Événement et récit : une relation problématique.

Marcel_Proust_1900

Marcel Proust (1900) par Otto Wegener

par Marc Courtieu

Dans la plupart des études portant sur la relation de la littérature à l’événement, on s’intéresse surtout à la façon dont le roman, le théâtre, la poésie, etc., prennent en compte et intègrent certains événements réels (la Révolution française ou l’épopée napoléonienne dans les romans du XIXe siècle, la Grande Guerre chez Proust, le 11 septembre 2001 dans la littérature contemporaine, etc…), c’est-à-dire à ce que Nathalie Sarraute appelle d’une manière très stimulante le glissement du « fait vrai » au « fait déplacé[1] ». Je m’attacherai plutôt ici à la place qu’occupe, ou occuperait l’événement, qu’il soit réel ou fictif, dans l’organisation même, dans la structure générale de la fiction romanesque. Entre les notions de récit, de écouternarrativité, d’événement, il y a une sorte de nœud conceptuel qu’il est intéressant de tenter de démêler, autant que faire se peut. Lire la suite