Construction des événements et temps du passé en français

© Malin Ågren 2008

par Odile Blanvillain
(CRISCO, université de Caen Normandie)

Introduction : quelques définitions

Ce séminaire a pour sujet l’événement, sous toutes ses coutures…

De quel type d’événement vais-je donc parler ce soir ? Je ne vais pas parler de l’événement, au sens journalistique du terme, par exemple, même si l’on pourrait ecouterparfaitement aborder l’événement journalistique sous le biais linguistique et didactique que je vais prendre maintenant.

Si l’on reprend rapidement la définition du Larousse en ligne[1] :

  • Tout ce qui se produit, arrive ou apparaît : Relater les événements de la journée.
  • Fait d’une importance toute particulière : Cette rencontre fut l’événement de sa vie.
  • Fait marquant de l’actualité : Cet assassinat a fait l’événement du mois.
  • Physique

Phénomène considéré comme localisé et instantané, survenant en un point et un instant bien déterminés.

Tous ces éléments sont tout-à-fait pertinents pour l’approche qui sera la nôtre, comme on le verra. En tant que linguiste, je vais ici considérer l’événement comme une construction langagière. Comment un procès se construit-il en tant qu’événement au sein d’un texte ?

Il faut ouvrir ici une parenthèse sur les définitions de texte et de procès, avant de continuer. En ce qui concerne le texte, on le comprendra ici simplement comme un « ensemble d’énoncés liés entre eux »[2], dans un contexte de production et de réception, aussi bien à l’écrit qu’à l’oral[3]. On pourra également citer à ce sujet, la définition fournie par le CECRL : « Est définie comme texte toute séquence discursive (orale et/ou écrite) inscrite dans un domaine particulier et donnant lieu, comme objet ou comme visée, comme produit ou comme processus, à activité langagière au cours de la réalisation d’une tâche. »[4].

Voyons maintenant la définition du terme procès que j’utiliserai ici. Mettons de côté son sens juridique (qui n’est évidemment pas celui qui nous concerne), et reprenons dans un premier temps la définition du Larousse en ligne :

« Terme général qui englobe les diverses notions (action, existence, état, devenir, etc.) que le verbe peut affirmer du sujet »

Dans son sens le plus général, le terme de procès peut donc aussi bien recouvrir les notions d’état ou d’action. Ceci est confirmé par le Portail lexical du Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales[5] :

« Procès :

  1. LING.Notion générale en laquelle se résolvent les différentes notions exprimées par le verbe : action (frapper), devenir (croître), état (demeurer) »

On peut également utiliser une acception plus restreinte du terme de procès, que l’on trouve aussi dans le cnrtl :

« − En partic. On dit d’un verbe qu’il indique un procès quand il exprime une «action» réalisée par le sujet de la phrase (…), que le verbe soit transitif ou intransitif, par opposition aux verbes qui indiquent un «état» […] (Ling.1972). »[6]

Dans ce cas, on lie procès à action, par opposition à état. Dans ce sens de procès, on peut également effectuer une autre distinction, qui va nous amener à la notion qui nous intéresse aujourd’hui, à savoir celle d’événement… En effet, procès recouvre les notions distinctes de processus et d’événement. Le processus renverra au procès en développement, et l’événement au procès en tant que tel, considéré globalement, dans son ensemble. Revenons-en maintenant à notre question précédente.

Comment un procès se construit-il en tant qu’événement au sein d’un texte ? Ou encore[7], comment ce procès va-t-il se comprendre comme quelque chose qui se produit, qui arrive, qui apparait, dans le texte. Comment va-t-il apparaitre comme ayant une importance particulière par rapport aux éventuels autres procès du texte ? Peut-être en tant que fait marquant de l’actualité, mais pas forcément, peut-être seulement comme se détachant sur un fond textuel particulier, peut-être comme un phénomène localisé et considéré comme instantané, survenant en un point et un instant donné. Il faudrait d’ailleurs nous attarder sur le sens de « considéré comme instantané », point crucial dans l’analyse linguistique et très important à reprendre, à redéfinir, en didactique (même si nous sommes partis ici de la définition du Larousse concernant la physique).

Cadre de l’analyse

Pour répondre à ces questions, nous nous placerons plus particulièrement dans le cadre de la langue française d’une part (on pourrait, je pense, effectuer les mêmes recherches dans le cadre de nombreuses autres langues : comment chaque langue construit linguistiquement l’événement ?), et dans le cadre du récit au passé. (On peut prendre ici simplement la définition de récit du Dictionnaire encyclopédique des sciences du langage, O. Ducrot et T. Todorov, Editions du Seuil, Coll. Points, 1972, p. 378 : « Le récit est un texte référentiel à déroulement temporel. »)

Pourquoi ce choix du récit au passé ? Parce qu’il est particulièrement pertinent dans la perspective de l’événement, qui nous intéresse ici. En effet, l’événement se constitue linguistiquement en tant que tel dans le cadre d’un récit, où l’énonciateur[8] construit sa trame narrative et en fait surgir l’événement (nous nous intéresserons au comment de l’affaire). D’ailleurs, si on reprend l’entrée Récit du cnrtl[9], on retrouve ce lien direct entre récit et événement :

« A. −

  1. Présentation (orale ou écrite) d’événements (réels ou imaginaires).
  2. a)Action de rapporter des événements. […]
  3. b)Propos rapportant des événements […]
  4. Spécialement
  5. a)Œuvre littéraire narrant des faits vrais ou imaginaires […]

[…]

− [Dans la tragédie class.] Narration détaillée que fait un personnage d’événements passés qui ne sont pas représentés sur scène mais qui sont importants pour le déroulement du drame. »

(Remarquons simplement qu’ici, je ne m’intéresserai pas directement aux événements de l’actualité ou du « monde réel », en tant que phénomènes extralinguistiques, mais bien aux facteurs liés à la construction d’un procès en tant qu’événement au sein d’un texte.)

Pourquoi le récit au passé ? Simplement pour travailler sur un corpus homogène, et dans ce cas il fallait faire un choix : récit au passé / récit au présent. J’ai choisi le passé pour son intérêt didactique, qui constituera le second volet de ma problématique, qui se centrera sur les corpus d’apprenants de Français Langue Etrangère (FLE).

Construction de l’événement – Facteurs intervenants

Je parlerai ici de la construction de l’événement comme il était question de « la construction du sujet », dans un colloque à Rouen en 2008[10].

La construction de l’événement dans une approche linguistique (et plus précisément sans doute énonciative) se conçoit dans le cadre d’un énoncé, lui-même entouré d’autres énoncés, construisant ensemble un texte. Quels sont donc les éléments qui interviennent dans la construction d’un procès en tant qu’événement (encore une fois, d’un point de vue linguistique ou textuel et non extralinguistique) ?

Le temps grammatical

Un premier facteur est le temps porté par le verbe correspondant au procès considéré, mais pas seulement, le temps des autres verbes du voisinage textuel influant également.

Prenons un exemple. Je partirai d’un texte d’un corpus de FLE (le CEFLE), constitué par un groupe de chercheurs de l’Université de Lund, en Suède[11]. Cette production appartient au groupe de contrôle (http://projekt.ht.lu.se/cefle/textes/le-sous-corpus-transversal/contrle/), c’est-à-dire à un groupe d’étudiants francophones. (J’ai choisi d’utiliser ce corpus car il me sera utile par la suite pour étudier des productions d’apprenants de FLE.)

Exemple :

Le voyage en Italie

Raconte l’histoire « Le voyage en Italie ». Imagine que tu racontes cette histoire à une personne qui ne voit pas les images. Tu dois donc décrire les personnages, les milieux et les choses avec autant de détails que possible. Essaie d’écrire plusieurs phrases pour chaque image.

© Malin Ågren 2008

(Comme il s’agit de la production d’une étudiante francophone, et non d’un récit publié, on retrouve ici, comme chez nos propres étudiants un certain nombre de fautes diverses. Mais ce n’est pas ici ce qui retiendra notre attention. On pourra simplement remarquer qu’il n’y a pas d’erreur dans l’emploi des temps : je ne parle pas de la forme (cf. découvrir au lieu de découvrirent), mais bien du choix des temps)

 

Eugénie
Il était une fois deux amis qui voulait partir en vacance en Italie. Autour d’une tasse de tea les deux amie réflechissaient à leur voyage et rêvaient déjà de leurs vacances. L’une rêvait de bronzer au soleil tandis que l’autre pensait plutôt au rencontre qu’elle allait faire. Au moment du départ, après avoir étudié la carte, elle s’apercurent que leurs valises ne tenaient pas dans le coffre de leur voiture. Mais bref on ne sait pas comment elles sont partie, avec ou sans valise en route pour l’Italie dans leur petite automobile verte. Sur le chemin elle croisèrent quelques autres voituresle temps était parfait pour faire la route car le ciel était bleu. A l’arrivée en Italie, elle s’arrêtèrent à l’hôtel, avec leur quatre valises qui avaient finalement tenu dans la voiture! Le réceptioniste de l’hôtel qui portait un smoking et un noeud papillon leur donna la clef. Arrivées dans leur chambre, les deux amies découvrir que la vue de leur chambre donnait sur la mer, c’était magnifique, exactement la même vue que sur le tableau situé au dessu de leurs lits. Elle déballèrent leur valises, leur petits robe d’été… Une fois tout rangé, elle se précipitèrent à la plage pour bronzer. Elle n’avait pas oublié leurs maillot de bain deux pièces et leurs lunettes de soleil! Elles avaient choisi le meilleur endroit sur la plage d’où elles voyaient les bateau et où elles étaient près des cocotiers. Le soir chacune mis sa plus belle robe, une verte et une bleu et elle goutèrent à la nourriture italienne dans un restaurant très chic. Puis pour finir la soirée elle décidèrent d’aller boire un verre dans un bar. Là elle rencontrèrent deux Italiens (bien brun). [le reste est au présent]

On voit ici clairement comment s’organise le récit du Voyage en Italie d’Eugénie[12]. Les verbes à l’imparfait servent à brosser le tableau : les deux amies voulaient partir, elles réfléchissaient, elles rêvaient… Plus tard : le temps était parfait, le réceptionniste portait un smoking, la vue était magnifique. Le reste est au passé simple et construit l’ossature du récit, ce qui le fait avancer, ses événements marquants, ce qui se passe, etc. Elles s’aperçurent, elles croisèrent, elles s’arrêtèrent, elles découvrirent, elles déballèrent, se précipitèrent à la plage, goutèrent la cuisine italienne, décidèrent d’aller boire un verre et rencontrèrent deux Italiens.

Notons avant de poursuivre que l’on peut différencier au niveau aspectuel passé simple et passé composé. Le passé simple ayant uniquement une valeur aoristique[13] (c’est-à-dire coupée du présent. La valeur aoristique correspond précisément à la valeur d’événement, c’est-à-dire renvoyant au procès en tant que tel, considéré globalement, dans son ensemble), alors que le passé composé garde parfois un lien avec le présent. Mais dans la perspective qui est la nôtre, à savoir le récit au passé, on peut dire globalement que passé simple et passé composé sont équivalents, c’est pourquoi je ne distinguerai pas ici particulièrement passé simple et passé composé, mais les opposerai plutôt à l’imparfait (d’un point de vue aspectuel). Ceci tient également au fait que les problèmes didactiques viennent essentiellement de l’imparfait, et de son opposition au passé composé et au passé simple, en bloc.

Aspect lexical et contexte discursif

Nous considérerons maintenant rapidement l’importance du type du verbe considéré, également appelé aspect lexical, et la façon dont il interagit avec ce que l’énonciateur souhaite construire au sein de son texte : s’intéresse-t-on dans cette partie du texte à un sujet que l’on qualifie de façons diverses ou s’intéresse-t-on aux actions elles-mêmes, qui construisent un récit ? L’énonciateur est-il en train de brosser le décor ou de faire avancer son récit par une série de procès, d’événements ?

Exemple : (reprise du texte précédent)

Eugénie
Il était une fois deux amis qui voulait partir en vacance en Italie. Autour d’une tasse de tea les deux amie réflechissaient à leur voyage et rêvaient déjà de leurs vacances. L’une rêvait de bronzer au soleil tandis que l’autre pensait plutôt au rencontre qu’elle allait faire. Au moment du départ, après avoir étudié la carte, elle s’apercurent que leurs valises ne tenaient pas dans le coffre de leur voiture. Mais bref on ne sait pas comment elles sont partie, avec ou sans valise en route pour l’Italie dans leur petite automobile verte. Sur le chemin elle croisèrent quelques autres voitures – le temps était parfait pour faire la route car le ciel était bleu. A l’arrivée en Italie, elle s’arrêtèrent à l’hôtel, avec leur quatre valises qui avaient finalement tenu dans la voiture! Le réceptioniste de l’hôtel qui portait un smoking et un noeud papillon leur donna la clef. Arrivées dans leur chambre, les deux amies découvrir que la vue de leur chambre donnait sur la mer, c’était magnifique, exactement la même vue que sur le tableau situé au dessu de leurs lits. […]

On peut tout d’abord remarquer qu’un certain nombre d’occurrences de verbes portant l’imparfait se trouvent correspondre au verbe être (fonctionnant ici comme copule) : le temps était parfait, le ciel était bleu et c’était magnifique. On retrouve ici la différence entre état (verbe d’état à l’imparfait) et événement (verbes d’action au passé simple).

Le type du verbe est donc un facteur important (et ce n’est pas une surprise).

Cependant, certains verbes d’action (parfois dits imperfectifs, ou renvoyant à des procès à bornes non confondues, selon la terminologie employée), ne déterminent pas en eux-mêmes le choix du temps ou la façon dont le procès est appréhendé. Si l’on prend le verbe rêver : [elles] rêvaient déjà de leurs vacances. L’une rêvait de bronzer au soleil… Ce verbe est ici utilisé à l’imparfait car il fait partie d’une description, de la façon dont l’énonciateur construit le décor, la situation de départ. L’énonciateur commence par caractériser les sujets, les protagonistes de l’histoire (en les plaçant au sein d’un procès construit en tant que processus, et non d’événement). On pourrait dire que le thème[14] de ces énoncés correspond à leurs sujets.

Mais dans un autre contexte, il pourrait parfaitement être utilisé au passé simple et construire un événement du récit, un élément constitutif de l’ossature, ce qui le fait avancer. Dans ce type de cas, le thème correspond alors au prédicat.

J’ai tapé « elle rêva » dans un moteur de recherche, et j’ai immédiatement trouvé de multiples exemples. Citons ici les deux premiers :

« Io était une jeune prêtresse d’Héra, fille du dieu-fleuve et roi d’Argos Inachos et de Melia, mais dans certains mythe on trouve aussi Iasos et de Leucané. Une nuit, elle rêva qu’elle devait se rendre au bord de lac Lerne et y rencontrer Zeus. Ayant raconté son rêve à son père, ce dernier se renseigna auprès de plusieurs oracles de Delphes, de Dodone mais seul l’oracle de Loxias d’Apollon donna une réponse qui affirmait que la jeune fille devait réaliser ce rêve sinon toute la famille risquait de périr foudroyée.

Elle se rendit sur les bords du lac et y rencontra effectivement Zeus. Est-ce la seule beauté de la jeune fille ou les enchantements de Lynx, la fille de Pan et d’Echo, toujours est il que le dieu en tomba amoureux et il s’unit à elle mais il est vrai que tomber amoureux était pour Zeus chose aisée. » (https://mythologica.fr/grec/io.htm)

On remarque ici immédiatement cette succession de verbes au passé simple qui structurent le récit, dont le rêve est le point de départ, l’événement déclencheur. L’énonciateur commence par caractériser le sujet dont il va être question : Io était une jeune prêtresse d’Héra, fille du dieu-fleuve et roi d’Argos Inachos et de Melia. Le centrage de l’énoncé se fait sur le sujet. Dans les énoncés suivants, le centrage se fait maintenant sur les prédicats, c’est ce qui fait avancer le récit et construire les procès considérés comme des événements, points marquants du récit.

Dans le second exemple :

« La nuit suivante, elle rêva d’eau. Elle se noyait mais continuait à respirer.

— Tes parents ? demanda Andrei.

— Non, répondit Aurelia en secouant la tête. Ce n’était pas ça. Ce n’était pas un cauchemar. Je nageais. J’étais humaine, mais je pouvais respirer sous la surface d’un lac. Comme une sirène.

Une autre nuit, elle rêva qu’elle était suspendue dans les airs sur les ailes d’un ange et, la nuit suivante, elle rêva qu’elle était embrasée par un feu qui ne la brûlait pas. Chaque rêve lui laissait un tatouage. » (80 notes de nuit, Vina Jackson[15])

On voit que le récit ici est structuré par la succession des rêves, chaque rêve est construit comme un événement marquant, un tatouage, et est décrit ensuite (après la marque de sa survenance : elle rêva) par des verbes à l’imparfait (ce n’était pas un cauchemar, elle était suspendue, etc.).

On voit donc que le contexte discursif peut être aussi important que le type du verbe exprimant le procès. Un verbe imperfectif comme rêver, utilisé à l’imparfait, va servir à caractériser le sujet de l’énoncé et non à construire un événement du récit, par exemple.

Les autres marqueurs textuels

La présence de divers circonstants va bien entendu également intervenir dans la construction du procès considéré en tant qu’événement, puisqu’il intervient dans le tissage discursif.

Dans les exemples survolés précédemment, on pourra remarquer : au moment du départ, à l’arrivée en Italie, arrivées dans leur chambre, le soir, puis pour finir la soirée, là ; une nuit ; la nuit suivante, une autre nuit

Utilisation de corpus d’apprenants de FLE

Pourquoi s’intéresser aux corpus d’apprenants ? Pour orienter ses recherches et éventuellement pour construire un cours de grammaire FLE, il me semble essentiel de partir des difficultés mêmes des apprenants. D’une part, savoir quels types d’erreurs on trouve fréquemment. Il est par exemple intéressant de savoir, que même à des niveaux de maîtrise de la langue relativement élevés, on continuera malgré tout à trouver des erreurs sur l’emploi des temps (non sur leur conjugaison, mais sur le choix de la bonne forme temporelle/aspectuelle), ou dans le domaine nominal, sur l’emploi de de, du, des, par exemple. Mais il me semble encore plus intéressant de partir véritablement des productions de ses propres apprenants.

Ce soir, nous nous contenterons d’étudier quelques exemples de productions d’apprenants. Observons donc un corpus de productions d’apprenants de FLE (le corpus CEFLE de l’université de Lund : projekt.ht.lu.se/cefle/information/, et plus spécifiquement au sein de son sous-corpus transversal, le stade D (c’est-à-dire le plus élevé) : http://projekt.ht.lu.se/cefle/textes/le-sous-corpus-transversal/stade-d/ ).

On pourra alors se demander comment le concept d’événement, ainsi que les différents éléments que nous avons cités concernant les caractéristiques de la construction d’un récit au passé peuvent aider à construire un feedback qui aidera ces apprenants à comprendre leurs erreurs.

Commençons par la production de Daisy :
Il était une fois 2 femmes qui s’appelaient Sylvie et Simone. Ils avaient travaillé toutes ses vies pour pouvoir faire un voyage en Italie. […]. Une belle journée, ils sont parties. […] Après deux jours, ils sont arrivées en Italie. Ils veulent vivre à l’hôtel « Magnifico » et ils ont recu la clé pour leur chambre du receptioniste, Carlo. La chambre était merveilleuse. Elle donnait sur la plage, et on peuvait voir l’eau bleu et le soleil qui brillait. Sylvie admirait la vue autant que Simone s’installait dans la chambre. Ils avaient seulement une chambre mais il y avait deux lits très comfortables. […] Sylvie et Simone s’amusaient beaucoup. Elles passaient ses jours à la plage, au soleil. Ils ont vu des voiles sur l’Océan et des oiseaux au ciel. C’était fantastique, un vrai paradis! Elles faisaient la conaissance de la cuisine italienne aussi, à leur restaurant favorite, « Taverna di Luigi ». Le soir, elles aimaient être au bar, ou elles ont bu du vin et parlaient avec le bartender, Pablo. Un soir, elles ont vu deux hommes qui sont entrés. Les garcons s’appelaient Don et Juan et ils ont devenus très gaies d’y trouver deux jolies filles. Ils ont achetés l’alcohol et tous les quatres ont bus ensemble. Sylvie s’est amusée avec Don et Simone a fait la conaissance de Juan. Ils ont dancé toute la nuit!! Le lendemain, ils ont fait un tour de sightseeing en Barcelona. Un guide ont raconté des histoires très intèressantes de la vie et les gents de la ville. Le soir, Sylvie et Juan se sont décides de voir le soileil qui descendait à neuf heures. Ils le voaient en silence, mais il ne fallait pas des mots parce que ils savaient que ils avaient trouvés le grand amour. Simone et Don sont allés au « Ristorante Vita Bella ». Un homme a joué le guitar et il a chanté très bon. Simone et Don voudraient célebrer qu’ils ont décidé de se marier! Ils sont tombés amoureux, tous les deux. La semaine était finie à toute vitesse. Sylvie et Simone ne veulaient pas rentrer en Suède, mais il doaient. Elles étaient très tristes de laisser leurs amours noveaux. Mais quand elles ont pris leurs valises pour partir, Don et Juan ont couru vers la voiture. – Attendez-nous! Nous voulons vous accompagner à la Suède! Don a diré: – Simone, je t’aime! Et Juan a chanté: – Sylivie, ma cherie, je t’adore! Ensuite, ils sont partis ensemble à la voiture verte pour commencer une nouvelle vie en Suède ensemble. Et ils étaient très heureux. Tout est bien qui finit bien!

Daisy semble avoir bien intégré la façon de construire un récit au passé :

  • Elle commence par il était une fois. Même si le genre demandé n’est pas un conte, la tournure reste un bon moyen d’introduire les deux personnages principaux, et de placer le récit dans un temps différent du moment de l’énonciation.
  • Elle emploie l’imparfait (ou le plus-que-parfait) pour caractériser ses personnages (… qui s’appelaient Sylvie et Simone. Ils avaient travaillé toutes ses vies pour pouvoir faire un voyage en Italie).
  • Puis pose une rupture dans le récit avec un premier passé composé, introduite par un circonstant de temps (Une belle journée, ils sont parties). On voit ici en effet que [elles] sont parties ne correspond pas à la valeur de présent accompli que l’on peut trouver avec le passé composé dans un discours repéré par rapport au présent (Elles ne sont pas là, elles sont parties en Italie, par exemple). Il s’agit ici plutôt de faire avancer le récit en fournissant l’action initiale du voyage. On peut donc considérer ici que le passé composé a une valeur équivalente au passé simple (comme mentionné précédemment).
  • Le caractère événementiel s’accorde d’ailleurs bien avec son inscription dans une série d’événements (Après deux jours, ils sont arrivées en Italie. […] ils ont recu la clé pour leur chambre du receptioniste).
  • Viennent ensuite à nouveau des imparfaits, qui viennent décrire la situation : comment était la chambre, avec des verbes d’état, mais également des verbes de processus, comme s’amuser, par exemple (La chambre était merveilleuse. Elle donnait sur la plage, et on peuvait voir l’eau bleu et le soleil qui brillait. Ils avaient seulement une chambre mais il y avait deux lits très comfortables. […] Sylvie et Simone s’amusaient beaucoup. Elles passaient ses jours à la plage, au soleil). On a également deux processus mis en parallèle (Sylvie admirait la vue autant que [=pendant que] Simone s’installait dans la chambre), qui servent eux-aussi à décrire la situation. Là encore, on peut constater une bonne maîtrise dans l’utilisation des temps et l’économie du récit.
  • Ensuite vient un énoncé plus discutable : Ils ont vu des voiles sur l’Océan et des oiseaux au ciel. L’utilisation du passé composé, en rupture avec les imparfaits précédents et suivants, fournit un effet saillant à ce procès. Or, il ne s’agit pas d’une vision qui pourrait faire avancer le récit par son caractère déterminant : le cas est en effet très différent d’un énoncé que l’on trouve un peu plus tard : Un soir, elles ont vu deux hommes qui sont entrés, où on voit que là on a bien affaire à un tournant important du récit. Or dans l’énoncé qui nous intéresse pour l’instant, il fait plutôt partie de la description de leurs journées à la plage, ce qu’elles voient, ce sont des voiles et des oiseaux, (et non une voile ou un oiseau particulier, qui pourrait servir de point de départ à un rebondissement dans le récit). Il s’agit d’une vision plutôt banale en relation avec les circonstants associés : sur l’Océan (je passe sur la géographie) et au ciel. C’est donc sans doute le type de remarques que l’on pourrait faire à Daisy pour l’aider à comprendre que « elles regardaient les voiles sur l’eau et les oiseaux dans le ciel », par exemple, conviendrait mieux.
  • Ensuite, reprise des imparfaits, qui marque bien le déroulement du séjour, verbe d’état, et valeur itérative, construite par la présence du circonstant le soir, que l’on peut opposer au suivant : un soir, qui comme on l’a dit, va marquer un tournant dans l’histoire… (C’était fantastique, un vrai paradis! Elles faisaient la conaissance de la cuisine italienne aussi, à leur restaurant favorite, « Taverna di Luigi ». Le soir, elles aimaient être au bar, ou elles ont bu du vin et parlaient avec le bartender, Pablo. Un soir, elles ont vu deux hommes qui sont entrés.). Un seul élément non cohérent : Le soir, elles aimaient être au bar, ou elles ont bu du vin et parlaient avec le bartender, Pablo. Là, on pourra sans doute mettre en avant le lien avec les autres procès et le fait que boire ici ne constitue pas particulièrement un fait marquant dans l’histoire, et de plus, il reste sous la portée du circonstant le soir, à valeur itérative…
  • Le reste montre une bonne maîtrise de Daisy dans la construction d’un récit. On l’a vu, s’en vient le moment décisif dans l’histoire : elles voient deux hommes entrer dans le bar (Un soir, elles ont vu deux hommes qui sont entrés), puis caractérisation des sujets à l’imparfait (Les garcons s’appelaient Don et Juan), puis succession de passés composés, correspondant à une succession d’actions, qui font avancer le récit, qui racontent l’histoire. Le tout se terminant comme cela avait commencé, par une tournure de conte de fée (Et ils étaient très heureux. Tout est bien qui finit bien).

Une petite incursion dans la production de Dagmar, pour un énoncé à mettre en parallèle avec Ils ont vu des voiles sur l’Océan et des oiseaux au ciel :

Je connais deux filles, elles s’appellent Thea et Bea. Elle sont les meilleurs amis. Thea est mince avec des cheveux marron et Bea est grosse avec des cheveux blondes. Une jour Thea et Bea ont decidé de faire un voyage en Italie, Thea qui est folle des garcons a rêvé des italiens, avec ses cheveux noir est ses sourires elegantes. Bea a un peau blanc et voulait se bronzer dans la plage.[…]

Le fait de rêver des italiens a la même valeur, il me semble dans l’histoire que le fait de vouloir bronzer sur la plage. Dans la mesure où ce rêve ne constitue pas un événement du récit, une action qui marquerait un tournant dans l’histoire, mais caractérise plutôt le sujet, il faudrait sans doute conseiller à Dagmar de mettre ce procès à l’imparfait (Thea qui est folle des garcons rêvait des italiens, tandis que Bea voulait bronzer sur la plage).

Jetons maintenant un coup d’œil à la production de Danna :

Je vais vous raconter de mon voyage en Italie. Tout a commencé quand moi et mon amie Johanna avons parlé d’un voyage en Italie. Nous avons parlé du soleil et des garçons, dans un café. C’était le printemps. Après ça, nous avons parlé du voyage tous les jours. Que-est-ce-que nous allons faire et qui nous allons rencontrer? En été, nous avons pris la voiture pour partir en Italie. Nous avons eu des problèmes avec nos sacs. La petite voiture était occuper après deux sacs, mais nous avons eu quatre sacs. On doit avoir beaucoup des choses quand on part en Italie, comme par exemple les vêtements. Après un petit moment avec des arguments, nous sommes partis. Après deux jours dans la voiture, nous étaions en Italie. Il fassait beau et il y avait beaucoup de fleurs dans la route. Nous avons arrivé dans l’hôtel après des disputes de la route. C’était un bon et petit hôtel. L’homme dans la réception nous a donné notre chambre, numéro 3. Le chambre ètait bien. Nous avons la fênetre dans l’océan. Mon amie a veut nager dans l’eau. Nous sommes sorties et nous avons nagé. Il faissait beau. Le soir, nous sommes sorties au restaurant. Nous avons mangé du pasta et du lasagne. Après le dîner, nous sommes sorties dans un bar pour boire du vin. C’est maintenant quand le voyage a commené devenir intéressant. Racontez-vous? D’accord, dans le bar, nous avons rencontré deux hommes italiens, Guiseppe et Antonio. Ils ont commencé parler avec nous. Ils ont été a la même age comme nous. Nous avons parlé beaucoup. Moi et Johanna avons boit du vin et Guiseppe et Antonio ont boit de la bière. Je parlait avec Antonio, et Johanna parlait avec Guiseppe. Après un momènt, nous sommes sortis dans un discothéque. Nous avons dansé toute la nuit. Le jour après, nous avons rencontré les hommes aussi. Nous sommes partis d’un sightseeing. C’était intressant avec l’histoire et les monuments. Après le sightseeing, Antonio m’ont acheté un robe. J’étais très heureuse. Le soir, Johanna et Guiseppe ont vu le soleil quand il est sorti. Moi et Antonio avons mangé dans un restaurant avec la musique. C’était très romantique. Après deux jours avec Guiseppe et Antonio, c’était le temps pour moi et Johanna de partir en Suéde. Mais quand nous avons dit ‘au revoir’ des hommes, ils voulaient partir en Suéde aussi. Nous avons eu des problèmes avec les sacs, mais nous sommes parties en Suède avec Antonio et Guiseppe, et avec tous les choses. C’ètait l’histoire de mon voyage en Italie avec mon amie Johanna. Aujourd’hui Antonio et Guiseppe habitent en Suéde.

Danna présente également une bonne maîtrise de la construction du récit. En dehors du bon emploi des temps partout, sauf dans un cas, que nous verrons ensuite, on peut remarquer une certaine gestion du suspense, et l’emploi structurant des circonstants tout au long du récit : Je vais vous raconter de mon voyage en Italie. Tout a commencé quand moi et mon amie Johanna avons parlé d’un voyage en Italie. Nous avons parlé du soleil et des garçons, dans un café. C’était le printemps. Après ça, nous avons parlé du voyage tous les jours. Que-est-ce-que nous allons faire et qui nous allons rencontrer? En été, nous avons pris la voiture pour partir en Italie. […] Après le dîner, nous sommes sorties dans un bar pour boire du vin. C’est maintenant quand le voyage a commené devenir intéressant. Racontez-vous? D’accord, dans le bar, nous avons rencontré deux hommes italiens, Guiseppe et Antonio. Ils ont commencé parler avec nous. Ils ont été a la même age comme nous. Nous avons parlé beaucoup. Moi et Johanna avons boit du vin et Guiseppe et Antonio ont boit de la bière. Je parlait avec Antonio, et Johanna parlait avec Guiseppe. Après un momènt, nous sommes sortis dans un discothéque. Nous avons dansé toute la nuit. Le jour après, nous avons rencontré les hommes aussi. Nous sommes partis d’un sightseeing…

Reprenons le seul énoncé problématique (du point de vue des temps) : nous avons rencontré deux hommes italiens, Guiseppe et Antonio. Ils ont commencé parler avec nous. Ils ont été a la même age comme nous. Nous avons parlé beaucoup. Ici, ce passé composé se trouve dans une succession de passés composés qui racontent l’histoire, il y a donc une certaine cohérence. Il n’y aurait d’ailleurs pas eu de problème si on avait eu, par exemple : Ils nous ont dit qu’ils avaient le même âge que nous, ou nous avons compris que nous avions le même âge… En dehors de l’utilisation du verbe être au lieu d’avoir (on pourrait réfléchir sur ils ont eu le même âge…), on voit que c’est la nature du verbe (verbe d’état) qui bloque ici l’utilisation du passé composé, et qu’encore une fois, il ne faudra pas oublier de montrer l’importance de l’aspect lexical des verbes.

Autre exemple du même genre dans le corpus :

Donna : A l’hôtel les deux fille ont fait le check-in […]. La chambre a été très bonne avec deux lits et une grande fênetre en face de la plâge.

Examinons maintenant la production de Didier (une partie seulement) :
Les deux amies vivaient comme des rêines mais Anna n’était pas tout à fait contente. Elle voulait rencontrer des hommes mais il n’y avait pas des autres personnes sur la plage. Mais un soir elles visitait un restaurant très respectable avec de la nourriture exceptionelle. Mais comme le serviteur n’est pas très interressé de Anna elle restait malcontente. Après le diner elles visitait un bar et elles rencontrait Pablo et Marco.

Ici, il ne s’agit pas de verbes d’état au passé composé, mais de verbes de processus à l’imparfait. Bien entendu, rien n’empêche de mettre un verbe de processus à l’imparfait, les deux sont mêmes hautement compatibles. Le problème est bien ici un problème de construction des événements. En effet, mettre ces procès à l’imparfait nous fait attendre, soit une valeur itérative, ce qui n’est pas compatible avec les circonstants utilisés (un soir ; après le dîner), soit une valeur de cadre pour un événement qui, lui, viendrait faire avancer le récit (et se trouverait donc au passé composé), or ce n’est pas le cas ici. L’événement marquant est évidemment la rencontre avec Pablo et Marco, mais elle est ici présentée à l’imparfait, ce qui bloque sa construction en tant qu’événement. On voit que ces procès à l’imparfait sont des procès qui devraient correspondre à des événements, comme le montrent aussi les circonstants qui les introduisent comme une rupture avec ce qui précède. Mais il faudrait pour que cela fonctionne qu’ils soient au passé composé.

Conclusion – La construction de l’événement : un cas d’école intéressant du point de vue linguistique, grammatical et didactique…

Voilà, j’espère que cette présentation aura pu fournir quelques pistes exploratoires sur une façon d’aborder les phénomènes linguistiques jusque dans leurs dimensions didactiques, le cas de la construction de l’événement me semblant un bon exemple, sachant les difficultés que gardent les apprenants de FLE dans le maniement des temps du passé, et par l’attention qu’il concentre sur le fait que le sens est toujours une construction et non une donnée préexistante, et convoque de façon conjointe dans sa construction différents aspects qui sont malheureusement souvent évoqués de façon disjointes (que ce soit en linguistique ou en didactique) : les niveaux grammatical, lexical et discursif.

[1] http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/%C3%A9v%C3%A9nement/31839

[2] Les mots de la linguistique – Lexique de linguistique énonciative, M.-L. Groussier et C. Rivière, Ophrys, Paris, 1996, p. 193.

[3] Cf. aussi le Dictionnaire de linguistique et des sciences du langage, Larousse, Paris, 1994, qui souligne également le caractère « écrit ou parlé » du texte.

[4] Cadre Européen Commun de Référence en Langue, p. 15 (chap. 2).

[5] http://www.cnrtl.fr/definition/proc%C3%A8s

[6] Cf. le Dictionnaire de linguistique et des sciences du langage, Larousse, Paris, 1994

[7] Cf. http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/%C3%A9v%C3%A9nement/31839, cité plus haut.

[8] Énonciateur : « Sujet produisant un énoncé à l’intention d’un autre Sujet […] à un moment d’énonciation […] », Les mots de la linguistique – Lexique de linguistique énonciative, M.-L. Groussier et C. Rivière, Ophrys, Paris, 1996, p. 68. Cf. aussi Grammaire et textes anglais – Guide pour l’analyse linguistique, J. Bouscaren et J. Chuquet, Ophrys, 1987, p. 180 : « Le sujet énonciateur […] est langagier et se situe à la croisée du linguistique et de l’extralinguistique. Il n’est pas un donné physique identifiable à un individu particulier situé dans le monde extérieur ; il est le reflet construit (par l’énonciation elle-même) de ce donné extralinguistique […]. »

[9] http://www.cnrtl.fr/definition/r%C3%A9cit

[10] LA CONSTRUCTION DU SUJET, Colloque international et pluridisciplinaire : 5, 6, 7 juin 2008, Université de Rouen.

[11] Corpus CEFLE, cf. http://projekt.ht.lu.se/cefle/information/ pour plus d’informations sur la construction du corpus.

[12] Eugénie est un pseudonyme : tous les étudiants du groupe de contrôle commencent par E.

[13] Cf. Grammaire et textes anglais – Guide pour l’analyse linguistique, J. Bouscaren et J. Chuquet, Ophrys, 1987, p. 165 : « Le concept vise : – un procès qui n’est pas défini par rapport à une origine relais (situation-repère, point de vue, etc.), – un aspect qui peut être associé à un intervalle disjoint de tout autre. »

[14] Le terme de thème est utilisé d’un grand nombre de manières. L’emploi que j’en fais ici se rapproche sans doute le plus du « terme de départ de la relation prédicative », dans la théorie des opérations prédicatives et énonciatives d’Antoine Culioli (cf. Grammaire et textes anglais – Guide pour l’analyse linguistique, J. Bouscaren et J. Chuquet, Ophrys, 1987, pp. 138-144). Je ne rentrerai pas ici dans le détail…

[15] https://books.google.fr/books?id=ZeYXBQAAQBAJ&pg=PT177&lpg=PT177&dq=%22Elle+r%C3%AAva%22&source=bl&ots=co_q6By8r0&sig=Fya295yKn8AwtPWfl_FVWNTnF7c&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwiW7ImtkpzRAhXdOFAKHQHHBTkQ6AEIQzAL#v=onepage&q=%22Elle%20r%C3%AAva%22&f=false


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *