Événement et récit : une relation problématique.

Marcel_Proust_1900

Marcel Proust (1900) par Otto Wegener

par Marc Courtieu

Dans la plupart des études portant sur la relation de la littérature à l’événement, on s’intéresse surtout à la façon dont le roman, le théâtre, la poésie, etc., prennent en compte et intègrent certains événements réels (la Révolution française ou l’épopée napoléonienne dans les romans du XIXe siècle, la Grande Guerre chez Proust, le 11 septembre 2001 dans la littérature contemporaine, etc…), c’est-à-dire à ce que Nathalie Sarraute appelle d’une manière très stimulante le glissement du « fait vrai » au « fait déplacé[1] ». Je m’attacherai plutôt ici à la place qu’occupe, ou occuperait l’événement, qu’il soit réel ou fictif, dans l’organisation même, dans la structure générale de la fiction romanesque. Entre les notions de récit, de écouternarrativité, d’événement, il y a une sorte de nœud conceptuel qu’il est intéressant de tenter de démêler, autant que faire se peut. Lire la suite

Dire l’indicible : Événement biblique et iconographie (la représentation de Dieu)

Le Christ-Emmanuel – Simon Ouchakov (Domaine public)

par Michel Niqueux

Comment représenter le divin, par essence invisible ?

Cette interrogation traverse toute l’histoire de la pensée et de l’art européen et s’avère d’une grande actualité, comme l’a montré la tragédie de Charlie Hebdo.

L’événement biblique, et avant tout Dieu, est d’une nature telle que le dire ou le représenter a été considéré comme interdit (dans le judaïsme et l’islam) ou nécessitant le recours à différentes médiations. C’est l’émergence de la représentabilité de Dieu que nous suivrons, depuis les débuts jusqu’à nos jours. L’art chrétien, après s’en être tenu à des symboles christiques pendant les deux premiers siècles, s’est attaché, en s’appuyant sur les dogmes de l’Incarnation et de la Trinité, à représenter Dieu à travers son Fils (christomorphisme), puis à partir du deuxième millénaire, à représenter Dieu le Père lui-même dans différents types de Trinités.

La représentation du divin dans l’art sacré a cependant connu diverses crises : l’iconoclasme aux VIIIe-IXe siècles, la Renaissance, avec une humanisation du divin, la modernité avec le détournement de l’image de Dieu à des fins militantes ou publicitaires, à côté d’un art moderne tendant à l’abstraction apophatique (irreprésentabilité de Dieu). Lire la suite

La presse du POUM pendant l’événement de la guerre civile : entre engagement politique et contraintes conjoncturelles

par Cindy COIGNARD

espurnaLe Parti Ouvrier d’Unification Marxiste (POUM) est né de la fusion de la Gauche Communiste (Izquierda Comunista) et du Bloc Ouvrier et Paysan (Bloque Obrero y Campesino) le 29 septembre 1935 à Barcelone. Dirigé conjointement par Andrés Nin et Joaquín Maurín, le parti a été très actif pendant la guerre civile espagnole malgré un nombre de militants peu élevé (on en dénombre 6.000 au tout début de la guerre en juillet 1936, puis près de 30.000 en décembre de la même année)[1]. Principalement ancré en Catalogne, le POUM a joué un rôle non négligeable pendant l’événement de la guerre civile espagnole s’opposant frontalement aux forces franquistes mais aussi aux communistes du écouterPCE qui suivaient la ligne officiel de Moscou. En ce sens, le POUM fut qualifié de parti dissident ; cette opposition interne, qui a culminé avec les Evénements de Mai 1937, lui valut d’ailleurs d’être déclaré illégal et l’obligea à continuer son activité dans la clandestinité. A ce propos, nous pouvons nous interroger sur la façon dont ces différents événements peuvent influer sur le contenu des journaux du parti. Lire la suite

Dire l’évènement… et le nommer : L’Amérique, découverte ? Inventée ? Rencontrée ? De la difficulté à être lorsque les mots ne sont pas là pour le dire.

par Estrella Ruiz-Galvez Priego

lopez de gomara iconografia EstrellaEdmundo O’Gorman, Marcel Bataillon, Silvio Zavala, Miguel León Portilla Leopoldo Zea et autres devant l’évènement.

  1. Nommer ce Monde Inconnu

« Très souverain seigneur : Le plus grand évènement depuis la création du monde, à part l’incarnation et la écoutermort de celui qui l’a créé, c’est la découverte des Indes qui par conséquent furent appelées le Monde Nouveau. On ne l’appela pas tant Nouveau parce qu’il était nouvellement découvert mais plutôt parce qu’il est très grand, presque aussi grand que l’ancien, qui contient l’Europe, l’Afrique et l’Asie. On peut aussi l’appeler nouveau pour toutes ses choses très différentes de celles de notre monde. Les animaux en général, bien qu’il y en a peu d’espèces, sont faits autrement, le poisson dans l’eau, les oiseaux du ciel, les arbres, les fruits, les herbes et le grain de la terre, qui n’est pas petite considération du Créateur, étant les éléments de même nature ici comme là-bas… ».

C’est dans ces termes que Francisco Gomez de Gómara (1511-1566) s’adresse à Charles V pour lui présenter son livre sur l’Histoire Générale des Indes, qui comprend – comme il est dit dans son titre- une première et une seconde partie de l’Histoire générale des Indes avec toute la découverte et les choses notables qui ont eu lieu depuis qu’elles ont été gagnées jusqu’à l’année de 1551, avec la conquête du Mexique de la Nouvelle Espagne[1]. Lire la suite

Les élections présidentielles françaises de 1965 vues depuis l´Espagne. La lecture interne d´un événement extérieur

par Álvaro Fleites Marcos

Image1_La_Vanguardia_Española_5_11_1965Cet article vise à examiner la vision de l’élection présidentielle française de 1965 par la presse de l´Espagne franquiste pour montrer la tendance de cette dernière à réaliser une interprétation des événements externes dans une clé de lecture interne. Ainsi, à travers l’analyse du traitement par les journaux espagnols de ces élections on va tenter de mettre en évidence la façon dont la position idéologique de ces quotidiens au sujet de la possible évolution politique de leur propre pays a été déterminante dans leur image des principaux épisodes de la vie politique de certains états étrangers.

écouter Lire la suite

« Madame se meurt, Madame est morte » : de l’annonce d’un décès comme événement en littérature

par Anne-Marie Gresser

camusIl nous semble que toute la richesse et la complexité de ce séminaire vient de l’ambigüité du terme « événement ».

En essayant de se replacer dans une perspective de neutralité, de perception générale du terme – hors approfondissement scientifique – il apparaît à première vue que écouterl’événement relève plutôt des catégories de l’histoire que de celles de la littérature. On pourrait même presque dire que le rapprochement des deux termes « événement » et «littérature » a en soi quelque chose de suspect. Lire la suite