sont peu nombreuses au sein du Parti.

C’est ce que reconnaît à demi-mot Júlia Serra quand elle dit par rapport à Miquel Martí, son mari:

Moi c’est peut-être un cas parce que j’avais un rapport direct, puisqu’on vivait ensemble. On en discutait déjà du journal avant qu’il sorte et comme il sortait tous les jours, ton père me disait : « écoute, on commente un article de guerre du jour, parce que c’est ça que les gens veulent savoir ».[8]

Même si par la suite elle affirmera qu’elle choisissait elle-même ce qu’elle écrivait, il est évident que l’événement de la guerre et la révolution défendue par le POUM primaient sur les autres sujets. Elle affirme également qu’elle écrivait avant tout sur des sujets qu’elle maîtrisait, qui l’intéressaient et qui parallèlement étaient en accord avec les attentes d’un journal tel que L’Espurna en période de guerre : « Par exemple le sujet de l’école. Le sujet de l’organisation d’une école. Moi, ce qui m’attirait c’était de bien comprendre ce que je faisais. Quand je dis moi, c’était pour tout le monde pareil…[9] ».

Les articles à caractère politique abordent divers sujets : industrie, interprétation historique, question des nationalités, milices ou encore décrets [sur l’ouverture de cours à l’École Normale]. Peu nombreux, la présence de ces articles s’explique sans doute par le fait que le POUM (au côté des anarchistes) défendait l’idée de mener conjointement la guerre en même temps que la révolution qui permettrait l’émancipation du prolétariat. Gagner la guerre, oui, mais parallèlement fortifier et entretenir une conscience de classe révolutionnaire.

L’événement de la guerre civile a conditionné les sujets abordés dans la presse du POUM dans la mesure où le conflit a attisé les tensions entre divers groupes (au sein même des communistes mais aussi entre le camp républicain et les franquistes). Il a mis davantage en évidence la nécessité de conscientiser les lecteurs et militants pour créer et renforcer une culture prolétaire révolutionnaire. Au travers de la presse, on trouve donc des sujets tels que :

  • des références permanentes à Lénine et Maurín (vus comme des pères, des maîtres), mais aussi Marx. L’émancipation passe par la culture et l’éducation du peuple.

illustrations

 

  • Un vocabulaire et des symboles spécifiques: « frère », « camarade », des références à la culture ouvrière comme l’utilisation de la symbolique du bras : il est quasiment un signe de reconnaissance mutuelle et l’expression de la force, de la révolte et de la solidarité. C’est aussi la lutte qu’ils mènent contre notamment la bourgeoisie puisque sur l’image ci-dessous, on peut voir que le poing écrase une horde de bourgeois affolés, caricaturés comme de la volaille et ridiculisés.
Front, Sitges, 13/12/1936

Front, Sitges, 13/12/1936

 

Toujours dans La Batalla, le 6 août 1936, on représente Lénine (une fois de plus) bras tendu en avant tel un prophète du monde moderne, un apôtre de la révolution communiste internationale qui guide le peuple – bras tendu vers lui – vers un nouvel avenir. La figure surdimensionnée de Lénine, au-dessus de la foule de partisans dont il semble être le conducteur est mi-allégorique, mi-réaliste car il apparaît tel un leader hors-normes comme si c’était la naissance d’un mythe, positionné entre ciel et terre.

La Batalla, Barcelone, 06/08/1936

La Batalla, Barcelone, 06/08/1936

 

  • Une iconographie de propagande avec une symbolique et des codes graphiques qui correspondent à un discours précis. En ce qui concerne l’image de la femme par exemple, on procède à une lecture visuelle qui nous amène à un paradoxe car on oscille entre une femme nouvelle dans la société espagnole et l’ancrage toujours important des mœurs. En dépit des avancées, il persiste des modèles archaïques.

Prenons l’exemple des femmes soldats : quelques militantes sont allées au front même si elles ont été peu nombreuses. Ce faible nombre s’explique par le fait qu’elles n’avaient pas l’habitude du maniement des armes et leur présence reste très controversée au milieu des zones de combat.

La Batalla, Barcelone, 08/08/1936

La Batalla, Barcelone, 08/08/1936

 

Si bien que, même si des pratiques de formation militaire ont bien eu lieu à l’époque, très peu de femmes ont dû y assister pour ensuite se rendre sur le front, qui plus est quelques mois après le commencement de la guerre. Au final, la plupart des tâches auxquelles les militantes ont pris part confortaient la division traditionnelle des tâches préexistantes engendrées et étaient vues comme la continuité des dispositions naturelles des femmes (soin à autrui, tâches ménagères, confection de vêtements pour les soldats,…). Rares sont les militantes qui réellement ont pu combattre aux côtés des hommes sur le front ; le cas le plus célèbre de Mika Etchébéhère fait figure d’exception[10]. En ce sens, l’émancipation féminine n’était pas totale bien que des efforts étaient notables et que le parti mettait des choses en œuvre pour changer les mœurs.

La Batalla, Barcelone, 28/02/1937

La Batalla, Barcelone, 28/02/1937

Concernant les femmes infirmières, la division sexuelle semble « respectée » : les médecins sont associés à la science, aux techniques médicales, alors que les infirmières le sont aux soins, à l’attention et aux services à autrui. On peut alors tenter une comparaison entre le foyer familial et l’hôpital où le schéma père, mère et fils se refléterait en médecin, infirmière et patient. On relève des propos traduisant certains archaïsmes : « Celui-ci [le métier d’infirmière] est l’un des métiers les plus nécessaires pour la femme et pour l’humanité »[11], qui viennent conforter les rôles sexués et le service de la femme à l’homme.

Combat, Lérida, 26/08/1936

Combat, Lérida, 26/08/1936

 

  • Une réaffirmation de positions idéologiques: défense de la laïcité et refus de la prédominance de la religion catholique.

Les religieux apparaissent parfois caricaturés tels des robots, répétant mécaniquement les gestes quotidiens qu’ils doivent effectuer ; Júlia Serra dénonce aussi dans un article les croyances introduites par la force et la peur du châtiment ; le monde est présenté comme manichéen. Les militantes du POUM cherchent à sortir du moule constitué par le catholicisme et la bourgeoisie, caractérisé par l’ignorance et elles incitent les femmes à jouer un nouveau rôle dans la société pour leur émancipation personnelle. Tout ceci, elles se doivent de le réaliser parallèlement à l’événement de la guerre civile puisqu’il offre une brèche pour mener à bien la révolution en marche. Le POUM défendait une conception laïque de la société dans tous les domaines, et en particulier à l’école pour offrir aux enfants, futurs citoyens, une éducation plus libre et juste selon eux, dénuée d’un quelconque endoctrinement.

  • Des sujets directement liés aux nécessités premières de la guerre: Secours Rouge International, soins, accueil de réfugiés, envois au front, collectes de fonds, distribution de journaux,…
  • La lutte contre la prostitution (un combat important dans le contexte d’émancipation).
  • Enfin, le combat pour l’éducation des femmes, des enfants, des ouvriers.

Un accent est mis sur la formation des femmes. Ainsi dans les différents journaux du POUM, on a appelé les femmes à assister à des conférences hebdomadaires, spécialement dispensées pour elles, sur divers sujets tel que le socialisme : l’éducation politique et révolutionnaire est indispensable pour les mener à leur émancipation et à celle du prolétariat. Elles sont également invitées à créer leurs propres sections de propagande (peinture et dessin) et musique (afin d’apprendre et d’enseigner les chansons révolutionnaires) ; une partie de la formation qui apparaît essentielle pour intégrer la culture politique prolétaire.

Une rénovation pédagogique essentielle à mener

 L’éducation est l’un des chevaux de bataille du POUM qui, dans ce vent de réformisme, héritier des idées anarchistes, en profite pour développer ses positions et les mettre dans la mesure du possible en application. Le POUM intègre dans son désir d’innovation les théories des pédagogues à l’origine de l’Éducation Nouvelle : Adolphe Ferrière (1879-1960), Ovide Decroly (1871-1932), Célestin Freinet (1896-1966) et Maria Montessori. L’enfant doit être l’élément central ; l’objectif principal du POUM est clairement défini : il est nécessaire de créer une nouvelle école, fruit de la révolution, pour que l’enfant soit porteur d’un avenir meilleur pour la société, qu’un nouvel enseignement soit basé sur une égalité entre les sexes, d’où notamment cette envie de détruire certains murs d’établissements pour que les enfants apprennent et jouent ensemble. Ajoutons à cela la défense du plurilinguisme (notamment en Catalogne) et le fait de favoriser les activités pratiques.

L’exemple de l’école Prat de la Riba à Gérone témoigne de ce désir d’innovation : on prévoyait une piscine mixte, de nombreux espaces verts, un étang, un gymnase, une bibliothèque, de grandes ouvertures de fenêtres, une mixité totale, des activités de couture et de cuisine ainsi que du jardinage pour tous, entre autres choses. Rejoignant les idées de Ferrer i Guardia, l’École Prat de la Riba accorderait une grande place à l’hygiène scolaire. Tout est fait pour que les enfants ne manquent de rien, une « petite ville scolaire » comme titre L’Autonomista du 22 décembre 1937.

De gauche à droite : conciergerie, infirmerie, piscine couverte, pavillon central, trois pavillons de quatre salles chacun. Capacité d’accueil : 600 élèves.

De gauche à droite : conciergerie, infirmerie, piscine couverte, pavillon central, trois pavillons de quatre salles chacun. Capacité d’accueil : 600 élèves.

L’un des pavillons avec à gauche, la salle de travaux manuels, afin que l’enfant apprenne que les mains sont la plus grande richesse de l’homme. À droite, le pavillon central.

L’un des pavillons avec à gauche, la salle de travaux manuels, afin que l’enfant apprenne que les mains sont la plus grande richesse de l’homme. À droite, le pavillon central.

L’un des pavillons avec à gauche, la salle de travaux manuels, afin que l’enfant apprenne que les mains sont la plus grande richesse de l’homme. À droite, le pavillon central.

En fin de compte, les thématiques traitées par les militantes sont à la fois une conséquence directe mais aussi collatérale de l’événement de la guerre civile dans la mesure où le conflit a permis à certaines femmes d’intégrer des espaces publics ; une fois présentes au sein des comités de rédaction, elles écrivaient sur des sujets nécessaires, en lien avec l’actualité, mais aussi en lien avec leur bagage culturel et politique personnel. Si l’événement de la guerre civile n’avait pas eu lieu, peut-être ces femmes n’auraient-elles pas eu accès à la sphère de la presse écrite et, peut-être que certains articles et thématiques traités auraient été différents.

Aussi, tous ces sujets qui se trouvent influencés par un événement témoignent néanmoins d’un engagement marqué. On oscille alors entre l’impact de contraintes conjoncturelles et des choix culturels et politiques.

 

Engagement politique : de la persuasion à la mobilisation. La guerre civile comme événement catalyseur des problèmes de l’émancipation prolétaire?

Il convient de faire une remarque concernant le reste des articles politiques, car la plupart abordent le problème qui existait à l’époque au sein du mouvement ouvrier, à savoir la division de plus en plus marquée entre les communistes du PCE et le POUM. Il apparaît ainsi dans les textes une certaine dichotomie entre le Bien d’un côté et le Mal de l’autre. La propagande passe alors par la caricature de l’ennemi et la victimisation de la classe ouvrière. Défendre son propre modèle et caricaturer le ou les adversaires en montrant ses défauts est l’un des objectifs premiers de la propagande dans la presse écrite durant la guerre civile espagnole. Il s’agit d’une sorte de guerre psychologique en sus de la guerre physique, dans le but d’attiser les antagonismes, d’encourager les troupes à l’arrière comme sur le front et de continuer la bataille contre l’ennemi. La classe ouvrière est alors mise en avant et apparaît comme le Bien ; elle regroupe ceux qui, prêts à donner leur vie innocemment, veulent gagner la guerre pour la bonne cause dans l’espoir de parvenir à une société meilleure et où chacun serait plus libre. Ainsi, l’on trouve dans les articles rédigés, à la fois une sorte de victimisation du prolétariat martyr, mais aussi un élan d’héroïsme qui se dégage au travers des scènes épiques qui sont décrites.

À l’inverse, le fascisme est caricaturé et apparaît comme le Mal, le camp de celui qui ne désire qu’anéantir sans pitié son ennemi pour épurer la société de ses mauvais éléments. On met alors en avant la sauvagerie avec laquelle celui qu’on appelle « la bête fasciste » opère, et ce, afin de le déshumaniser au maximum et de susciter la haine. Dans un exemple tiré de Front (Sitges), l’auteur de l’article, Teresa Guillot, en vient même à parler de l’Inquisition pour évoquer la barbarie avec laquelle les troupes fascistes procèdent :

Puis, un troisième protagoniste entre en lice sous le masque du traître : le PSUC. Dans la presse du Parti, les journalistes dénoncent la contre-révolution qui croît progressivement et mettent également en garde les femmes notamment qui, par manque de formation ou de conscience politique, pourraient éventuellement être attirées vers un chemin à première vue plus tentant :

Le PSUC a ouvert ses portes dans notre ville. En garde, ouvrière! Ne te laisse pas porter par leurs chants de sirène qui ne te conduiront nulle part si ce n’est, à nouveau, à te faire exploiter. […] En garde, ouvrière! Le chemin que t’offre le réformisme est plein de fleurs et de choses mais au bout du compte, tu y trouveras la main brusque du bourgeois qui t’attend pour faire de toi une esclave.[12]

Comme on le sait, le chemin le plus difficile et semé d’embûches est parfois celui qu’il faut affronter pour atteindre son but :

En revanche, le chemin que te montre la Révolution, celui que nous, tes camarades, les femmes de la Section Féminine du POUM, nous suivons, est un chemin épineux, sombre, difficile à parcourir mais au bout du chemin, nous sommes sûres de trouver notre émancipation, notre liberté, notre bien-être et celui de nos filles. En garde, ouvrière! Ecarte-toi du réformisme malgré les promesses qu’on te fait, et en revanche, résigne-toi à souffrir, à travailler et à mourir s’il le faut, pour défendre la Révolution qui est la position que nous devons adopter, nous les camarades qui chaque jour devons empoigner les outils si nous voulons continuer à donner un morceau de pain à nos enfants.[13]

Un autre type de propagande est perceptible dans les textes des journaux poumistes : une propagande que l’on pourrait appeler de persuasion, interne au Parti, et qui passe par différentes techniques.

Premièrement, la rhétorique et la manipulation émotionnelle. En effet, les auteures des articles avancent des généralités autour de concepts tels que l’amour à la patrie et font allusion aux différents sacrifices dont sont capables les femmes pour sauver leurs proches, leurs idées et leurs valeurs. Les femmes doivent prendre conscience du rôle qu’elles jouent ou qu’elles pourraient jouer dans une guerre qui ne se déroule pas simplement sur le front.

La femme jeune doit brandir le drapeau des revendications féminines, et qui doit amener dans les foyers et lieux de travail, l’air rénovateur de la révolution […] La femme jeune a une grande responsabilité à l’heure actuelle : rompre avec les anciennes traditions, abattre les institutions qui lui valent son statut d’esclave, mettre de côté les préjugés et hisser, par son propre effort, le niveau de la femme au même niveau que celui de l’homme.[14]

À l’inverse, le fait de créer un sentiment de culpabilité est une stratégie également utilisée. Celle qui ne suit pas le mouvement, qui ne remplit pas son «devoir révolutionnaire» ou ne souhaite pas s’engager est montrée du doigt :

La femme qui encore aujourd’hui est inactive et préfère se promener, frivole, plutôt que de prendre une aiguille; la femme ouvrière qui par manque de travail dans les usines, reste oisive et qui cependant touche intégralement son salaire journalier; enfin, la femme qui justifie son abstention par de futiles excuses, ne remplit pas son devoir […] Si tu restes passive en espérant tirer profit de l’activité des autres, tu seras indigne de ces heures glorieuses. Tu ne mériteras pas l’hommage, ni en tant que femme, ni en tant que citoyenne.[15]

L’usage de pronoms personnels, l’utilisation de certains modes et temps verbaux et le recours aux répétitions dans les textes journalistiques permettent de créer un sentiment de proximité et d’empathie, d’autant plus que ces articles destinés aux femmes sont pour la plupart écrits par des femmes, ce qui selon nous, renforce la capacité de persuasion du message. Si certains appels sont communs à un groupe, l’utilisation de la deuxième personne du singulier permet que chaque femme se sente concernée. L’utilisation d’impératifs instaure par ailleurs un certain rapport d’autorité entre destinateur et destinataire ; des ordres toutefois exprimés de façon habile et atténués par l’emploi récurrent d’appellatifs comme « companyes », « camarades » ou « obrera », de répétitions, qui sont plutôt destinés à impulser une prise de conscience féminine et qui donnent à l’article un caractère plus général. Enfin, l’emploi du « nous » se veut synonyme de la volonté d’un mouvement de masse d’être solidaire et ne faire plus qu’un face à l’ennemi.

Ce schéma est plus ou moins réutilisé dans les autres articles. En effet, le but d’un journal, notamment pendant la guerre, n’est pas seulement « de donner un compte rendu de l’actualité mais [aussi] d’utiliser l’actualité politiquement dans la lutte contre ou pour l’ordre établi »[16]. Les articles acquièrent alors un double point de vue : d’un côté, un point de vue externe qui consiste à s’adresser à la masse, d’un autre côté, un point de vue interne régi par des principes de simplification (un ennemi unique par exemple), de grossissement (exagération des traits) et d’orchestration (répétition des messages).

Dans plusieurs journaux (Combat, Juventud Comunista), on trouve des sections féminines – présentes plus ou moins régulièrement–, espaces réservés à la plume des femmes. On peut se demander si ces sections, en plus du journal Emancipación, sont plutôt bénéfiques à leur émancipation ou bien si finalement, on ne peut pas considérer cela comme une certaine marginalisation puisqu’on leur réserve un lieu de publication précis, alors que les hommes ont par conséquent le reste du journal pour écrire. Parfois, c’est suite à un événement ou une date d’importance pour le mouvement ouvrier que l’on réserve aux femmes une page où elles peuvent s’exprimer. Par exemple dans Front (Terrassa), le 9 mars 1937, une page entière est consacrée à « La dona i la revolució ».

La participation des femmes du POUM à la propagande journalistique n’est pas radicalement différente de celle de leurs compagnons masculins puisqu’ils utilisent les mêmes principes de simplification, de grossissement des traits, d’hyperbole ainsi que d’orchestration (répétition des messages). Par ailleurs, elles ont en charge un type de propagande qui leur est quasiment exclusivement propre : les messages destinés à mobiliser les masses féminines. Si les femmes participent au message propagandiste dans la presse du POUM, l’efficacité des propos tenus n’a sans doute pas atteint les objectifs envisagés. Si certaines femmes ont pu s’engager suite aux lectures qu’elles avaient effectuées, leur nombre n’a sans doute pas été élevé au sein du parti marxiste, d’autant plus lorsque l’on sait que peu de femmes savaient lire et quand on connaît par ailleurs les effectifs de militants du Parti pendant la guerre civile espagnole.

 

Conclusion

 Entre contraintes conjoncturelles et engagement politique : le titre résume bien l’intervention finalement. Une certitude : l’événement de la guerre civile conditionne le contenu de la presse, sans pour autant pouvoir savoir quantitativement quel est son impact exact.

Écrire sur l’événement, c’est donner vie à cet événement, à l’endroit où il se produit, avec ses acteurs. Mais tout ceci ne peut être dissocié du fond politique défendu par le POUM et destiné à véhiculer ses idées, et forger la conscience révolutionnaire. Promotion de valeurs et d’idées nécessaires pour rassembler. Il faut que le lecteur s’y retrouve. Monter et défendre un projet en commun.

Quant à la situation des femmes, on peut se demander si finalement l’événement de la guerre civile (faisant suite en outre à celui de la seconde République) n’aurait pas agi comme catalyseur des problèmes de l’émancipation féminine ? La guerre crée des situations d’urgence mais permet aussi aux femmes, grâce à un élan révolutionnaire et d’enthousiasme, de soulever et de questionner certains aspects de la société, en lien direct avec leur condition.

Finalement, ce sont d’autres événements, ceux de Mai 1937 qui vont marquer un arrêt brutal du militantisme en Espagne, mais qui se poursuivra dans la clandestinité, où de nombreux militants continueront à faire entendre leurs voix depuis l’exil, notamment depuis la France et l’Amérique latine.

Cyndi Coignard
ERLIS – Université de Caen Normandie

Annexes

Journaux du POUM 1936-1937

ACCIÓ (JCI, Tarragona, 1936).

ADELANTE (POUM, Lérida, 1937).

LA ANTORCHA (JCI de Madrid, 1936).

ARTILLERÍA ROJA (POUM. Batería Germinal Vidal, 1936).

AVANT (POUM-JCI. Figueres, 1937).

AVANÇADA (POUM. Puig-Alt de Ter, 1936).

LA BATALLA (-POUM, Barcelona, 1936 (nº 1: 3 de agosto)/1937 (nº 253: 27 de mayo).

BOLLETINO D´INFORMAZIONE DEL POUM (Edizione italiana. Barcelona. 1936.

BULLETIN MEDEDELINGEN VAN DE POUM -Hollandese Vitgave. Barcelona. 1936 (nº 1: septiembre).

COMBAT -Diari de la nit. Organ de la Joventut Comunista Ibérica. Lleida. -1936.

EL COMBAT -Portantveu de les organizacions que integren l´AOR. Rubí. 1936.

EL COMBATIENTE ROJO -Diario del POUM para los milicianos, soldados y guardias antifascistas. Editado en el Frente de Madrid. 1936/1937.

EL COMUNISTA -Órgano de la Federación Levantina del POUM. Valencia. 1936 (nº 1: 8 agosto).

EMANCIPACIÓN -Órgano quincenal del secretariado femenino del POUM. Barcelona. 1937 (nº 1: 20 febrero).

L´ESPURNA -Portantveu del POUM a les comarques gironines: diari de la tarda. Girona.. 1936.

FRONT -Organ del POUM de Sitges. 1936.

FRONT -Organ del Partit Obrer d´Unificació Marxista. Terrassa. 1936.

LA HISPANIA REVOLUCIO -POUM. Laborista Partio de Marxista Unnigo. Edición en esperanto. Barcelona. 1937 (nº 1: 20 febrero 1937).

L´HORA -Setmanari portantveu del Partit Obrer d´Unificació Marxista. Editorial Marxista. Segunda época. Barcelona. 1937( desde 20 de enero hasta 11 de junio).

IMPULS -Organ del POUM. Sabadell. 1937.

INFORMA BULTENO POUM -Laborista Partio de Marxista Unnigo: esperanta eldono, aperas semajne (edición en esperanto). Semanal. Barcelona. 1936 (nº 1: noviembre).

INFORMATION BULLETIN OF THE POUM -Workers Party of Marxist Unification. POUM. Barcelona. 1936.

INFORMATIONEN DES POUM -Arbeiterpartei der Marxistischen Einigung. POUM.Barcelona. 1936 (nº 1: septiembre).

JUVENTUD COMUNISTA -Órgano Central de las Juventudes Comunistas Ibéricas. Barcelona. Clausurado por el Gobierno en 1937. 1936 (nº 1: 17 de septiembre)/1937 (nº 38: 10 de junio).

LA NUEVA ERA -Revista mensual de doctrina e información. POUM. Barcelona. Segunda época. Director: Andreu Nin. 1936 (nº 1: enero, nº 6: julio).

OBREROS Y SOLDADOS -Órgano de los Comités de Soldados del 3er Regimiento de Infantería de la I División del Ejercito Popular. Cuartel Lenin. Barcelona. 1937 (nº 1: 2 de enero).

EL PLA DE BAGES -Diari obrer. POUM. Manresa. 1936.

POUM -Órgano de la sección de Madrid del POUM. 1936.

POUM INFORMATIONEN -Fuer die Milicianos der Auslaenderzelle der Vereinigten Marxistichen Arbeiterpartei. POUM. 1937.

LA REVOLUTION ESPAGNOLE -Edition française hebdomadaire du Parti Ouvrier d´Unification Marxista d´Espagne. POUM. Barcelona.

1936 (nº 1: 3 de septiembre)/1937.

LA RIVOLUZIONE SPAGNOLA -Publicazione quindicinale del Partito Operario d´Unificazione Marxista. POUM. Barcelona. 1937 (nº 1: 1 de marzo).

SOCORRO ROJO -Órgano oficial del Comité Central del Socorro Rojo del POUM. Barcelona. 1937.

THE SPANISH REVOLUTION -Weekly English bulletin of the Workers Party of Marxist Unification (POUM). Barcelona. 1936 (nº 1: 21 de octubre)/1937.

DIE SPANISCHE REVOLUTION -Organ der Arbeiterpartei Für Marxistische Einheit (POUM). Barcelona. 1936 (nº 1: diciembre)/1937.

LA TORXA -Portantveu del POUM i de las JCI de Reus. Reus (Tarragona). 1936.

tableaux_Page_1

Tableau 1 : Nombre d’articles signés par des militantes, classés selon le journal et la date de publication

Tableau 2 : Articles concernant les thématiques « femmes » ainsi que « enfant et enseignement » publiés dans les journaux du POUM.

Tableau 2 : Articles concernant les thématiques « femmes » ainsi que « enfant et enseignement » publiés dans les journaux du POUM.

Tableau 3 : Nombre d'articles écrits par les militantes, par thème et par journal

Tableau 3 : Nombre d’articles écrits par les militantes, par thème et par journal

Bibliographie

ADROHER i PASCUAL, Antònia, « Records de joventut: la República i la guerra civil », in La guerra civil a les comarques gironines (1936-1939), Jornades d’Estudi commemoratives del cinquantenari: 3 i 4 d’Abril de 1986, Gerona, Cercle d’Estudis Històrics i Socials de Girona, 1986, p.5-22.

ALBA, Víctor, El marxisme a Catalunya, 1919-1939, Vol.I : Història del B.O.C. et Vol.II : Història del P.O.U.M., Barcelona, Pòrtic, 1974.

BALLARINI, Loïc, « Pourquoi lire la presse régionale aujourd’hui », Sciences de la société, 84-85 | 2012, 17-31.

CLOTET i VILLARO, Narcís, « La construcció de diversos models d’esdeveniments en el diaris populars de la Catalunya de mitjans dels anys 30 », in Periodística: revista académica, n°2, 1990, p.79-93.

COIGNARD, Cindy, Les militantes du POUM. 1935-1980, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, col. Mondes hispanophones, n°44, 2015.

GERBAUD, Dominique, « La presse locale, facteur de cohésion sociale », Communication et langages, vol.109, n°1, 1996, pp.10-16.

SOLANO, Wilebaldo, Le POUM : révolution dans la guerre d’Espagne, Paris, Syllepse, 2002.

Dossier « El P.O.U.M. i la problemàtica de la dona », Barcelona, Fundació Andreu Nin, Barcelona (sd).

Entretiens avec Júlia Serra, 18 et 19 novembre 2008, Toulouse.

Site général sur le POUM : www.fundanin.org

[1] Pour comparaison, le Parti Communiste Espagnol comptait environ 30.000 militants en juillet et près de 100.000 en décembre.

[2] Júlia Serra, dans un entretien avec Cindy Coignard, Toulouse, 2007.

[3] Entretien avec Wilebaldo Solano, par Cindy Coignard, le 1er mars 2008, Fontenay-sous-Bois.

[4] On utilise ici le terme de « journalistes » afin de désigner les personnes qui écrivaient dans la presse. Cependant, même si c’était effectivement le métier de certaines femmes, d’autres se sont improvisées en tant que telles en raison de la conjoncture du moment et des éventuelles possibilités qui s’offraient à elles.

[5] Entretien avec Júlia Serra, par Cindy Coignard, en présence de son fils Michel Martí, Toulouse, 31.11.2007-01.12.2007.

[6] « Hicimos también un periódico, Emancipación, difícil de sacar porque faltaban redactoras, ya que la mayor parte de las obreras que podían ofrecernos informaciones les costaba mucho escribir ». María Teresa García Banús, Una vida bien vivida, op.cit.

[7] « Era necesario dirigir las actividades del Secretariado Femenino en otro sentido. Primero el educativo: organizamos cursos de francés e inglés con militantes extranjeros, de cultura general con compañeros del partido, profesores o maestros; empezamos a recibir mujeres interesadas por lo que les ofrecíamos gracias a Toska, militante trotskista polaca o lituana, exiliada en Francia, gran modista de profesión, quien se comprometió a crear un taller de costura y confección que ella dirigiría. Otra compañera de Barcelona, también modista, acudió en su ayuda. Buscamos máquinas de coser y todo lo necesario y el taller de Toska se convirtió en una escuela de iniciación revolucionaria. Fue un éxito extraordinario: muchas de aquellas mujeres venían después a todos nuestros mítines y nos fueron fieles durante la persecución. Organizamos también lecturas comentadas con la ayuda de jóvenes militantes y un sinfín de actividades culturales. Algunas de las muchachas que acudían a estas actividades ingresaron después en el partido o en las juventudes ».

María Teresa García Banús, Una vida bien vivida, op.cit

[8] Entretien avec Júlia Serra, par Cindy Coignard, en présence de son fils Michel Martí, Toulouse, 31.11.2007-01.12.2007.

[9] Entretien avec Júlia Serra, par Cindy Coignard, Toulouse, 2007.

[10] Voir Ma Guerre d’Espagne à moi, Paris, Denöel, 1976.

[11] La Batalla, n°37, 13.09.1936, p.3.

[12] « El PSUC ha obert les seves portes en la nostra localitat. Alerta treballadora! No et deixis portar pels seus cants de sirena, que no poden conduir-te enlloc més que no sigui altra vegada a la teva explotació. […] Alerta treballadora! El camí que t’ofereix el reformisme és ple de flors i de coses però al capdevall tens de trobar-hi a la força la mà brusca del teu burgès que t’espera per a esclavizar-te ». Paquita Rassagaña, « Alerta dona proletària », Avançada, n°28, 01.05.1937, p.4.

[13] « En canvi el camí que t’ensenya la Revolució el camí que seguim nosaltres, les teves companyes les dones de la Secció Femenina del P.O.U.M., és un camí espinós, fosc, difícil de travessar però al final del trajecte estem segures de trobar-hi la nostra emancipació, la nostra llibertat, el nostre benestar i el dels nostres filles. Alerta treballadora! Aparta’t del reformisme per més promeses que et faci, i en canvi resigna’t a sofrir, a treballar, a lluitar i a morir si és precís, en defensa de la Revolució que és la posició que hem d’adoptar les companyes que diariament hem d’empunyar les eines del treball si volem seguir donant un bocí de pa als nostres fills ». Paquita Rassagaña, « Alerta dona proletària », Avançada, n°28, 01.05.1937, p.4.

[14] « Es la mujer joven la que ha de levantar la bandera de las reivindicaciones femeninas, y ha de llevar al (sic) aire renovador de la revolución a los hogares y sitios de trabajo […] La mujer joven tiene en estas horas una gran responsabilidad: romper con las antiguas tradiciones, demoler las instituciones que representan su esclavitud, arrinconar los prejuicios y levantar, por su propio esfuerzo, el nivel de la mujer hasta el mismo nivel del hombre ». Teresa Soler, « Mujer joven », Emancipación, n°4, 24.04.1937, p.3.

[15] « La dona que avui encara roman inactiva preferint passejar la seva frivolitat, a agafar l’agulla; la dona obrera que per manca de treball en les fàbriques, resta ociosa i que, no obstant, cobra el seu jornal íntegre, la dona, en fi, que justifica la seva abstenció amb fútils excuses, no compleix el seu deure. […] Si restes passiva esperant profit de l’activitat dels altres, et faràs indigna d’aquestes hores glorioses. Ni com a dona, ni com a ciutadana, mereixeràs l’homenatge del futur ». Gracieta, « Dones de Girona », L’Espurna, n°11, 27.11.1936, p.1.

[16] Claude-Jean Bertrand, Médias : introduction à la presse, la radio et la télévision, Paris, Ellipses, 1999, p.40.

[17] Les chiffres avancés sont très approximatifs. Nous avons comptabilisé la moyenne des articles présents dans un numéro, et ce, sur un échantillon de 5 à 10 numéros pour chaque journal. De plus, nous n’avons pas pris en compte les notes, brèves ou écrits relatant les faits de guerre, mais plutôt les articles de fond et de réflexion.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *