Structures sociales et événement migratoire au Pérou au XX-XXI siècles : L’articulation à Lima de la Vallée Tarma-Chanchamayo

Hillside Sprawl – Villa Maria del Triunfo Skyline,
Lima, Peru (Adam Mizrahi
via Flickr Licence CC)

Emilio Fernando Orihuela Egoavil (Professeur émérite. Université de Caen)

Au Pérou, la migration est un phénomène présent tout au long de son histoire. Au XXe siècle, surtout à partir des années 1950, elle concerne des milliers des paysans qui partent de leurs villages de la Sierra pour s’installer dans les villes de la côte, surtout à Lima.  Si ce processus touche environ 591.000 personnes en 1940, il en concerne 2.280.000 en 1961 et 3.678.000 en 1981[1]. Il continue à se développer au cours des années et transforme Lima, en 2007, en une métropole de 8.500.000 d’habitants, ayant grandi depuis 1961 de 2,8% par an[2]. Lire la suite

Les Andes orientales : l’équilibre perdu d’un territoire multi-ethnique. Conséquences d’un événement forcé pendant la période coloniale naissante (1550-1600)

par Natividad Ferri, doctorante Université de Caen Normandie

A l’époque des inca, la population indienne n’avait le droit de se déplacer librement en dehors de sa communauté de lignage, l’ayllu, à moins d’en avoir reçu l’ordre précise de la part de l’Inca ou du chef local (curaca) dans un but spécifique. Les chroniques espagnoles écrites pendant la période coloniale soulignaient l’existence d’une grande quantité de punitions que les souverains Incas faisaient appliquer en cas de fuite[1]. Par ailleurs, les liens de sang qui unissaient les Indiens à leurs ayllus les empêchaient psychologiquement de quitter volontairement leur communauté d’origine, car la mobilité signifiait rompre avec l’unité familiale, sur laquelle toute leur existence était basée. Seul l’Inca, par le biais des chefs locaux, avait les pleins pouvoirs de régler les déplacements ; il dirigeait ainsi les transferts forcés des populations, des transferts insérés dans un régime bien particulier de besoins économiques, militaires et logistiques. Comme Louis Baudin l’a noté : « il installait de bons agriculteurs là où ceux-ci faisaient défaut… il plaçait des tribus inquiètes près des tribus soumises […]. Il disposait ses sujets comme des pions sur un échiquier »[2]. Lire la suite

Dire la « migrance » : quand l’écriture se fait migrante dans l’œuvre de José María Arguedas

par Rosana Orihuela, LASLAR, Université de Caen Normandie

José María Arguedas – Historia del Perú- Perú republicano, Tomo VIII. Licence CC

L’œuvre de l’écrivain péruvien José María Arguedas se distingue par la porosité de ses frontières disciplinaires : à la fois romancier, poète, traducteur et ethnologue, l’intellectuel a été le témoin passionné et engagé des bouleversements qui ont traversé la société péruvienne au XXe siècle. Les motifs qui structurent son œuvre narrative sont également ceux qu’il analyse dans sa production scientifique : les processus d’influence des populations quechuas et créoles[1], la place et le statut des populations indiennes dans l’élaboration de la modernité péruvienne et l’actualité de la culture orale populaire indigène sont autant de thèmes qui relient ses articles, ses poèmes, ses traductions et ses romans. Arguedas interroge également les dynamiques transculturatrices[2] qui traversent le Pérou : par transculturation, nous entendons le processus par lequel deux groupes sociaux entrent en interaction et se transforment culturellement l’un au contact de l’autre. Arguedas se distingue par son refus de considérer les changements provoqués par la modernité à travers le prisme de l’acculturation, c’est-à-dire le processus par lequel des cultures entrent en opposition, une opposition qui voit généralement les cultures dites traditionnelles gommer une partie de leur entité pour incorporer des éléments venus de la culture considérée comme moderne, c’est-à-dire occidentale. L’œuvre arguédienne est ainsi singulière en ce qu’elle tente d’embrasser sur un mode à la fois littéraire et scientifique l’effervescence sociale et politique d’un pays en mutation. Lire la suite

Dire l’événement choréographique dans Walkaround Time de Merce Cunningham

par Caroline Granger, doctorante Université de Caen Normandie, membre ERIBIA

Collection of the Walker Art Center. © James Klosty

« Dire l’évènement, regards croisés. » résonne particulièrement lorsqu’on songe à la pensée de Merce Cunningham. Ainsi, dans un premier temps, nous nous pencherons sur une série d’œuvres chorégraphiques qu’il a lui-même nommé « Events ».

De cette façon, il questionne explicitement la problématique de « dire l’évènement chorégraphique. » Par la suite, nous nous concentrerons sur une pièce intitulée Walkaround Time qui met en lumière l’intérêt qu’il porte à la transmission des œuvres artistiques. Comment un artiste défunt peut-il continuer à dire ? Lire la suite

Dire l’événement en mots et chansons : la folle journée du 17 juillet 1720 et la chute du Système de Law

par Dominique Ancelet-Netter
Institut Catholique de Paris ecouter

 

Jacques Chéreau (1688-1776), estampillé « Au Grand St. Rémy », échoppe rue Saint-Jacques à Paris

Comment des chansons satiriques constituant une littérature à la fois clandestine, critique et parodique sous la Régence peuvent énoncer l’événement et la complexité de la première grande crise financière de l’époque moderne ? Cette communication est centrée sur un corpus[1] constitué de chansons populaires, anonymes et parisiennes sous la Régence, entre 1718 et 1720, ces « vaudevilles » et autres airs du Pont-Neuf traitant de la création, de l’essor puis de la faillite de la Banque générale de John Law. Ces chansons légères marquent ainsi une acmé dans « le dit de l’argent ». Par un lexique financier prégnant, technique, élaboré, savant, l’association syntagmatique du champ lexical de l’argent à celui de la grivoiserie, voire de la grossièreté reste aussi dans le ton habituel de ces chansons. Lire la suite

Construction des événements et temps du passé en français

© Malin Ågren 2008

par Odile Blanvillain
(CRISCO, université de Caen Normandie)

Introduction : quelques définitions

Ce séminaire a pour sujet l’événement, sous toutes ses coutures…

De quel type d’événement vais-je donc parler ce soir ? Je ne vais pas parler de l’événement, au sens journalistique du terme, par exemple, même si l’on pourrait ecouterparfaitement aborder l’événement journalistique sous le biais linguistique et didactique que je vais prendre maintenant.

Lire la suite

La Grande Guerre racontée aux enfants italiens

par Mariella Colin

presentation-texte

Yambo [Enrico Novelli], Ciuffettino alla guerra, Florence, Casa Editrice La Nazione, 1916. Droits : Fondazione Tancredi di Barolo (Turin).

ecouterCommençons par rappeler que la Grande Guerre fut, pour les pays européens comme la France et l’Italie, une expérience collective sans précédent. Et ce, non seulement à cause des proportions mondiales du conflit, de la puissance meurtrière des armes et de la déshumanisation de l’affrontement, mais aussi de la manière dont les populations civiles y furent impliquées.

Le sentiment d’appartenance nationale et l’obligation morale de participer personnellement à l’action commune furent suscités et entretenus par la propagande, à laquelle le gouvernement italien, comme ceux des autres États nationaux, eut recours pour mobiliser toutes les énergies.

Lire la suite

Événement et récit : une relation problématique.

Marcel_Proust_1900

Marcel Proust (1900) par Otto Wegener

par Marc Courtieu

Dans la plupart des études portant sur la relation de la littérature à l’événement, on s’intéresse surtout à la façon dont le roman, le théâtre, la poésie, etc., prennent en compte et intègrent certains événements réels (la Révolution française ou l’épopée napoléonienne dans les romans du XIXe siècle, la Grande Guerre chez Proust, le 11 septembre 2001 dans la littérature contemporaine, etc…), c’est-à-dire à ce que Nathalie Sarraute appelle d’une manière très stimulante le glissement du « fait vrai » au « fait déplacé[1] ». Je m’attacherai plutôt ici à la place qu’occupe, ou occuperait l’événement, qu’il soit réel ou fictif, dans l’organisation même, dans la structure générale de la fiction romanesque. Entre les notions de récit, de écouternarrativité, d’événement, il y a une sorte de nœud conceptuel qu’il est intéressant de tenter de démêler, autant que faire se peut. Lire la suite

Dire l’indicible : Événement biblique et iconographie (la représentation de Dieu)

Le Christ-Emmanuel – Simon Ouchakov (Domaine public)

par Michel Niqueux

Comment représenter le divin, par essence invisible ?

Cette interrogation traverse toute l’histoire de la pensée et de l’art européen et s’avère d’une grande actualité, comme l’a montré la tragédie de Charlie Hebdo.

L’événement biblique, et avant tout Dieu, est d’une nature telle que le dire ou le représenter a été considéré comme interdit (dans le judaïsme et l’islam) ou nécessitant le recours à différentes médiations. C’est l’émergence de la représentabilité de Dieu que nous suivrons, depuis les débuts jusqu’à nos jours. L’art chrétien, après s’en être tenu à des symboles christiques pendant les deux premiers siècles, s’est attaché, en s’appuyant sur les dogmes de l’Incarnation et de la Trinité, à représenter Dieu à travers son Fils (christomorphisme), puis à partir du deuxième millénaire, à représenter Dieu le Père lui-même dans différents types de Trinités.

La représentation du divin dans l’art sacré a cependant connu diverses crises : l’iconoclasme aux VIIIe-IXe siècles, la Renaissance, avec une humanisation du divin, la modernité avec le détournement de l’image de Dieu à des fins militantes ou publicitaires, à côté d’un art moderne tendant à l’abstraction apophatique (irreprésentabilité de Dieu). Lire la suite

La presse du POUM pendant l’événement de la guerre civile : entre engagement politique et contraintes conjoncturelles

par Cindy COIGNARD

espurnaLe Parti Ouvrier d’Unification Marxiste (POUM) est né de la fusion de la Gauche Communiste (Izquierda Comunista) et du Bloc Ouvrier et Paysan (Bloque Obrero y Campesino) le 29 septembre 1935 à Barcelone. Dirigé conjointement par Andrés Nin et Joaquín Maurín, le parti a été très actif pendant la guerre civile espagnole malgré un nombre de militants peu élevé (on en dénombre 6.000 au tout début de la guerre en juillet 1936, puis près de 30.000 en décembre de la même année)[1]. Principalement ancré en Catalogne, le POUM a joué un rôle non négligeable pendant l’événement de la guerre civile espagnole s’opposant frontalement aux forces franquistes mais aussi aux communistes du écouterPCE qui suivaient la ligne officiel de Moscou. En ce sens, le POUM fut qualifié de parti dissident ; cette opposition interne, qui a culminé avec les Evénements de Mai 1937, lui valut d’ailleurs d’être déclaré illégal et l’obligea à continuer son activité dans la clandestinité. A ce propos, nous pouvons nous interroger sur la façon dont ces différents événements peuvent influer sur le contenu des journaux du parti. Lire la suite

Dire l’évènement… et le nommer : L’Amérique, découverte ? Inventée ? Rencontrée ? De la difficulté à être lorsque les mots ne sont pas là pour le dire.

par Estrella Ruiz-Galvez Priego

lopez de gomara iconografia EstrellaEdmundo O’Gorman, Marcel Bataillon, Silvio Zavala, Miguel León Portilla Leopoldo Zea et autres devant l’évènement.

  1. Nommer ce Monde Inconnu

« Très souverain seigneur : Le plus grand évènement depuis la création du monde, à part l’incarnation et la écoutermort de celui qui l’a créé, c’est la découverte des Indes qui par conséquent furent appelées le Monde Nouveau. On ne l’appela pas tant Nouveau parce qu’il était nouvellement découvert mais plutôt parce qu’il est très grand, presque aussi grand que l’ancien, qui contient l’Europe, l’Afrique et l’Asie. On peut aussi l’appeler nouveau pour toutes ses choses très différentes de celles de notre monde. Les animaux en général, bien qu’il y en a peu d’espèces, sont faits autrement, le poisson dans l’eau, les oiseaux du ciel, les arbres, les fruits, les herbes et le grain de la terre, qui n’est pas petite considération du Créateur, étant les éléments de même nature ici comme là-bas… ».

C’est dans ces termes que Francisco Gomez de Gómara (1511-1566) s’adresse à Charles V pour lui présenter son livre sur l’Histoire Générale des Indes, qui comprend – comme il est dit dans son titre- une première et une seconde partie de l’Histoire générale des Indes avec toute la découverte et les choses notables qui ont eu lieu depuis qu’elles ont été gagnées jusqu’à l’année de 1551, avec la conquête du Mexique de la Nouvelle Espagne[1]. Lire la suite

Les élections présidentielles françaises de 1965 vues depuis l´Espagne. La lecture interne d´un événement extérieur

par Álvaro Fleites Marcos

Image1_La_Vanguardia_Española_5_11_1965Cet article vise à examiner la vision de l’élection présidentielle française de 1965 par la presse de l´Espagne franquiste pour montrer la tendance de cette dernière à réaliser une interprétation des événements externes dans une clé de lecture interne. Ainsi, à travers l’analyse du traitement par les journaux espagnols de ces élections on va tenter de mettre en évidence la façon dont la position idéologique de ces quotidiens au sujet de la possible évolution politique de leur propre pays a été déterminante dans leur image des principaux épisodes de la vie politique de certains états étrangers.

écouter Lire la suite

« Madame se meurt, Madame est morte » : de l’annonce d’un décès comme événement en littérature

par Anne-Marie Gresser

camusIl nous semble que toute la richesse et la complexité de ce séminaire vient de l’ambigüité du terme « événement ».

En essayant de se replacer dans une perspective de neutralité, de perception générale du terme – hors approfondissement scientifique – il apparaît à première vue que écouterl’événement relève plutôt des catégories de l’histoire que de celles de la littérature. On pourrait même presque dire que le rapprochement des deux termes « événement » et «littérature » a en soi quelque chose de suspect. Lire la suite

Le Siège de Cuzco en 1536-1537: interprétations à travers le temps. Regards croisés

par  Natividad Ferri Carreres et Emilio Fernando Orihuela

cuzco

Le siège de Cuzco : un fait marquant de la conquête du Pérou

Les Incas étaient vaincus depuis la fin de 1532, avec la capture, puis l’exécution d’Atahualpa. Mais, certains membres de l’élite indienne, surtout ceux liés à Huáscar, l’inca assassiné sur ordre d’Atahualpa, pensant racheter leur autonomie et s’affirmer face à l’armée de celui-ci, collaboraient avec les conquérants. Ainsi, Manco, frère de Huáscar, mit à disposition des Espagnols les structures étatiques de l’empire et fut ensuite couronné inca par Francisco Pizarro. Cependant, dès les premières années de l’occupation espagnole, Manco et ses hommes se rendirent compte que les Espagnols tentaient de détruire leur gouvernement, de désintégrer les bases morales de leur société et de les réduire pratiquement en esclavage ; c’est pourquoi, il décida de mettre un terme à sa collaboration. Lire la suite