Dire l’événement en mots et chansons : la folle journée du 17 juillet 1720 et la chute du Système de Law

par Dominique Ancelet-Netter
Institut Catholique de Paris ecouter

 

Jacques Chéreau (1688-1776), estampillé « Au Grand St. Rémy », échoppe rue Saint-Jacques à Paris

Comment des chansons satiriques constituant une littérature à la fois clandestine, critique et parodique sous la Régence peuvent énoncer l’événement et la complexité de la première grande crise financière de l’époque moderne ? Cette communication est centrée sur un corpus[1] constitué de chansons populaires, anonymes et parisiennes sous la Régence, entre 1718 et 1720, ces « vaudevilles » et autres airs du Pont-Neuf traitant de la création, de l’essor puis de la faillite de la Banque générale de John Law. Ces chansons légères marquent ainsi une acmé dans « le dit de l’argent ». Par un lexique financier prégnant, technique, élaboré, savant, l’association syntagmatique du champ lexical de l’argent à celui de la grivoiserie, voire de la grossièreté reste aussi dans le ton habituel de ces chansons. Folle journée, un événement heureux ? L’émeute du 17 juillet 1720 consécutive à la banqueroute du Système de Law avec ses nombreux morts n’est jamais nommée, comme si les chansons voulaient éviter le tragique, et rester dans le ton de la légèreté exprimées par des vers de mirliton, pour rester dans le genre de la chanson, « texte-musique-interprétation comme éternisation possible d’une fugacité – autrement dit l’art de fixer l’air de notre présent[2]», et en l’occurrence, de notre passé dans  l’histoire économique et financière de la France, avec un événement majeur : la faillite retentissante du système de John Law après une envolée et une puissance débridées jusqu’à l’explosion en plein vol lors de « la folle journée » du 17 juillet 1720 à Paris[3]. Cet événement, qui a fait couler beaucoup d’encre, on est en plein essor de la presse, est dit, décrit, énoncé dans les journaux privés (comme celui de Mathieu Marais[4], avocat, (1715-1737) ou de Buvat[5] (1715-1723), copiste à la bibliothèque du Roi) et les nombreuses gazettes de l’époque, dans les Mémoires, comme celles du Duc de Saint-Simon[6] ou les chroniques comme celle de Barbier, lui aussi avocat, et considéré comme un des témoins les plus fiables de son temps. Mais, Arlette Farge le souligne dans Dire et mal dire. L’opinion publique au XVIIIe siècle[7], « Journaux et mémoires sont à l’écart de la littérature, sauf exceptions ». Et la littérature, si je reprends les propos de Patrick Modiano, « c’est l’ombre portée sur l’événement plutôt que l’événement lui-même[8] ». Quelles ombres ou quels éclairages apportent alors sur un événement économique, un genre considéré comme mineur jusqu’à présent dans la littérature ? Je reprendrai les définitions de Stéphane Hisrchi de la chanson et de la cantologie, même si celui-ci les applique aux XXe et XXIe siècles. Selon lui, la chanson est une « production esthétique autonome » qui doit être considérée comme un tout organique associant « texte-musique-interprétation comme éternisation possible d’une fugacité – autrement dit l’art de fixer l’air de notre présent[9] ». Quant à la cantologie, néologisme qu’il a créé, elle se donne pour obligation d’analyser la chanson ainsi entendue. Et selon la musicologue Mélanie Traversier « Le XVIIIe est un siècle de mélomanie généralisée. Les lieux de spectacle se multiplient, se diversifient, et la demande de musique croît[10] ».

Ces chansons légères, populaires, anonymes et parisiennes de la Régence, entre 1718 et 1720, sont aussi nommés « vaudevilles » par opposition aux vaux-de-vires, chansons grivoises dont les premiers paroliers du XVe siècle étaient de Normandie, originaires des Vaux-de-Vires dans le Calvados. Il est vrai que l’on peut débattre de la qualité littéraire de ces chansons, de ces vers de mirliton, mais ils respectent une structure métrique, formelle et poétique et traitent notamment de l’argent et de ses mots/maux à propos du système de Law. Ces chansons satiriques constituent une littérature à la fois clandestine, « dans le plus strict anonymat des auteurs[11] », critique et parodique, mais présentant l’avantage d’une publicisation rapide et facile par ce vecteur oral, verbal et musical, des « dits » de l’événement. La Régence, qui est déjà un événement en soi, est un condensé du XVIIIe siècle, qui accélère et concentre le temps, puisque, pour citer Voltaire, c’est « tout un siècle en huit ans[12]». Voltaire nous donne cette notion de densité dans la temporalité qui fait l’événement. L’article « Régence » du Dictionnaire des Lettres Françaises[13] rappelle aussi que, au-delà de l’événement, « l’esprit de la Régence s’est prolongé bien au-delà des limites chronologiques[14]». De même, les billets de banque du Système de Law ont irrigué par capillarité toute la société française, y compris la plus reculée des provinces. Le système de Law a eu un impact qui a pu apparaître positif sur l’économie française puisqu’il apura une partie de la dette publique du Royaume, enrichissant marchands et entrepreneurs même si nombre de particuliers et petits créanciers furent victimes de la banqueroute. Entre la création de la Banque générale en 1716, devenue royale en 1718 et la folle journée du 17 juillet 1720 qui vit une grande émeute avec plusieurs morts, s’écoulent quatre années qui impactèrent durablement les connotations des mots et des images de l’argent en France. C’est un événement que la première mise en place du papier-monnaie, et comme le souligne Jean-Michel Rey : « L’événement de la Banqueroute de Law est dans toutes les mémoires. Comme un traumatisme qui affecte toute la nation[15] ».

  1. L’événement en « lui-même » ?

Afin de résoudre une dette publique exponentielle et de pallier l’insuffisance de numéraire en France, un Ecossais protestant, joueur et de mauvaises mœurs (il a tué en duel un homme en Angleterre et est donc un criminel en fuite) propose un système financier inédit à un Prince de sang, un Bourbon catholique, Philippe d’Orléans. Ce théoricien de la monnaie, mathématicien de génie, auteur de « Considérations sur le numéraire et le commerce » fait mettre en application ses principes économiques. Face à l’état catastrophique de la dette publique et à l’insuffisance de masse monétaire, Law convainc le Régent de créer une Banque, ce sont « les lettres patentes du roi portant privilège au Seigneur Law et à sa compagnie d’établir une Banque générale » qui est donc « privée » « mais en son nom et son autorité…. projet examiné dans notre Conseil des Finances où plusieurs Banquiers, Négociants et députés des Villes de commerce » étaient présents, suite énumérative exacte des lettres patentes  du 2 mai 1716. Law met d’abord en application l’une de ses théories monétaristes : résoudre la crise monétaire par la création et l’émission de papier-monnaie en équivalence de l’or et l’argent avec même à un moment l’interdiction d’utiliser l’or, « cette relique barbare[16]» selon Keynes, comme moyen de paiement. Cette Banque générale, privée, sous contrôle étatique devint royale en 1718. Pour consolider ses fonds propres, elle reçoit le monopole de la vente du tabac, de la frappe des monnaies et surtout de la collecte des impôts qu’elle enlève à la Ferme générale. Or, il ne faut pas oublier que sous l’Ancien régime, les collecteurs d’impôt sont, de fait, les banquiers de l’Etat puisqu’ils lui avancent l’argent des recettes fiscales dont la collecte est affermée. Law, en plus de ses fonctions bancaires, est logiquement nommé Contrôleur général des Finances du Royaume en 1719. Parallèlement, il se fait aussi entrepreneur, il adosse sa Banque à la Compagnie pour le commerce d’Occident en Louisiane, fondation de Law qui fusionne très vite avec les Compagnies des Indes orientales, de la Chine et la fameuse compagnie du Mississipi qui s’installe rue Quincampoix, une rue proche des Halles déjà dédiée au commerce de l’argent tenu le plus souvent par des italiens ou des juifs. Les actions s’arrachent, passant de 500 livres en mai 1719 à 10 000 livres fin novembre 1719, la spéculation bat son plein, l’agiotage gagne toutes les couches de la population, l’enrichissement est aisé et spectaculaire, le commerce du luxe et de l’immobilier devint florissant. « L’or coulait rue Quincampoix » selon le mot de Saint-Simon, alors qu’il n’y eut jamais que du papier-monnaie, même que du papier quand les actions de la Compagnie de Law furent reçues comme des billets monétisés. Plus dure sera la chute quand Law fut incapable de verser les dividendes espérés. C’est la crise et la ruine de nombreux investisseurs. Le 17 juillet 1720, l’émeute cause une vingtaine de morts parmi les personnes du peuple venues pour exiger la conversion en monnaie métallique à la Banque Royale qui est saccagée. Le 20 juillet 1720, le Parlement est précipitamment exilé à Pontoise, par crainte de nouvelles émeutes. Ce fut la fin, sinon de la première opération de titrisation de l’histoire financière, en tous les cas, de cette opération macro-financière de création de produits dérivés-actions et qui donnera lieu à la première crise des subprimes façon Ancien régime, puisqu’il y a eu une mise en équivalence financière sans qu’elle ne soit jamais sémantique entre les actions des Compagnies et les billets de la Banque Royale. À cette faillite du système Law s’ajoute une crise sanitaire : la peste fait de nouveau son apparition à Marseille le 25 mai 1720. Ces deux évènements, ces crises, sanitaire et financière, furent aussi considérées comme une punition divine pour un Prince débauché et pour une population ayant cédé à l’attrait et à la folie de l’argent facile. « De fait, ce qui ressort de l’expression spontanée de cette littérature satirique, c’est d’abord l’antique détestation de l’argent dès lors qu’il sort de son rôle traditionnel, ce qui rejoint une ancestrale détestation de l’impôt[17] ».

La création, l’essor puis la chute de la Banque générale de John Law marque ainsi une acmé dans « le dit de l’argent », et j’emploie à dessein un titre imitatif de poème médiéval, dans cette permanence de l’opprobre attachée à l’argent, aux métiers de l’argent et au système financier et bancaire en général. Prégnant dans les rapports sociaux, humains mais aussi littéraires et fictionnels, l’argent, créateur d’événements historiques et moteur d’intrigues romanesques, est devenu incontournable tout en demeurant tabou en France. L’argent, régulateur des relations humaines, instrument du pouvoir et signe monétaire véhicule une puissance négative dont l’existence même peut se constituer en menace pour l’autre, voire porter atteinte à Dieu. La matérialité peccamineuse jusqu’à en être diabolique de l’argent est très souvent opposée dans l’Occident médiéval à la spiritualité du divin. Les connotations sémantiques et iconographiques sont très souvent négatives lorsqu’elles sont associées à l’argent. Dès le XVIIe siècle, l’imagerie populaire commence à distribuer en nombre les représentations du Grand Diable d’argent déféquant des pièces de monnaies. « Le testament du Diable d’argent » de 1649[18], texte imprimé des collections de la Bibliothèque Mazarine, est suivi très rapidement par une gravure de 1680, « Tous estats tirent à diable d’argent », image du Grand Diable d’argent, patron de la Finance qui a été reprise, colorée et popularisée par l’imagerie d’Epinal du XVIIIe siècle au XXe siècle[19]. Ce topoï, établi avant même que les liens entre argent et analité soient analysés et théorisés par Freud, est aussi manifeste dans une caricature[20] de la faillite de la Banque Générale de Law, un unicum, mettant en scène Rossinante déféquant des billets de banque dévalués, chevauchée par John Law, triste Don Quichotte de la finance, vilipendé après avoir été adulé. La chute du système de Law se dit au travers des mots mais aussi des images, et par emprunt aux figures de la littérature.

L’emploi de la triste figure de Don Quichotte est, quant à elle, le reflet d’une mode littéraire, de la réception de l’œuvre de Cervantès depuis Louis XIII, ce roman, perçu comme une critique de l’esprit chevaleresque et qui connaît au XVIIIe siècle un regain d’intérêt notamment dans les paravents de Coypel qui ornent nombre de demeures aristocratiques. Dans l’invariant de l’argent déféqué, il s’agit pour la première fois de « billets de banque » ainsi représentés. Sémantiquement aussi, la première occurrence du groupe nominal « billets de banques » apparait en français avec la création de la première Banque d’Etat et de sa planche à billets[21]. Cette association iconographique scatologique connaît aussi une illustration sémantique en chansons, un exemple parmi au moins une dizaine avec cette « Chanson sur les billets de banque » :

« Quoique l’on en dise,
Un jour nos neveux
N’auront leur chemise
Ni le cul breneux.
Car en abondance
Ils auront des torche-culs.
Lanturlu, lanturlu, lanturlu[22] »

D’autres chansons plus savantes établissent une autre association syntagmatique en synchronie, plus ou moins implicite, celle de Law alchimiste qui transforme l’or en papier[23], avec, par exemple en 1719, cette chanson d’un auteur sans doute plus érudit et moins populaire que le précédent :

« Il a fait de petits billets,
Qui sont parfaitement bien faits,
Avec de petites dentelles ;
Ce ne sont pas des bagatelles,
Car il en a bien su tirer
La quintessence du papier[24] ».

Dans cette gravure hollandaise figurent aussi des diables ailés qui asticotent les damnés, avec en arrière-plan, les bateaux des Compagnies de Louisiane et du Mississipi, qui emportent vers la Nouvelle Orléans des jeunes gens et des jeunes femmes, le plus souvent désargentés, des gueux, des miséreux, des pauvres diables, des prisonniers incarcérés et déportés aux colonies[25]. C’est toute l’Histoire du chevalier des Grieux de Manon Lescaut narrée par l’Abbé Prévost, une autre expression littéraire parmi tant d’autres des conséquences de l’événement qu’est la faillite du système de Law[26]. Un porc diabolisé est aussi représenté également en bas à droite de cette gravure. Enfin cette chevauchée sur l’âne était une pratique d’humiliation des charivaris carnavalesques médiévaux où l’âne est perçu comme le symbole du peuple juif[27], dans la permanence aussi de l’antijudaïsme face à un évènement extraordinaire. Mais comment cet événement a-t-il alors pu surgir ?

Louis XIV laisse un Etat au bord de la faillite, même en banqueroute comme le signifient les chansons. Lors du passage du cortège transportant le corps du Roi-Soleil à Saint-Denis, le 9 septembre 1715, le peuple boit, danse et chante une de ces fameuses chansons qui fleurirent ensuite tout au long de la Régence. (Sur l’air de « Il a battu son petit frère ») :

« L’épouvantable banqueroute[28]
Que Louis fait dans sa déroute
Va charger la barque à Caron
Il est si gueux dans son vieil âge
Qu’on craint que la veuve Scarron
N’ait fait un mauvais mariage[29] »

La mort du Roi est ainsi fêtée et moquée :

« Ci-gît… mais non, je me ravise,
Cherchez ce monarque plus bas :
Le diable en a purgé l’église
Dès le moment de son trépas.
A Saint-Denis comme à Versailles
Il est sans cœur et sans entrailles.
Ci-gît le roi Louis le Grand.
Il avait le cœur d’Alexandre ;
La mort n’a pris ce conquérant
Que quand il n’eut plus rien à prendre.
Ci-gît l’idole de la France
Et l’ennemi de son repos[30] ».

La mort du Roi de France demeure toujours un événement, mais c’est la première fois qu’elle connait une traduction en chansons satiriques. À la mort de Louis XIV, son arrière-petit-fils, le futur Louis XV n’a que cinq ans, et c’est Philippe d’Orléans, neveu de Louis XIV, qui fut Régent de 1715 à 1723. Il transfère quasiment immédiatement la Cour de Versailles à Paris, se doit de redresser les finances en étant au plus près du cœur économique et politique du pays, même si les chansons doutent avant même la mise en place du système de ses capacités politiques et économiques, comme en témoigne, dès 1716, cette chanson sur l’état de la France :

« L’argent s’anéantit,
Le banquier manque de crédit,
Le marchand demande répit,
Le courtisan languit.
Le soldat réformé périt,
La noblesse s’avilit,
Tout le monde pâtit,
Le Régent rit[31] ».

Le Régent veut aussi sans doute surveiller l’opinion publique[32] avec les fameuses « mouches » mais il fait tout de suite l’objet, selon l’expression de Arlette Farge, d’une « mauvaise parole ». Il est vilipendé, étrillé dans les pamphlets et les chansons, et même après sa mort en 1723, dans les épitaphes comme débauché, incestueux, ambitieux, soupçonné de vouloir attenter à la personne du petit roi, avare et aimant l’argent. Dans les chansons « Régent » rime souvent avec « argent » dans de nombreuses occurrences. Un petit aperçu nous est donné dans une chanson où l’on cite aussi l’abbé puis cardinal Dubois, qui fut ministre principal de Philippe d‘Orléans, mort un peu avant lui :

« Dubois, sur l’onde Infernale,
Voyant venir le Régent
Cria d’une voix brutale :
Il n’est point ici d’argent
Ni de mirliton dondaine
Ni de mirliton dondon[33]. »

Cette chanson est notifiée textuellement comme un air de « mirliton, » chansons rimées, aux vers faciles, construites avec un timbre sur un air déjà connu, dans ce cas précis, l’air de la Faridondaine.

II- Dire l’événement en paroles et musiques : le mirliton

Le mirliton, étymologie obscure (peut être « mirlicoton » grosse pêche jaune de l’espagnol melocoton même si cet amuïssement d’une syllabe est assez peu probable) est, selon le Dictionnaire des synonymes du CRISCO[34], un « flûteau ». Le mot a un cheminement étonnant[35]. Hans Mattauch en retrace l’historique de ce mot à la mode en 1723 : « Un grand nombre de témoignages de l’époque permet de reconstruire l’apparition « en flambée » de mirliton avec une précision inattendue « Les marchands du Palais ayant inventé au commencement de cet été une nouvelle espèce de coiffure de gaze, ils lui donnèrent le nom de mirliton, et ce mot servit dans la suite de refrain à une chanson du Pont-Neuf dont l’air devint bientôt fameux par les couplets qu’il produisit ». Cette lettre de la jeune Madame du Deffand, datée du 20 juillet 1723, nous informe aussi bien sur la première apparition du mot, apparemment fin avril / début mai, que sur sa première signification, celle d’un objet de mode inventé dans le commerce aussitôt pris comme cible de la verve satirique des chansonniers parisiens qui le ridiculisaient comme une « ineptie » ou « niaiserie ».

L’apparition d’un mot est un événement pour un linguiste, surtout quand elle est datée aussi précisément et ces mirlitonneries sont très vite associés aux airs du Pont-Neuf puis, par métonymie à l’instrument membraphone, très simple, enfin la même année en 1723 à une pièce de monnaie, le Louis d’or mirliton, sobriquet moqueur selon le Blanchet Dieudonné[36], le « mirliton » dans toutes ces acceptions dénote la parodie.

Le mirliton connaît donc une explosion de sens polysémiques en synchronie : une monnaie, un instrument de musique, des vers faciles, une chanson très simple de caractère satirique ou parodique dite du Pont-Neuf, avec des chansonniers anonymes, qui, comme les clercs médiévaux et leurs patenôtres parodiques[37], se moquent d’eux-mêmes et de leurs pourfendeurs :

« Nous vous demandons une grâce,
De faire chasser de la place,
A force de gros nerfs de bœuf,
Tous les chansonniers du Pont-Neuf,
Dont les chansons impertinentes
Gâtent l’esprit de nos servantes[38] »

Le caractère subversif est clairement nommé et revendiqué. Le Pont-Neuf, achevé en 1613 sous Louis XIII, est le lieu de rendez-vous des chansonniers et autres bateleurs qui vendent des chansons et des pamphlets. « Une chanson du Pont-Neuf », apparaît déjà dans le Dictionnaire de Trévoux[39] et précédemment en 1708 dans les « historiettes » de Tallemant des Réaux. Ce sont ces vaudevilles, dénommées aussi sottisiers, qui accompagnèrent de leur musique tout le XVIIIe siècle et disparurent en 1793, car ils furent considérés comme royalistes et remplacées par les chansons révolutionnaires.

« Techniquement, le vaudeville se caractérise par l’utilisation d’un air déjà connu, le timbre, et par son réemploi systématique dans un très grand nombre de chansons [40]». Claude Grasland a ainsi classé ces chansons par timbre et formatage mélodico-textuel (c’est-à-dire l’alliance de trois éléments : série d’appellation le désignant, une structure poétique donnant les règles de  composition des couplets (longueurs des vers, forme des rimes, mots refrain, une structure musicale qui est la mélodie sur laquelle se chantent les couplets[41]) à partir du recueil du chansonnier de Clairambault (Pierre puis son neveu Paschal), tous les deux commis du comte de Maurepas, ministre d’Etat qui en fit une copie partielle en indiquant à chaque fois le timbre. Ce recueil dit « Clairambaut-Maurepas » édité de 1879 à 1884 par le conservateur en chef de la BNF, Ernest Raunié est une base pour les années 1718, 1719 et 1720. Grâce au Professeur Henri Duranton, ce corpus a été établi, indexé et mis en ligne avec un collationnement de toutes ces chansons et poèmes satiriques épars dans les différentes bibliothèques[42]. Ce corpus est la référence de base pour les citations de chansons. Les airs de musique de ces chansons nous sont parvenus grâce à Pierre Capelle et sa « Clé du caveau à l’usage de tous les chansonniers français et des amateurs, acteurs, auteurs de vaudeville et de tous les amis de la chanson [43] » en 1811.  Ils ont été aussi édités, indexés et mis en ligne par le CETHEFI, Nantes (Centre d’étude des théâtres de la Foire et de la Comédie-Italienne[44]).

Pour les chansons de la Régence, la moitié de la production est sur seulement une dizaine de timbres. Le timbre « Il a battu son petit frère » est présent pour quarante-six chansons (8a/8a/8B/8C/8B/8c). Assez souple, il connaît juste une contrainte de rimes dans des octosyllabes sans refrain. « La Faridondaine » avec ses cent-cinquante-trois couplets obéit strictement aux mêmes contraintes métriques : le couplet se compose de dix vers hétérométriques mais avec toujours la même structure 8/6/8/6/11/8/3/8/3, de quatre rimes croisées masculines puis féminines et la contrainte lexicale du refrain : la faridondaine, la faridondon) au sixième vers, puis « Biribi » (8ème vers), « A la façon de Barbarie » (9ème vers), enfin « Mon ami » (10ème vers). Claude Grasland a établi ainsi une association timbre/thème et ce sont ces deux timbres qui sont associés au Système de Law avec une très forte pointe en 1719-1721. Ce sont souvent de chansons-pamphlets avec un champ lexical et sémantique économique et financier élaboré.

IV- Comment ces chansons disent l’événement d’argent ? 

Plusieurs constats peuvent être établis à partir du corpus de ces chansons satiriques : aucune date exacte ne figure mais des lieux précis sont cités : Paris, le Pont-Neuf, le Palais-Royal, Pontoise, la Banque comme établissement[45]. Le lexique financier est prégnant et technique, élaboré parfois savant, avec une association syntagmatique du champ lexical de l’argent à celui de la grivoiserie, voire de la grossièreté, dans le ton habituel de ces chansons, avec, par exemple, ce huitain de 1717 :

« Quand l’âge d’or reviendra,
L’argent circulera sans doute.
Quand l’âge d’or reviendra,
Le peuple s’en ressentira.
Il aura des billets d’Etat,
Il n’aura plus de banqueroute,
Car le Régent protégera
La banque de Law qui le f…[46] ».

En 1718, les chansons notent aussi moins tant la diabolisation de l’argent que la divinisation de celui-ci pour certains, c’est Mammon que l’on sert et non Dieu :

« La Banque Royale
Il ne faut pas espérer mieux
De ce que l’on voit dans la France ;
Lorsque l’on ne craint pas les dieux,
Tout est rapine et violence.
Il est bien vrai que le Régent
Se fait un dieu de son argent [47]».

Concernant John Law, il convient aussi de noter, dans ces chansons du XVIIIe siècle, « cette évidence choquante : un étranger en quelques mois est devenu tout-puissant sans que rien ne puisse le justifier[48] ». C’est aussi la permanence d’un trait sémique issu du vocabulaire économique médiéval, qui dénote systématiquement les hommes d’argent, banquiers et usuriers, comme des « étrangers »[49] :

« Ne vouloir pas de remontrance,
Mettre tout l’argent de la France :
Entre les mains d’un étranger,
Et, pour un projet chimérique,
Perdre l’Etat, tout hasarder[50] ».

En mai 1720, c’est le début de la fin du système, les chansons sur la Banque de Law s’intensifient (onze chansons avec l’occurrence « Banque » ont été dénombrées pour cette seule année dans la base en ligne des poèmes satiriques du XVIIIe siècle) avec comme exemple significatif, cette chanson qu’il convient de citer largement :

France, tous les jours on t’abuse,
On sait que le clinquant t’amuse,
Que tu prends l’ombre pour le corps.
Quand le nécessaire te manque,
Tu te repais des vains trésors,
Dont te leurre Law et sa Banque.

Tu n’as plus d’argent ni de rente,
Une simple feuille volante
Fait ton fonds et tes revenus.
Un étranger que l’on déteste,
Pour mettre tes enfants tout nus,
Va bientôt jouer de ton reste.

Quincampoix en sa synagogue,
Pour vendre cent mauvaises drogues,
Fait sans cesse un dernier effort,
Chacun voyant grossir l’orage
Tâche de sauver dans le port
Quelques débris du naufrage.

C’est dans l’infernale boutique,
De cet insigne fanatique,
Qu’on a forgé nos tristes fers.
Jamais la boîte de Pandore
N’enferma tant de maux divers
Que la Banque en a fait éclore[51]. »

En annonçant la chute du Système, cette chanson finalement ne dit pas l’évènement mais concentre, en mots, tous les fantasmes sur l’argent, l’argent diabolique, maléfique, menteur et falsificateur. Parmi tous ces riches éléments textuels, j’en développerai un seul : « Quincampoix en sa synagogue » dénoterait Law comme un étranger et un juif usurier. Un vers d’une autre chanson parle même de Law de comme « un juif venu d’Ecosse[52] ». Cette permanence note la chronicité de l’antijudaïsme et de l’association des juifs à l’argent alors que les juifs à Paris au XVIIIe siècle sont très peu nombreux, moins d’une centaine, et sont à peine tolérés. Mais cette association syntagmatique dans les chansons de la Régence aura longue et triste vie, puisqu’un économiste antisémite, Sombart en 1911 (Les Juifs et la vie économique) ainsi qu’Edouard Drumont (La France juive) évoquent Law en tant qu’israélite (il est écossais et protestant) en faisant dériver par fausse étymologie « Law » (prononcé « Lass » en France au XVIIIe siècle) de « Lévy »[53].

Pourtant John Law est identifié, et nommé, en synchronie, dans les chansons comme Ecossais, protestant converti, sur un timbre de faridondaine :

« Si Law s’est fait catholique,
L’on connaît bien sa politique,
Il veut être canonisé.
Pour l’argent l’on fait tout à Rome[54] ».

Un autre vaudeville reprend cette assertion, et le procédé polysémique, avec ce jeu sur le double sens des actions, qui est fréquemment de mise dans les chansons :

« Law est catholique à la fin,
C’est la grande nouvelle,
Le voilà dans le vrai chemin
De la vie éternelle ;
Il a fait abjuration,
La faridondaine, la faridondon,
L’abbé Tencin l’a converti, biribi,
A la façon de Barbari, mon ami.
Je voudrais bien pour son salut
Et celui de la France,
Qu’au plus tôt le Seigneur voulût
Pour digne récompense
De tant de bonnes actions,
La faridondaine, la faridondon,
Le flanquer droit en paradis, biribi,
A la façon de Barbari, mon ami[55]. »

De même cet « Épigramme sur le Système » mêle de façon humoristique la matière peccamineuse de l’argent et les échanges entre ciel et terre dans le langage « théologico-économique » des Pères de l’Eglise tel que Valentina Toneatto[56] l’a défini, en utilisant la polysémie des « actions » mais avec l’infléchissement de sens supplémentaire du caractère fictionnel de celles-ci :

« À la mort un bon capucin
Exhortant un actionnaire,
Lui parlait des tourments sans fin
Qui des péchés sont le salaire.
Ce ne sont point des fictions ;
Récompenses, mon fils, ou peines éternelles
Sont le prix de nos actions.
Le mourant à ces mots dit : A combien sont-elles[57]? ».

Les liens sont explicites avec la religion, mais les chansons satiriques entretiennent aussi tout un faisceau de significations avec le pouvoir et l’image du prince : Law et le Régent sont associés par l’argent, avec, par exemple, cette chanson sur l’air de la Faridondaine, qui est puissante dans la description complexe des mécanismes financiers et des liens de pouvoir unissant le Régent et Law :

« À Law on dit que le Régent
Promettait la potence
S’il ne voyait bientôt l’argent
Venir en abondance.
Law dit : la diminution
La faridondaine, la faridondon
Soutiendra bien notre crédit, biribi
À la façon de Barbari, mon ami
Le Régent lui dit en fureur :
Votre projet m’emporte.
À rendre trois fois la valeur
De l’argent qu’on m’apporte
Par ma foi si nous le baissons
Le profit en sera joli
Law calma bientôt son courroux
En se faisant entendre :
Monseigneur, dit-il, croyez-vous
Que je le veuille entendre ?
Tout cet argent que nous prenons
Se rendra dans six mois d’ici[58].

La structure poétique et formelle du vaudeville, par ses formes courtes tant strophiques que rythmiques est facilitatrice de l’expression du mécanisme financier du deuxième étage de la fusée du Système de Law : l’adossement de la Compagnie du Mississipi et de la Banque et la double spéculation sur les actions et le papier-monnaie.

« Jamais du Régent l’empreinte
Ne sera sur nos écus ;
J’en avais eu quelque crainte,
A présent je ne l’ai plus :
Depuis qu’en terre étrangère
Notre argent il fit passer ;
On n’aura son caractère
Empreint que sur du papier[59] ».

Une autre accusation est aussi formulée est celle du prince faux-monnayeur comme au grand temps de Philippe le Bel :

« Car les paroles du Régent
Sont fausses comme son argent[60] »

John Law finira, comme les faux-monnayeurs médiévaux, bouilli en effigie dans le « chaudron des actions »[61]. Une gravure hollandaise de 1720 est remarquable dans la concentration de tous les faisceaux connotatifs négatifs autour de l’argent réactivés au moment de la chute du système de Law et attisés par les chansons : l’équivalence excréments/argent qui plus est  en association avec le Prince, c’est « la merde du roi » inscrit en flamand en bandeau, les diables qui attisent le feu du chaudron et l’un des animaux symboliques du comportement animal des usuriers, le porc qui était lui aussi représenté pendu par les pieds comme au Moyen Âge.

L’année 1719 voit la montée en puissance du système, le montage des Compagnies des Indes et du Mississipi avec la mise en circulation des actions et les chansonniers se déchaînent. Les faits économiques et sociologiques, le bouleversement des valeurs, voire l’inversion des valeurs morales sont signifiés dans de nombreuses chansons avec, en 1720, l’agiotage et les agioteurs, et le lieu de l’agiotage, la fameuse rue Quincampoix :

« Bien des gens soufflent dans leurs doigts
Et se font par d’avares peines
Troubler tout le sang de leurs veines,
Près de mes généreux tisons
Momus me souffle des chansons.
Je m’en vais des agioteurs
Chanter les plaintives clameurs,
Cet état si riche et si digne,
Hélas ! penche vers sa ruine,
Et doit écraser en tombant
Le fondateur et l’habitant.
Que diriez-vous d’une maison
Où l’architecte sans raison
Aurait partout, à sa manière,
Changé la forme et la matière,
Qui d’argent ferait le grenier
Et les fondements de papier ? [62] »

Mais au-delà du simple dit ou « décrit » de l’événement, ces vers, pourtant et toujours de mirlitons, traduisent la transformation alchimique de l’argent, c’est la figure de John Law alchimiste, mais aussi ange tutélaire, diable d’argent, alchimiste et illusionniste étudié par Arnaud Orain et Laurent Thézé[63], John Law est aussi signifié comme un alchimiste du langage dans les vers de cette même chanson :

« Qu’est-ce que ces petits billets,
Que l’on a si joliment faits ?
Trois ou quatre mots d’écriture,
Variable, incertaine, obscure[64]».

On retrouve aussi dans ce chaînage syntagmatique la mise en équivalence des actions et du mirliton, de l’argent et du langage avec ces deux extraits de chansons dont la suivante, datée de 1719, contredirait alors Hans Mattauch qui date « mirliton » de 1723 :

« Je n’ai ni billet de banque
Ni liquidations
Si l’argent comptant me manque
Je ferai des actions
De mon mirliton, mirliton, mirlitaine
De mon mirliton, dondon[65] ».

« Ce Law dont on disait la rage
Nous fait bien changer de langage
Je crois qu’on le déifiera
Et la mode viendra sans doute
Que quand quelqu’un éternuera
On lui dira : Law vous f…[66] »

Plus grave qu’un simple rhume, un autre événement est énoncé, mais à une seule reprise dans ces chansons, c’est la peste apportée avec les ballots de tissus du Grand Saint Antoine qui débarque à Marseille, le 25 mai 1720, et qui ravagea la Provence, 25.000 morts selon Buvat à fin août 1720[67], mais le chansonnier nous dit, en hiérarchisant pour lui les événements :

« Que la peste soit en Provence,
Ce n’est pas notre plus grand mal ;
Ce serait un bien pour la France
Qu’elle fût au Palais-Royal.
En abattant deux ou trois têtes
Elle en conserverait cinq cents.
Badauds, vous en serez exempts,
Car elle n’en veut point aux bêtes.
Mais pour la santé du Régent
Ce serait une bonne affaire
Que la peste prît à l’argent :
Il songerait à s’en défaire[68] ».

Juste avant l’événement de l’émeute du 17 juillet 1720 avec ses morts, ce qui n’est jamais dit en chansons, (est-ce une trace de la censure ?) se tient un non-événement financier qui, lui non plus, n’est jamais énoncé dans les chansons : la représentation d’une pièce de théâtre de Marivaux, « Arlequin poli par l’amour », éclipsée par cette folle journée qui, cependant est figurée avec une gravure française, mettant en scène, dans un mouvement carnavalesque « Arlequin actionnaire ». Marivaux, l’auteur, est d’ailleurs lui-même ruiné par le système de Law. La date de cette représentation diffère selon les auteurs, le 16 juillet 1720, d’après Edgar Faure[69], soit la veille. Dans les différentes éditions critiques de Marivaux, la date de la représentation est mentionnée au 17 octobre 1720. C’est le Régent Philippe d’Orléans qui a fait rouvrir la comédie italienne à Paris, insufflant ainsi un nouvel élan théâtral dans la légèreté et dans la parodie. Deux éléments invariants figurent cependant dans cette gravure, l’un évident de l’oralité et de l’analité de l’argent, que l’on retrouve avec ce personnage qui, gavé de pièces d’or, défèque des billets de banque, c’est l’un des supplices infernaux infligés aux « manieurs d’argent », usuriers et autres mauvais riches médiévaux. Un autre élément est peut-être dans la symbolique des deux animaux, la chouette et le singe, qui peuvent être aussi les emblèmes caricaturaux des juifs avec, pour le singe, un autre élément discursif et culturel avec l’adage proverbial « payer en monnaie de singe ».  L’origine de l’expression est médiévale : les forains, bateleurs ou jongleurs qui possédaient un singe pouvaient, en guise de paiement de la taxe instaurée par Saint Louis, faire exécuter un tour à leur animal, pour emprunter un autre Pont, le Petit Pont, ce qui se relie ainsi le Moyen âge aux chansons du Pont-Neuf.

Ces chansons du Pont-Neuf de Paris disent et redisent l’événement financier à longueur de vers de mirlitons avec une grande constance, l’absence de date, de la date même de l’événement, mais avec l’accélération du temps séquencé en années et en jours comme en attestent ces deux chansons :

« Dans l’an dix-sept cent dix-neuf
Tout est neuf
dix-sept cent vingt
tout est gain
dix-sept cent vingt-deux
tout est heureux
dix-sept cent vingt-trois
tout réussit au Roi[70] »

et

« Lundi je pris des actions,
Mardi je gagnai des millions,
Mercredi je pris équipage,
Jeudi j’arrangis mon ménage,
Vendredi je m’en fus au bal,
Et samedi à l’hôpital[71] »

Cette dernière chanson sonne comme une comptine enfantine alors que bien souvent, l’événement objectivé de la création du papier-monnaie, de la spéculation, des montages financiers complexes est décrit et signifié parfois de façon grossière dans les chansons populaires et anonymes. « D’emblée, l’opinion publique montre au financier une hostilité qui perdura pendant toutes ces années[72]. Mais, quand il s’agit de la chute du système de Law, leurs auteurs toujours anonymes sont aussi plus érudits, sans doute des aristocrates issus de la Cour, pour faire de ce vecteur oral et de ce genre littéraire en sa structure, une arme politique pour contrer le Système de Law, dont certains provoquèrent la chute et la banqueroute en demandant précipitamment la conversion de leur papier-monnaie en espèces sonnantes et trébuchantes. En effet, l’inversion des valeurs sociales a été, un temps, concomitante à l’envolée des valeurs financières de la Banque de Law pour laquelle le seigneur John Law semble chanté et loué par les chansonniers :

« Un laquais d’agioteur
En moins d’une journée
Sut par un coup de bonheur
Changer sa destinée
Aujourd’hui, fier de ses exploits
Il éclabousse le bourgeois
Qu’il servait l’autre année
Vive, vive, vive le Quincampoix
Pour les gens de livrée[73] ».

Il est intéressant de noter dans ce « vaudeville » tel qu’il est intitulé, le sème émergent de « classe sociale » pour « bourgeois » et la métonymie de la rue Quincampoix à John Law, le Seigneur Quincampoix, qui devient « Le Quincampoix », au fur et à mesure qu’il est dénigré dans l’opinion publique et qu’il se fait détester et rejeter par les dirigeants politiques et économiques de la monarchie. La banqueroute est une fin finalement heureuse de l’événement pour les puissants de l’Ancien régime, aristocratie et bourgeoisie, inquiétés par la tournure qu’aurait pu prendre l’événement. Madame Dunoyer écrivit en 1723 : « Je pense que si Dieu n’y eût mis ordre, à la fin les valets seraient devenus des maîtres, et les maîtres des valets[74] ».   Folle journée, événement joyeux ? L’émeute du 17 juillet 1720 avec ses nombreux morts n’est jamais nommée, comme si les chansons voulaient éviter le tragique, et demeurer dans le ton de la fantaisie, de la grivoiserie, de la moquerie, pour rester dans le genre de la chanson, et comme en France, comme l’aurait dit le cardinal Mazarin, la contrepartie du paiement est que « tout finit par des chansons[75]» …

[1] Grâce à la base des textes versifiés satiriques du XVIIIe siècle mise en ligne par Henri Duranton [satires18.univ-st-etienne.fr]. Les numéros donnés sont les références des chansons dans cette base.

[2] Chanson. L’art de fixer l’air du temps. De Béranger à Mano Solo de Stéphane Hirschi. Les Belles Lettres / Presses universitaires de Valenciennes, « Cantologie », Esthétique de la chanson française contemporaine de Joël July, L’Harmattan, « Univers Musical », Recension par Lisa Bizzoni, htttp//id.erudit.org/1672.

[3]  Pour une appréhension complète du Système de Law et de ses représentations, voir l’ouvrage récemment paru sous la direction de Florence Magnot-Ogilvy, Gagnons sans savoir comment, Représentations du système de Law du XVIIIe à nos jours, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2017.

        [4] Mathieu Marais, Journal de Paris, Tomes I et II, édition établie, présentée et annotée par H. Duranton et R. Granderoute, Saint-Etienne,  Publications de l’Université de Saint-Etienne, 2004.

[5]  Jean Buvat, Journal de la Régence, Tomes I à IV, Clermont-Ferrand, Editions Paleo, 2015.

[6] Saint-Simon, Mémoires, éd. Gonzague Truc, Paris, Bibliothèque de la Pléiade, Gallimard, 1958, Tome VI.

[7] Arlette Farge, Dire et mal dire. L’opinion publique au XVIIIe siècle, Paris, Seuil, 1992, p.28.

[8] Patrick Modiano à la Grande Librairie sur France 5 le 15 septembre 2016.

[9] Stéphane Hirschi, Chanson. L’art de fixer l’air du temps. De Béranger à Mano Solo, op.cit.

[10] [inforum.univ-lille3.fr/2015/10/une-histoire-de-la-musique-au-xviiie-siecle]

[11] Henri Duranton « La ficelle de Law » dans Gagnons sans savoir comment, Représentations du système de Law du XVIIIe à nos jours, Florence Magnot-Ogilvy (dir), op.cit., p. 111.

[12] Cité par Denis Reynaus et Chantal Thomas (dir.), Le Régent entre fable et histoire, Editions du CNRS, Paris, 2003, p.3.

[13] Dictionnaire des Lettres Françaises, le XVIIIe siècle, François Moureau et Georges Grente (dir.), Paris, Fayard, 1995.

[14] Ibidem.

[15] Jean-Michel Rey, Le Temps du crédit, Desclée de Brouwer, Paris, 2002, p. 48.

[16]  John Maynard Keynes, A Tract on Monetary Reform, London, Macmilan,1923.

[17] Henri Duranton « La ficelle de Law » dans Gagnons sans savoir comment, Représentations du système de Law du XVIIIe à nos jours, Florence Magnot-Ogilvy (dir), op.cit., p. 120.

[18] Le Testament du Diable d’argent avec sa mort, à Paris, MDCLIX, Catalogue Moreau n°3765, Bibliothèque Mazarine.

[19] Maurice de Meyer, « Le Diable d’Argent », Arts et Traditions Populaires, Paris, PUF, Tome 15,1953-1970, n°3/4, Juillet-Décembre 1957.

[20] Law alse en tweede Don-Quichot op Sanches graawetje zit ten spot [Law tel un deuxième Don Quichotte, est assis sur l’âne de Sancho aux fins d’être ridicule], gravure du Het Groote Taferel der dwaashel, voir à ce sujet Catherine Labio, « Le rêve de Law au pays du désespoir », dans Gagnons sans savoir comment, Représentations du système de Law du XVIIIe à nos jours, Florence Magnot-Ogilvy (dir), op.cit. , p. 261.

[21] Cf. Dominique Ancelet-Netter, « Le système de Law, une émission de sens ? » dans Gagnons sans savoir comment, Représentations du système de Law du XVIIIe à nos jours, Florence Magnot-Ogilvy (dir.), op.cit. pp. 265-277.

[22] « Chanson sur les billets de banque » : vers extraits d’une chanson de 1719 numérotée $ 3435 dans la base de textes satiriques établie par Henri Duranton [satires18.univ-st-etienne.fr].

[23] Sur la figure de Law alchimiste, voir Arnaud Orain et Laurent Thézé, Publicité, contre-publicité et représentations économiques du système de Law : le motif alchimique dans les poésies et chansons de la Régence, dans Gagnons sans savoir comment, Représentations du système de Law du XVIIIe à nos jours, Florence Magnot-Ogilvy (dir.), op.cit. pp. 127-146.

[24] « Le Mississipi » : vers extraits d’une chanson de 1719 numérotée $ 0337 dans la base de textes satiriques établie par Henri Duranton [satires18.univ-st-etienne.fr].

[25] Cf. la relation qu’en fait Buvat, op.cit. p.63 et 83, avec notamment l’arrêté d’interdiction de la mendicité.

[26] Cf. Erik Leborgne, Le Régent et le système de Law vus par Melon, Montesquieu, Prévost et Lesage, Féeries, 3-2006 p. 105-135.

[27] Jacques Heers, Fête des Fous et Carnavals, Paris, Fayard, 2007, p.122.

[28] Le mot « banqueroute » ne qualifie pas exclusivement la chute du Système de Law, cf. par exemple, Introduction de la notion de Banqueroute en droit français par Colbert, dans son Ordonnance sur le commerce de 1673.

[29] Cité par Claude Grasland, « Chansons et vie politique à Paris sous la Régence », Revue d’histoire contemporaine, Tome XXXVII, pp. 537-570.

[30]  Ibidem.

[31] Chansonnier Clairambault, Recueil de chansons ou vaudevilles et de vers satiriques et historiques avec des remarques, vol.13 et suiv. 1715-1759. Bibliothèque nationale de France, Département des manuscrits, F.Fr.12695-12721, tome XIII, p. 126

[32] Cf. Laurent Lemarchand, Paris ou Versailles, La monarchie absolue entre deux capitales, 1715-1723, CHTS Histoire, Paris, 2014.

[33] Cité par Denis Reynaus et Chantal Thomas (dir.), Le Régent entre fable et histoire, Editions du CNRS, Paris, 2003, p.64.

[34] [crisco.unicaen.fr].

[35] Hans Mattauch, « Le Mirliton enchanteur. Historique d’un mot à la mode en 1723 », Revue d’histoire littéraire de la France 2001/4 (Vol. 101), p. 1255-1267.

[36] A. Blanchet et A. Dieudonné. Manuel de numismatique française. Tome II. Monnaies royales françaises depuis Hugues Capet jusqu’à la Révolution, par A. Dieudonné.

[37] Jean Subrenat, « Quatre Paternostres parodiques » dans La prière au Moyen-Âge, Revue Sénéfiance, Aix-en-Provence, CUERMA (Centre Universitaire d’Études et de Recherches Médiévales d’Aix), n° 10, p. 515-548.

[38] « Requête des harengères de la halle à Mgr le duc d’Orléans au sujet de la régence » :  vers extraits d’une chanson de 1715 numérotée $ 0082 dans la base de textes satiriques établie par Henri Duranton [satires18.univ-st-etienne.fr].

[39] [cnrtl.fr/dictionnaires/anciens/trevoux].

[40] Claude Grasland, « Chansons et vie politique à Paris sous la Régence », Revue d’histoire contemporaine, Tome XXXVII, pp.537-570.

 [41] Idem, p.540.

[42] Base de textes satiriques établie par Henri Duranton [satires18.univ-st-etienne.fr].

[43] Pierre Capelle La clé du Caveau, à l’usage de tous les chansonniers français, des amateurs, auteurs, acteurs du vaudeville & de tous les amis de la chanson, Paris, Capelle et Renard, 1811.

[44] Theaville est un outil de recherche littéraire et musical sur les parodies dramatiques d’opéra au XVIIIe siècle [theaville.org].

[45] Cf. à ce sujet Valentine Toutain-Quittelier « John Law et le décor de la banque Royale : un ensemble ornemental unique ? » dans Gagnons sans savoir comment, Représentations du système de Law du XVIIIe à nos jours, Florence Magnot-Ogilvy (dir.), op.cit. pp. 41-58.

[46] « Quand l’âge d’or reviendra » :  vers extraits d’une chanson de 1717 numérotée $ 0226 dans la base de textes satiriques établie par Henri Duranton [satires18.univ-st-etienne.fr].

[47] « La banque royale » : vers extraits d’une chanson de 1717 numérotée $ 0247 dans la base de textes satiriques établie par Henri Duranton [satires18.univ-st-etienne.fr].

[48] Henri Duranton « La ficelle de Law » dans Gagnons sans savoir comment, Représentations du système de Law du XVIIIe à nos jours, Florence Magnot-Ogilvy (dir), op.cit., p. 124.

[49] « Le sème dominant pour lombards, cahorsins, et dans une certaine mesure, pour les juifs est celui d’étranger », Dominique Ancelet-Netter, La Dette, la dîme et le denier, 2010, op.cit. p.236.

[50] « La politique du Régent » : :  vers extraits d’une chanson de 1718 numérotée $ 0266 dans la base de textes satiriques établie par Henri Duranton [satires18.univ-st-etienne.fr].

[51] « La France abusée » :  vers extraits d’une chanson de 1720 numérotée $ 0370 dans la base de textes satiriques établie par Henri Duranton [satires18.univ-st-etienne.fr].

[52] « Sans titre » :  vers extraits d’une chanson de 1720 numérotée $ 0414 dans la base de textes satiriques établie par Henri Duranton [satires18.univ-st-etienne.fr].

[53] Cité par David S. Landes, « Les Juifs dans l’économie : images et réalités », dans L’argent, Actes du XXVIIIe colloque des intellectuels juifs de langue française, Textes présentés par Jean Halpérin, et Georges Lévite, Denoël, Paris, 1998, pp. 1333-134.

[54] « Chanson sur monsieur Law après avoir fait son abjuration entre les mains de monsieur l’abbé Tencin au mois de novembre 1719 » : vers extraits d’une chanson de 1720 numérotée $ 0362 dans la base de textes satiriques établie par Henri Duranton [satires18.univ-st-etienne.fr].

[55] « Law » :  vers extraits d’une chanson de 1720 numérotée $ 0361 dans la base de textes satiriques établie par Henri Duranton [satires18.univ-st-etienne.fr].

[56] « à travers les mécanismes linguistiques de la métaphore et de la similitude, [les Pères] établissent de fait une série de rapprochement, de parallélismes et d’adéquation entre le domaine de l’économie et du salut » Valentina Toneatto, Les Banquiers du Seigneur, Evêques et moines face à la richesse, (IVe-début IXe siècle), Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2012, p. 22.

[57] « Sans titre » :  vers extraits d’une chanson de 1720 numérotée $ 0413 dans la base de textes satiriques établie par Henri Duranton [satires18.univ-st-etienne.fr].

[58] « Sans titre » :   vers extraits d’une chanson de 1720 numérotée $ 5294 dans la base de textes satiriques établie par Henri Duranton [satires18.univ-st-etienne.fr].

[59] « Sans titre » : vers extraits d’une chanson de 1720 numérotée $ 0402  dans la base de textes satiriques établie par Henri Duranton [satires18.univ-st-etienne.fr].

[60] Chansonnier Clairambault, Recueil de chansons ou vaudevilles et de vers satiriques et historiques avec des remarques, op.cit. p.74.

[61] Cf. Dominique Ancelet-Netter, « Le système de Law, une émission de sens ?» dans Gagnons sans savoir comment, Représentations du système de Law du XVIIIe à nos jours,Florence Magnot-Ogilvy (dir.), op.cit. p. 274.

[62] « L’agiotage » : vers extraits d’une chanson de 1720 numérotée $ 0344 dans la base de textes satiriques établie par Henri Duranton [satires18.univ-st-etienne.fr]

[63] Voir à ce sujet, Arnaud Orain et Laurent Thézé, « Publicité, contre-publicité et représentations économiques du système de Law : le motif alchimique dans les poésies et chansons de la Régence », dans Gagnons sans savoir comment, Représentations du système de Law du XVIIIe à nos jours, Florence Magnot-Ogilvy (dir.), op.cit. pp. 127-146.

[64] « L’agiotage » : vers extraits d’une chanson de 1720 numérotée $ 0344 dans la base de textes satiriques établie par Henri Duranton [satires18.univ-st-etienne.fr].

[65] « Sans titre » : vers extraits d’une chanson de 1719 numérotée $ 5289 dans la base de textes satiriques établie par Henri Duranton [satires18.univ-st-etienne.fr].

[66] « Sans titre » : vers extraits d’une chanson de 1720 numérotée $ 1688 dans la base de textes satiriques établie par Henri Duranton [satires18.univ-st-etienne.fr].

[67] Buvat, Journal de la Régence, op.cit. p.158.

[68] « Sans titre » : vers extraits d’une chanson de 1720 numérotée $ 0406 dans la base de textes satiriques établie par Henri Duranton [satires18.univ-st-etienne.fr].

[69] Edgar Faure, La Banqueroute de Law, 17 juillet 1720, Paris, Gallimard, 1978.

[70] « Sans titre » : vers extraits d’une chanson de 1720 numérotée $ 5550 dans la base de textes satiriques établie par Henri Duranton [satires18.univ-st-etienne.fr].

[71] « Epigramme sur le système » : vers extraits d’une chanson de 1720 numérotée $ 0416 dans la base de textes satiriques établie par Henri Duranton [satires18.univ-st-etienne.fr].

[72] Henri Duranton « La ficelle de Law » dans Gagnons sans savoir comment, Représentations du système de Law du XVIIIe à nos jours, Florence Magnot-Ogilvy (dir), op.cit., p. 112.

[73] « Vaudeville » : vers extraits d’une chanson de 1720 numérotée $ 5547 dans la base de textes satiriques établie par Henri Duranton [satires18.univ-st-etienne.fr]

[74] Cité par Arlette Farge Dire et mal dire., L’opinion publique au XVIIIe siècle, op.cit. p. 173, mais la note 62 est absente.

[75] « Les plaintes du Français s’exhalent en couplets terminés par de joyeux refrains. Cet esprit national n’a pas échappé à nos meilleurs ministres, pas même à ceux qui, d’origine étrangère, ne s’étaient pas crus dispensés d’étudier le naturel français. Mazarin demandait : « Eh bien ! que dit le peuple des nouveaux édits ? — Monseigneur, le peuple chante. — Le peuple cante, reprenait l’Italien, il payera ; et satisfait d’obtenir son budget, le Mazarin laissait chanter. Cette habitude de faire des chansons sur tous les événemens, même les plus sérieux, était si forte et s’était tellement soutenue, qu’elle a fait passer en proverbe qu’en France tout finit par des chansons. » cité par MM. Clair et Clapier (éd.), Barreau français, Collection des chefs-d’œuvre de l’éloquence judiciaire, IIe série, t. 5. Paris, 1824. Plaidoyer de Dupin contre P.J. Bérenger en 1821.

Biographie de l’auteur

Dominique Ancelet-Netter est Maître de Conférences à l’Institut catholique de Paris – UR « Religion, Culture et Société » – EA 7403 et Directrice des Etudes de la Faculté des Lettres.

Auteur de La dette, la dîme et le denier. Une analyse du vocabulaire économique et financier au Moyen Âge, version remaniée de sa thèse parue en juin 2010 aux Presses Universitaires du Septentrion.

Parutions récentes sur la progressive édification d’un vocabulaire économique et financier sous l’Ancien régime : « Une bourse appelée Libéralité, Fragment d’un discours « économique » chez Philippe de Mézières », Transversalités n° 127, sept. 2013,

« Science ou « sapience » économiques : métiers et concepts de l’économie et de la finance, vers une terminologie naissante chez les auteurs familiers de Charles V » ?

Sciences et savoirs sous Charles V, Olivier Bertrand (dir.), Paris, Honoré Champion, août 2014 et « Le système de Law, une émission de sens ? » dans Gagnons sans savoir comment, Représentations du système de Law du XVIIIe à nos jours, Florence Magnot-Ogilvy (dir), Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2017.
Retour en haut


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *