Dire l’événement – Langage, mémoire, société

Mise en page 1Ce volume rassemble les contributions de chercheurs de différentes aires culturelles autour de la notion d’événement, objet porteur de sens différents et, de ce fait, transversal à différentes disciplines des sciences humaines et sociales (histoire, sociologie, sciences du langage, sciences de la communication, sciences politiques), ici représentées. Si, comme dit le dictionnaire d’usage, l’événement est « ce qui arrive », c’est également « ce qu’il devient » au fil du temps, c’est-à-dire comment on le raconte, le nomme, le qualifie, le mémorise, et comment il se transforme lorsqu’il est « saisi » par la langue et la communication et qu’il devient ainsi objet de discours.

https://lectures.revues.org/13534

La bataille de Pavie (1525) entre faits et représentations

par Valeria Caldarella Allaire

L’ Invasione del campo francese e fuga delle dame e dei civili al seguito di Francesci I, Arazzo di Bernard van Orley (1491/1492 circa-1542) e William Dermoyen, conservato al Museo Capodimonte

D’après l’historien Yves Marie Bercé : « […] la compréhension de la culture d’un temps révolu ne doit pas emprunter ses matériaux aux seuls faits vrais mais aussi bien aux simples vraisemblances, les rumeurs et les erreurs, les créations du talent ou du génie, les imaginations communes, les espérances et les angoisses, conscientes ou inavouées, prennent crédit à nos yeux »[1]. Lire la suite

Comment la nouvelle dit l’événement : l’exemple de la nouvelle contemporaine (domaines américain, français et italien)

Par Claire Colin

Introduction

lectriceL’événement est facilement associé au genre de la nouvelle. Les premières approches théoriques du genre insistent déjà sur ce lien : « Une nouvelle est-elle autre chose qu’un événement inouï qui a lieu[1] ? » affirme ainsi dès 1827 Goethe, qui conçoit le texte narratif bref comme une histoire de caractère avant tout anecdotique. écouter Lire la suite

La question de l’événement, bibliographie

Bibliographie proposée par Claire Colin

ACQUIER Marie-Laure, MERLO Philippe (éds.), La relation de la littérature à l’événement, Paris, L’Harmattan, 2012, 302 p.  ML-Acquier
ALEXANDRE Didier, FRÉDÉRIC Madeleine, PARENT Sabrina et TOURET Michèle (éds.), Que se passe-t-il ? Événements, sciences humaines et littérature, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, coll. « Interférences », 2004, 253 p.  quesepasse-t-il

Lire la suite

Charles Quint et le sac de Tunis dans quelques chroniques européennes du XVIe siècle

par Anne-Lise Richard

La lutte contre l’islam est un thème récurrent dans l’historiographie de l’époque moderne. Si les Rois Catholiques ont mis un terme à la Reconquête en 1492, la chute de Grenade n’a pas signifié pour autant la fin de cette confrontation, d’une part en raison des projets espagnols dans le nord de l’Afrique, et d’autre part à cause des avancées ottomanes en Méditerranée. En effet, peu de temps après la fin de la Reconquête, craignant un retour des musulmans sur leur territoire, les rois espagnols décident d’implanter des présides[1] afin de créer des contacts diplomatiques dans cette partie du monde. Lire la suite

La notion d’événement : une nouvelle perspective en sciences humaines et sociales ?

Pensée plurielle n° 13, 2006/3( Éditeur : De Boeck Supérieur )PP_013_L204

Dans le cadre de l’École doctorale ACCES, une journée d’étude « La notion d’événement, une nouvelle perspective en Sciences humaines et sociales ? », a été mise en œuvre, animée et coordonnée par Mireille Prestini, doctorante en Sciences de l’Éducation, sous la direction du professeur Francis Danvers, responsable de l’axe 3 du laboratoire PROFEOR. Cette réflexion sur l’événement s’inscrit dans un travail de thèse menée à propos de la formation d’adultes.

https://www.cairn.info/revue-pensee-plurielle-2006-3.htm