Les Andes orientales : l’équilibre perdu d’un territoire multi-ethnique. Conséquences d’un événement forcé pendant la période coloniale naissante (1550-1600)

par Natividad Ferri, doctorante Université de Caen Normandie

A l’époque des inca, la population indienne n’avait le droit de se déplacer librement en dehors de sa communauté de lignage, l’ayllu, à moins d’en avoir reçu l’ordre précise de la part de l’Inca ou du chef local (curaca) dans un but spécifique. Les chroniques espagnoles écrites pendant la période coloniale soulignaient l’existence d’une grande quantité de punitions que les souverains Incas faisaient appliquer en cas de fuite[1]. Par ailleurs, les liens de sang qui unissaient les Indiens à leurs ayllus les empêchaient psychologiquement de quitter volontairement leur communauté d’origine, car la mobilité signifiait rompre avec l’unité familiale, sur laquelle toute leur existence était basée. Seul l’Inca, par le biais des chefs locaux, avait les pleins pouvoirs de régler les déplacements ; il dirigeait ainsi les transferts forcés des populations, des transferts insérés dans un régime bien particulier de besoins économiques, militaires et logistiques. Comme Louis Baudin l’a noté : « il installait de bons agriculteurs là où ceux-ci faisaient défaut… il plaçait des tribus inquiètes près des tribus soumises […]. Il disposait ses sujets comme des pions sur un échiquier »[2].

Par ailleurs, le cloisonnement géographique qui caractérise le Tawantinsuyu ‒ avec des régions nettement différenciées par des climats et des végétations très disparates ‒ favorisa les inégalités en matière de ressources alimentaires. Dans les régions les plus froides, les carences en denrées étaient fréquentes, alors que dans les régions plus humides et tempérées les produits agricoles étaient plus abondants. Afin de favoriser l’accès de toutes les communautés aux aliments, l’Inca mit en place une organisation spatiale et économique insolite ‒ los archipiélagos verticales ‒ des étages écologiques de spécialisation agricole, où l’on obtenait des denrées spécifiques à chaque niveau d’altitude (voir carte n°1). L’État y envoyait des « colons » originaires de toutes parties du territoire produire les biens qui ne pouvaient pas être cultivés sur leurs terres d’origine, assurant ainsi la satisfaction des besoins de toutes les communautés[3].

Source : Internet.

Mais l’État devait répondre aussi aux nécessités des populations nouvellement conquises, garantir leur contrôle et, surtout, pacifier celles qui opposaient une farouche résistance à son autorité. Pour ce faire, il déplaçait aussi des colons des régions soumises vers celles qui étaient plus coriaces afin d’assurer la paix et la stabilité du territoire[4].

La population ainsi déplacée portait le nom de mitimaes ou mitmaq, mot quechua qui signifie  « l’homme envoyé ailleurs, l’étranger ».

L’installation de ces colonies donna naissance à une carte multiethnique complexe, où cohabitaient de manière permanente les communautés de colons et les communautés natives de la région. Cependant, ces mouvements n’empêchaient pas que les colons qui avaient été détachés restent liés et dépendants de leurs unités administratives d’origine, à laquelle ils restaient rattachés d’un point de vue administratif.

Or, pendant la période coloniale, l’administration espagnole ignora cette logique établie par l’Inca pour les groupements pluriethniques. Nombre de colonies ethniques furent de la sorte « fragmentées en plusieurs unités fiscales (repartimientos) et confiées à plusieurs encomenderos »[5]. Par ailleurs, ces colonies ainsi réparties furent souvent attribuées à des chefs locaux qui n’appartenaient pas à leurs communautés d’origine et à qui les Indiens ne reconnaissaient pas d’autorité. Plusieurs Indiens cherchèrent alors à s’échapper, engendrant de nouveaux processus migratoires.

L’objectif de ce travail est de répondre à la question suivante : quel impact eut la réorganisation coloniale sur les communautés de colons qui se trouvaient loin de leurs centres ethniques au moment de l’arrivée des espagnols? Pour répondre à cette question, nous allons concentrer notre attention sur les mitimaes lupacas originaires de la région qui bordait l’ouest du lac Titicaca (voir carte n°2), parce que c’était l’une des régions les plus peuplées du Pérou (plus de 20.000 unités familiales), constituant une véritable mosaïque d’ethnies venues de toutes les parties de l’Empire[6].

Source : MURRA John, El mundo andino. Población, medio ambiente y economía, Lima, IEP/Pontificia Universidad católica del Perú, 2002, p. 71.

Afin de mieux comprendre le phénomène de dislocation provoqué par la colonisation sur ces communautés, nous avons exploré dans un premier temps les déplacements forcés des lupacas à l’époque inca, déplacements réalisés selon le principe de la double résidence. Sans perdre cet élément de vue, nous avons étudié, dans une deuxième partie, l’impact de la réorganisation coloniale sur le statut des colons lupacas, ainsi que les transformations subies par ces communautés lors de la mise en place des reducciones qui avaient imposé le principe de la territorialité face à celui de la double résidence. Enfin, dans notre troisième partie, nous avons analysé concrètement les phénomènes d’abandon des reducciones peuplées majoritairement par ces colons suite à la mauvaise gestion des espagnols.

Ce travail a été réalisé à partir de deux types de sources.  D’une part, des sources administratives : Deux visitas effectuées dans la région des lupacas ; la première, en 1567 réalisée par Garci Díez de San Miguel à Chucuito, et la deuxième en 1573, réalisée par Juan Gutiérrez Flores dans le Colesuyo. D’autre part, deux pareceres écrits notamment par des jésuites, comme La relación de los agravios que reciben los indios que hay desde cerca de Cuzco hasta Potosí, relation écrite par le père Antonio de Ayanz, et le parecer del Padre Diego Álvarez de Paz sobre las reducciones sin preguntárselo, du debut du XVIIeme. Les travaux de Thierry Saignes, grand spécialiste de la région des Andes orientales, ont été également d’une aide précieuse.

  1. Le contrôle politique des mitimaes lupacas à l’époque des inca et le principe de la double résidence

La région qui entoure le lac Titicaca est dominée dans son versant occidental par l’altiplano et les vallées descendant jusqu’à la côte du Pacifique, et dans son versant oriental, par des montagnes et des vallées ( yungas) qui connectent avec la forêt amazonienne et avec la région habitée par les Indiens qui n’avaient pas été conquis, les Indios de guerra ou Indiens Chunchos. Le royaume aymara-phone des lupacas, était situé dans le versant occidental du lac dont le centre politique se trouvait dans le district de Chucuito (carte n°3). Dans ce territoire lacustre, la géographie est capricieuse et impose ses propres limites. Dans les hauteurs des punas, pas loin du lac, la terre est froide, sèche et peu productive, mais, paradoxalement, c’est là où se sont installés les centres urbains les plus importants de l’empire inca. Se trouvant stratégiquement située sur l’un des axes routiers les plus fréquentés de l’empire (Cuzco-Titicaca-Potosí) (carte n°4), c’était depuis l’époque inca l’une des régions au taux de mobilité indienne le plus élevé.

Source : Thérèse Bouysse-Cassagne, « Las minas de oro de los incas, el Sol y las culturas del Collasuyu », Bulletin de l’Institut français d’études andines, 46 (1) | 2017, 9-36.

Pour ces communautés installées dans les hauteurs, à plus de 3.500 mètres, accéder aux ressources naturelles était une question vitale. Elles avaient alors besoin d’exploiter des étages écologiques, archipiélagos verticales , pour obtenir des produits complémentaires ( comme le maïs, le coton  ou la feuille de coca) qui se trouvaient dans les vallées plus tempérées situées près de la côte du Pacifique, à Moquegua et Sama par exemple, ou bien dans celles plus humides et inhospitalières du versant oriental (carte n°5). Le territoire lupaca de Chucuito, exploitait donc les ressources de plusieurs microclimats très distincts les uns des autres, situés entre le Pérou, la Bolivie et le Chili actuels.

Source : SAIGNES, Thierry, « Des Lupacas dans les vallées orientales des Andes: trajets spatiaux et repères démographiques (XVI-XVII siècles) », In: Mélanges de la Casa de Velázquez, tome 17, 1981. pp. 147-182, P159.

Parfois, les mitimaes lupacas franchissaient de distances plus longues lorsque l’Inca cherchait à pacifier des territoires conquis récemment où habitaient les Indiens Chunchos. Ainsi, il paraît que dans la vallée de Cochabamba (située dans le versant oriental du lac), Huayna Capac avait créé un réservoir de colons  de l’Empire afin de pacifier cette région peuplée par des Indiens hostiles. Pedro Sarmiento de Gamboa soulignait à cet égard : « [ Guayna Capac] fué al valle de Cochabamba y hizo allí cabecera de provincia de mitimaes de todas partes, porque los naturales eran pocos y había aparejo para todo, en que la tierra es fértil»[7].

Comment et qui organisait les déplacements des mitimaes? Nous verrons dans les lignes qui suivent que cette responsabilité incombait à la communauté ethnique locale.

Les études menées à partir de 1950 sur les structures de l’État inca, notamment à partir des travaux réalisés par John Murra, ont montré que l’organisation de ces déplacements s’appuyait sur deux piliers fondamentaux, à savoir : la communauté ethnique agricole locale ‒ l’ayllu ‒ et les chefs locaux (curacas) [8]. Les ayllus étaient formés par un ensemble de familles qui gardaient des liens de sang communs[9]. Ils étaient définis comme un « grand lignage patrilinéaire auquel la possession d’un terroir conférait un haut degré de cohésion » qui se voyait renforcé par « des obligations mutuelles, des croyances et des traditions communes, ainsi que le culte rendu aux mêmes divinités »[10].

Les gouvernants incas accordèrent une marge de manœuvre très large à ces communautés ethniques par le biais de leurs curacas qui représentaient l’autorité de l’Inca au niveau de l’ayllu et possédaient les pleins pouvoirs politiques et économiques au niveau de leur communauté. Le curaca était responsable de l’organisation et du bon déroulement de la vie de la communauté. Il était chargé de rassembler un quota humain pour rendre service à l’Inca et à sa communauté ; c’était à lui qui revenait donc la tâche de regrouper les mitimaes qui étaient envoyés ailleurs pour assurer les besoins de la communauté.

Les mitimaes lupacas de Chucuito étaient déplacés définitivement dans les « archipiélagos verticales » que la région possédait dans le Colesuyo, notamment dans les régions de Moquegua. Mais il existe des indices, confirmés par les visites réalisées en 1567 par Garci Diez de San Miguel et en 1572 par Juan Gutiérrez Flores, qui montrent que ces colons n’avaient pas perdu les droits et devoirs qui les rattachaient à leurs communautés d’origine. Ces mitimaes conservaient une dépendance politique et économique vis-à-vis des unités administratives de l’Altiplano, où ils étaient recensés régulièrement. Moquegua, Torata et Sama étaient donc des régions satellites de l’Altiplano où les colonies des lupacas s’installaient dans des petites enclaves isolées pour cultiver le coton, le maïs ou l’ají.

Le principe de la double résidence (résidence géographique et résidence administrative) était d’autant plus manifeste que ces colonies étaient d’ordinaire gouvernées par des chefs nommés par les curacas de leurs centres ethniques de Chucuito. Ainsi, Garci Díez de San Miguel avait constaté que ces mitimaes étaient sous les ordres de Carlos Pacaxa et Francisco Poma, tous les deux nommés par les curacas des districts nord et sud du centre administratif de Chucuito[11].

Lorsque les Espagnols arrivent, ils déplacent et regroupent les Indiens sans tenir en compte ces spécificités pluriethniques et administratives. Quel impact aura la réorganisation coloniale sur les communautés mitimaes lupacas ?

  1. L’impact des reducciones sur les colonies de mitimaes lupacas : de la loi de la double résidence à la loi du sol.

En 1570, Francisco de Toledo arrivait au Pérou avec des instructions très précises pour mener à bien une réorganisation du territoire. Cette réorganisation impliquait le plus grand déplacement organisé d’Indiens jamais vu ‒ plus d’un million d’individus ‒ ainsi que leur regroupement ultérieur dans des villages d’Indiens ‒ reducciones ‒ créés sur le modèle uniforme des municipalités hispaniques. Ces reducciones devaient être implantées sur une nouvelle localisation géographique qui, par ailleurs, ne respectait pas les anciennes unités familiales indiennes (ayllus) séparées au moment du regroupement. Suite à ces déplacements, plusieurs ayllus furent divisés et ne furent jamais rétablis dans les nouvelles reducciones, où l’on pouvait trouver des Indiens provenant d’ayllus différents. Par ailleurs,  le «  désordre » engendré par la domination espagnole détruisit l’équilibre que les Incas avaient réussi à instaurer avec la mise en place des étages verticaux. A ce propos, en 1571, Juan Polo de Ondegardo, oidor de l’audience de Charcas et grand connaisseur de la cause indienne, mettait en garde les autorités sur les dégâts causés par la méconnaissance des espagnols au sujet des territoires multiethniques et il signalait le besoin de rendre les Indiens colons à leurs unités ethniques d’origine[12].

Mais Francisco de Toledo avait décidé autrement : il insistait dans ses ordenanzas sur sa volonté de fixer les Indiens dans leurs reducciones et d’empêcher les fuites[13]. Le but était, sans doute, de protéger l’intégrité de ces reducciones en évitant un dépeuplement massif occasionné par des mitimaes qui cherchaient à regagner leurs anciennes communautés. Cependant, en voulant fixer la population indienne dans ses nouveaux lieux de résidence, les reducciones n’ont fait que raviver les contradictions qui avaient déjà affleuré pendant la période inca[14] est qui étaient dues aux multiples conflits d’intérêts nés de la cohabitation multiethnique. Ainsi, les groupes ethniques, fragmentés en plusieurs unités fiscales (repartimientos) et attribués à différents encomenderos, perdaient définitivement le contrôle sur les colons mitimaes[15]. Cette idée est à priori corroborée dans la Visita de Garci de San Miguel par certains témoins qui avaient souligné eux-aussi que les communautés lupaca avaient perdu le contrôle sur leurs mitimaes de la côte Pacifique[16]. Or, dans la région de Chucuito, certains curacas qui détenaient le contrôle des colonies lupacas déplacées sur la côte, continuèrent de revendiquer leur autorité sur celles-ci pendant la période coloniale et cela en dépit du fait que les reducciones avaient favorisé la fixation sur le territoire d’accueil de ces mitimaes.

N’oublions pas que les curacas avaient joué un rôle clé dans la nouvelle organisation coloniale, car une fois le système inca disparu, les Espagnols optèrent pour le maintien de leur statu quo. Ainsi, au sein des reducciones, les curacas coloniaux intervinrent comme un élément charnière chargé de régler les rapports entre les Espagnols et les Indiens. Comme ils représentaient l’autorité locale, les curacas assumaient facilement le rôle d’interlocuteurs et de médiateurs entre les autorités espagnoles et les Indiens des reducciones.

Cette parenthèse étant faite, il convient de souligner que c’est donc grâce aux revendications de ces curacas qui réclamaient leurs droits sur les Indiens mitimaes lupacas, que les liens entre ces mitimaes et leurs communautés ethniques d’origine ne furent pas complètement rompus lors de la réorganisation coloniale. Les visitas réalisées dans cette région ont contribué à appuyer cette idée. Ainsi, lors de la visita réalisée à Chucuito par Garci Diez de San Miguel, le curaca local, Martin Cari, appartenant à la famille des curacas Cari, qui s’étaient maintenus au pouvoir 35 ans après l’invasion espagnole, se présenta comme « señor Hanansaya de todos los lupaca »[17] insistant sur les droits qu’il avait sur ses mitimaes de la côte du Pacifique. D’autre part, en 1590, Juan Gutierrez Flores, qui avait visité la région en 1573, transcrivait le conflit né entre deux curacas dans leurs revendications sur les mitimaes de Moquegua et Torata : Pedro Conta et Martin Cutipa. Pedro Conta réclamait des droits légitimes sur les mitimaes installés dans cette vallée et qui avaient été attribués par les espagnols à Martín Cutipa pendant la réorganisation coloniale. A l’appui de ses revendications, Pedro Conta assurait qu’il était le fils naturel de Francisco Poma, curaca des vallés de Moquegua et Torata, et le petit fils du curaca appelé Pari qui avait été nommé par l’Inca pour gouverner dans ces vallées[18]. Après des années de litige, en 1594, l’Audience de la Ciudad de los Reyes trancha sur ce litige et demanda la restitution à Pedro Conta de « la dicha parcialidad de indios de Anansaya del dicho repartimiento de Torata y Moquegua de que paresçe ser despojado… »[19].

D’autre part, cette dislocation des unités ethniques provoquée par la « loi du sol » appliquée par les espagnols eut également des conséquences néfastes sur l’accomplissement des obligations fiscales attribuées aux reducciones. En effet, lors de la réorganisation du territoire en 1570, Francisco de Toledo avait confié à un groupe de fonctionnaires la charge d’organiser les « reducciones de indios », chacune d’entre elles étant supervisée par un fonctionnaire différent. Lorsque qu’ils réalisaient le recensement des Indiens, un fonctionnaire comptabilisait les mitimaes qui se trouvaient sur un territoire et, par ignorance, parallèlement, un autre fonctionnaire recensait les mêmes Indiens mitimaes sur le territoire où se trouvait leur ayllu d’origine et où ils étaient inscrits dans les quipus[20] (voir figure n°1), ce qui faisait prévaloir à nouveau le critère de territorialité. Comptabilisés dans leurs communautés d’origine, les mitimaes lupacas restés dans les vallées de la côte du Pacifique au moment des reducciones, étant trop éloignés du circuit de Potosi ne pouvaient pas payer le tribut de la mita[21]. Cette gestion erronée posa maints problèmes aux curacas de l’altiplano qui se plaignaient de ne pas pouvoir réunir le contingent d’Indiens nécessaire à la destination de Potosí. Cette situation fut la cause de « graves daños » selon Guaman Poma de Ayala[22], pour qui l’œuvre de Francisco de Toledo amena le dépeuplement et la perte du royaume, comme nous le verrons plus tard. Très critique à l’égard des reducciones de Toledo, il soulignait que celles-ci n’avaient pas respecté ni la complémentarité verticale ni la double résidence propres à l’époque inca et il y voyait la cause de l’abandon et de la perte des terres de nombre de communautés[23] .

Source: Felipe Guaman Poma de Ayala,Nueva corónica y buen gobierno (1615), Dibujo 143, p. 360 [362]
http://www.kb.dk/permalink/2006/poma/362/es/image/?open=idp476128

La méconnaissance manifeste des Espagnols eut également un impact négatif sur l’occupation effective des reducciones. Les trajets cycliques développés par les Incas dans leur système de la double résidence des archipels verticaux, furent à l’origine de nombreuses fuites et causèrent le dépeuplement d’un nombre important de reducciones qui voyaient ses Indiens mitimaes partir rejoindre leurs anciennes communautés. 

Notre troisième partie sera donc consacrée aux effets que la réorganisation coloniale eut sur les communautés de mitimaes et, notamment, à l’étude du phénomène d’abandon des reducciones.

  1. Le phénomène d’abandon

Selon Thierry Saignes, en tout état de cause, les reducciones de Toledo ne permirent finalement pas l’ancrage territoriale des Indiens dans leurs nouveaux repartimientos car jamais n’eut lieu le détachement total des mitimaes de leurs noyaux, c’est-à-dire de leurs ethnies natives[24].

L’information recueillie pendant les premières visites réalisées par les officiers espagnols montre que la population d’origine de certaines communautés avait baissé considérablement, et par conséquence, ces communautés perdirent un nombre important de « tributarios ». Parallèlement, d’autres communautés étaient beaucoup plus peuplées grâce aux mitimaes qui s’y trouvaient au moment de la répartition. Or, vers 1580-1590 plusieurs reducciones n’avaient pas encore été réellement occupées suite aux départs des Indiens. Sur la base de l’étude des sources que nous présentons, concernant notamment les communautés de la région de Charcas (dans le versant oriental du lac Titicaca), très liées à l’obligation de faire la mita à Potosí, nous concluons, comme Thierry Saignes, que vingt ans après la « reducción general » réalisée par Francisco de Toledo, un large pourcentage de ces reducciones n’étaient pas occupées ou furent abandonnées rapidement[25].

Mais pourquoi les Indiens  fuyaient-ils ? En 1596, le père jésuite Antonio de Ayanz écrivit la Breve relación de los agravios que reciben los indios… hecha por personas de experiencia y buena conciencia. Cette Relación est une véritable déclaration d’intentions où l’auteur dénonçait les injustices dont les Indiens qui participaient à la mita de Potosí étaient victimes et qui les avaient poussés à la fuite. Ayanz commençait sa Relación en signalant la diminution de la population et en mettant en relief la situation d’abandon dans laquelle se trouvaient un grand nombre de reducciones[26].

Ayanz pointe du doigt le service de la mita à Potosi comme cause principale de cette situation. En effet, les Indiens mitimaes lupacas originaires des punas qui avaient été répartis à Larecaja (dans le versant oriental du lac), étaient recensés, comme nous l’avons dit, dans leurs communautés ethniques de l’altiplano où ils payaient le tribut en allant travailler dans les mines de Potosí et en assurant l’envoi de produits à leurs seigneurs locaux, alors qu’ils devaient aussi assurer les corvées propres à leur nouvelle inscription sociale dans la vallée minière : services au corregidor, à l’Église ou au tambo. Ces mitimaes rendaient donc un double tribut : la mita à Potosí pour leur communauté ethnique et des travaux pour le corregidor et les caciques de leurs reducciones. En effet, nombre de curacas de l’altiplano s’en plaignaient[27] :

« [L]os dhos caciques [de puna]se agravian de don juan toledo de luna corregidor del partido de Larecaxa diziendo que el dho corregidor y caciques los reduzen y se sirven de ellos ocupandolos en sus tratos y granjerias no teniendo consideración a questan visitados y empadronados ».

En définitive, les Indiens devaient rendre des services multiples imposés par les corregidores, souvent réalisés aux encomenderos, curacas et doctrineros à titre privé et lucratif : c’était le trajín. Par cette activité, les Indiens devaient offrir une marchandise (du vin, de la coca, du bétail) ou l’amener à Potosí en échange d’un salaire de misère, et le voyage pouvait durer jusqu’à six mois :

El corregidor de una provincia manda a los caciques de su distrito que le den cien indios para que bayan con su ganado de su Corregidor a Paucartambo por coca, a los valles de Arequipa por vino […]. La paga que dan a cada indio por mes son cinco pesos… … y a veces tardan  seis y siete meses …y no les pagan lo que tardan en volver de Potosí[28].

Le parecer anónimo de El padre Diego de Paz explique avec plus de détail comment fonctionnait ce commerce souterrain et l’intérêt que portaient les corregidores, curas et curacas aux Indiens :

 Ahora lo que mueve a los les corregidores, curas y curacas solo es su particular ynteres : el cura porque el beneficio sea pingue con muchas obejas que esquilmar; el corregidor que aya mas ministros para sus grangerias, mas gente a quien ocupar en sus ganancias y que no falten yndios tambien para sus mitas, tragines, sementeras, que aya quien gaste la coca, vino chicha, etc.. . Despues que sean [los indios] escapado del corregidor, el cura que es quien los devia amparar y como save todos los pecados del pueblo y de sus ydolatrias diceles que a menester quinientos carneros ο mill para el u para sus amigos y que si no se los traen que los ha de hacer quemar y destruir y los mata açotes[29].

Cependant, l’abandon des reducciones n’était pas toujours volontaire car certains propriétaires de chácaras (fermes) sans scrupules enlevaient des Indiens afin de les exploiter ou de les vendre en tant qu’esclaves[30]. Certains corregidores et curacas déplaçaient les Indiens pour les cacher dans les montagnes, dans des lieux écartés et connus d’eux seuls. Par ces actes prémédités, les corregidores désiraient amener l’administration à croire à un dépeuplement dans leurs propres reducciones afin de déclarer moins de recettes, alors qu’ils continuaient à percevoir les taxes des Indiens cachés à leur propre avantage[31].

Où les Indiens qui fuyaient les reducciones se rendaient-ils? On pourrait penser que, sous la domination espagnole et la surcharge de travail, les mitimaes perdirent peu à peu leurs liens avec leurs noyaux d’origine. Or, à la mort de l’Inca suite à la conquête, beaucoup d’entre eux souhaitèrent rentrer dans leurs anciennes unités familiales. Ainsi, à Cochabamba, où l’Inca avait placé une quantité importante de mitimaes lupacas, certains caciques affirmaient à propos des Indiens lupacas que « [los] yndios lupacas de Chucuito … al tiempo que los españoles entraron en este valle se fueron  a sus tierras »[32].

Dans le sud-est de la province de Charcas, qui se trouvait plus éloignée de Chucuito, le retour des lupacas vers leurs unités ethniques semblait plus difficile. Cette région étant frontalière avec celles des Indiens Chunchos de la frontière amazonienne, un grand nombre des mitimaes allaient s’installer chez ces derniers, comme l’avait souligné le père Ayanz[33]. Le père Diego de Paz, Luis aussi, se demandait avec inquiètude : « quantos yndios se abran ydo a los chunchos y chiriguanaes mas de sus fronteras, quantos a huaycos y quebradas . . quantos se abran hecho apostatas, ydolatras, quantos abran dejado sus mugeres y tomado otras . . ,»[34]. Parfois c’étaient des communautés entières d’Indiens, avec leurs femmes et enfants qui quittaient leurs reducciones. Dans ces vallées plus chaudes habitées par les Indiens Chunchos, ils vivaient dans des chácaras isolées, en état d’autarcie[35]. Mais il y avait aussi ceux qui, pour échapper à l’autorité espagnole, s’installaient pour servir de manière exclusive les curacas de ces communautés. Toujours  selon le père Ayanz : « otros hay que se conciertan  en estos valles con algún Cacique y indios principales… y cuando sus caciques van a buscarlos para reducirlos, escondenlos de manera que no ay hallarlos »[36].

Quelques témoins de l’époque affirment néanmoins que ces Indiens qui fuyaient le système colonial étaient souvent mal accueillis par les Indiens de guerre. En effet, il semble que ceux-ci éprouvaient de la haine envers ceux qui avaient cohabité avec les espagnols et « si los cogen. . . los matan y los comen »[37]. Les Indiens fugitifs devaient alors se cacher sans avoir aucun contact avec les résidents parce qu’ils « no se atreven a salir y a comunicar con sus vecinos »[38]. Ainsi, cette région amazonienne orientale des Andes qui avait servi de refuge aux Incas rebelles pendant la conquête espagnole était devenue la terre d’asile des Indiens qui fuyaient l’ordre colonial.

D’autre part, des nombreux lupacas installés dans cette région frontalière préférèrent au moment de la conquête rejoindre leurs communautés d’origine par peur d’être attaqués, comme il découle de la déclaration de Martín de Almendras (La Plata, 20.II.1551 : [Este encomendero] a visto otros muchos en la provincia de Chuquiabo [Collao] huidos de su tierra de miedo de los dichos chiriguanos[…][39]. En 1596, le vice-roi faisait le même constat et expliquait que pour pouvoir retourner dans leurs anciennes communautés ces Indiens prétextaient que le climat les rendaient malades :

y como la mayor asistencia de los Yndios que se ausentan de su reduccion es en los pueblos viejos donde antiguamente estavan y en sus valles calientes procuran por muchos medios y tracas dando causas de malos temples emfernar y que se mueren muchos …[para que] se les de licencia para pasarse a su antigua reducción [. . .][40]

Finalement, nous ne devons pas oublier que beaucoup d’Indiens fugitifs restaient éparpillés dans le territoire des Andes coloniaux, mais hors de l’encadrement établi dans le système colonial.

Les Indiens qui faisaient partie de ces nouveaux mouvements étaient appelés forasteros, « gente de fuera ». Ils appartenaient à une nouvelle catégorie de migrants inexistante jusqu’alors : dans la mesure où ils avaient fui les reducciones, ils ne participaient plus à la redevance du tribut et par conséquent ne prenaient pas part aux déplacements pour les mita, ni aux services personnels dus aux encomenderos ou aux corregidores.

Un nombre non négligeable de ces forasteros partirent s’installer dans la ville de Potosí en tant qu’Indiens libres, où ils louaient leurs services, décidés à ne pas retourner dans leurs reducciones pour ne plus supporter ce double tribut, comme témoigne le père Ayanz : « se quedan en Potosí…se alquilan …y no los azotan ni castigan como a los otros ni tampoco pagan al rey »[41]. D’autres, allaient s’installer dans les centres urbains les plus proches, ceux de Cuzco, Arequipa et plus tard à Lima où ils pouvaient trouver plus de moyens de progresser socialement.

En résumé, la circulation légale et « illégale » d’Indiens était donc devenue monnaie courante sur ce versant oriental des Andes. Dans cette région, à l’époque coloniale, plusieurs facteurs favorisèrent l’apparition de nouveaux flux migratoires volontaires et involontaires, dans le cadre du système colonial ou hors cadre. A priori, le nombre important d’Indiens qui s’y trouvaient favorisa le bon fonctionnement du système colonial. Mais ces vallées, très peuplées par des multiples ethnies, subirent de manière plus marquée et rapide que d’autres régions, un processus de désagrégation suite à la réorganisation territoriale menée par Francisco de Toledo. Le « désordre » engendré par la domination espagnole détruisit l’équilibre que les Incas avaient réussi à instaurer avec la mise en place des étages verticaux et de la double résidence.

En conclusion, ces vallées représentaient aussi bien l’instauration de la nouvelle politique coloniale, avec les reducciones et les déplacements forcés, que les failles de celles-ci, symbolisées par le grand nombre d’Indiens jetés sur les chemins, victimes du déracinement et candidats à la fuite.

[1] SANTILLAN, Hernando de, « Relación del origen, descendencia, política y gobierno de los incas [1563 ?], dans  Crónicas Peruanas de interés indígena, Biblioteca de Autores Españoles, Tomo CCIX, Madrid, Atlas, 1968, p. 97-149, paragraphe 13, p. 107. « las muchas maneras de castigos […] [que tenían los incas para] el que se iba de un pueblo a otro huído ».

[2] BAUDIN, Louis, L’empire socialiste des inkas, Paris, Institut d’Ethnologie, 1928, , p. 135-136.

[3] GARCILASO, Primera parte de los Comentarios Reales, Caracas, Biblioteca de Ayacucho, 1985 [1609 ], livre VII, chap. I, p. 85. […] en …todos los más valles del Perú, que por ser fríos no eran tan fértiles y abundantes como los pueblos cálidos y bien proveídos, mandaron que, [de] la gran serranía de los Andes … saliese cierta cantidad de indios con sus mujeres, y , puestos en las partes que sus caciques les mandaban y señalaban, labraban los campos en donde sembraban lo que faltaba en sus naturalezas, proveyendo con el fruto que cogían a sus señores o capitanes […].

[4] Idem: Cuando habían conquistado alguna provincia belicosa… sacaban parte de la gente de aquella tal provincia, y muchas veces la sacaban toda, y la pasaban a otra provincia de las domésticas, donde, viéndose por todas partes rodeadas de vasallos leales y pacíficos, procurasen ellos también ser leales[…].

[5] SAIGNES, Thierry, Capitulo III. « De la descendencia a la residencia: Las etnias en los valles de Larecaja »,  In : Los Andes Orientales: historia de un olvido [en ligne]. Lima : Institut français d’études andines, 1985. Version E-book,  paragph. 39, p. 233.

[6] DÍEZ DE SAN MIGUEL, Garci, Visita hecha a la provincia de Chucuito por Garci Díez de San Miguel en el año de 1567, Lima, Ediciones Casa de la Cultura del Perú, 1964, fol. 6r, p. 14. Dans cette visita, un témoin assurait que Moquegua et Sama rassemblaient des Indiens de toute la région «  […]En  Moquegua … y en el pueblo de Sama hay indios de toda esta provincia ».

[7] SARMIENTO DE GAMBOA, Pedro, Pedro, Historia Índica [1572], Biblioteca de Autores Españoles, Tomo CXXXV,

Madrid, 1960, p. 260.

[8] MURRA, John, «En torno a la estructura política de los Inca», dans: Formaciones económicas y políticas del mundo andino, Instituto de Estudios Peruanos, Lima, 1975, p. 25.

[9] WACHTEL, Nathan, La vision des vaincus, Paris, Editions Gallimard, 1971, p. 103.

[10] METREAUX, Alfred, Les incas, Paris, Éditions du Seuil, 1983 [1961], p. 52-53.

[11] CAÑEDO ARGÜELLES,  Teresa, « Los mittani y mitmaqkuna del Colesuyo como agentes de diáspora y cambio cultural. Nuevos aportes al estudio de las instituciones andinas », Diálogo Andino – Revista de Historia, Geografía y Cultura Andina, 2009, n° 34, p. 7-23, p.10.

[12] POLO DE ONDEGARDO, Juan, “Relación de los fundamentos acerca del notable daño de no guardar a los indios sus fueros”, Colección de documentos y libros referentes a la historia del Perú, Lima, I, 3. Cité par John Murra dans, El mundo andino, población, medioambiente y economía, IEP/Pontificia Universidad Católica, 2002, p.96: «  en quitarles los indios y las tierras que tenían en la costa de la mar de que se hicieran particulares encomiendas[…] no entendiendo los gobernadores [españoles] la orden que los indios tenian[…] y así gobernando estos reynos el marqués de cañete se trató esta materia  y […] se hizo…que a la provincia de Chucuito se le devolvieran  los indios y las tierras que tenían en la costa »

[13] «Ordenanzas Generales de Corregidores del virrey Toledo, 1580 », n° 11, p. 535, publiées dans Guillermo Lohmann Villena, El corregidor de indios en el Perú bajo los Austrias, Madrid, Ediciones cultura hispánica, 1957: « […] ordeno y mando que por ahora hasta que otra cosa se provea, ningún indio  salga de su tierra ni del lugar donde fuere reducido para irse a vivir a otra parte con su casa y familia […] ».

[14] SAIGNES, Thierry, « De la descendencia a la residencia: las etnias en los valles de Larecaja »… op. cit., paragh. 39, p. 233.

[15] DÍEZ DE SAN MIGUEL, Garci, Visita hecha a la provincia de Chucuito…, op. cit., p.170. «…y que con todos estos eran los veinte mil en el quipo y que los dichos mitimaes como se encomendaron los repartimientos donde estaban se quedaron allí y nunca más se contaron con los de esta provincia ».

[16] Ibid, p.233: « Los grupos étnicos son fragmentados en varias unidades tributarias (repartimientos) y confiados a diferentes encomenderos. Así los lupaca (entre otros) pierden el control de sus mitimaes de la costa pacífica ».

[17] DÍEZ DE SAN MIGUEL, Garci, Visita hecha a la provincia de Chucuito…, op. cit., p. 425.

[18] Pleitos por los cacicazgos de Torata y Moquegua. 15 de abril de 1590 a 24 de noviembre de 1594, dans: Teresa CAÑEDO ARGÜELLES, La visita de Juan Gutiérrez Flores al Colesuyo. Y Pleitos por los cacicazgos de Torata y Moquegua. 15 de abril de 1590 a 24 de noviembre de 1594, Lima, Pontificia Universidad Católica del Perú, Fondo Editorial, 2005, fol. 36r, p. 28. « …Este testigo sabe que Pedro Conta es hijo de Francisco Poma que fue cacique principal de estos pueblos  de Torata y Moquegua…y que el dicho Francisco Poma fue hijo de un cacique llamado Pari…a quien el Inca mandó que gobernase en este valle de Moquegua »

[19] Ibid., fol.166r, p. 228.

[20] Système de recensement et comptabilité inca constitué d’une corde et de nœuds. Voir carte n°6.

[21] La mita coloniale était le nom donné aux envois périodiques d’Indiens pour effectuer les travaux dans les mines.

[22] GUAMÁN POMA DE AYALA, Felipe, El primer nueva corónica y buen gobierno [1615], édité par John V. MURRA, Rolena, ADORNO, et al.,   Siglo XXI, 1980. Disponible en ligne sur le Centro digital de investigación de la biblioteca Real de Dinamarca, Copenhague.

< http://www.kb.dk/permalink/2006/poma/info/es/frontpage.htm> p. 452 [454]: […] Cómo don Francisco de Toledo, bizorrey,[…] mandó despoblar y rreducir de los pueblos deste rreyno.después de auer rreducido y becitado y poblado todo el rreyno, mandó la dicha becita general de los yndios tributarios que fuese a bicitar a cada prouincia a cada uecitado […] y los yndios ausentes quedaron cin becitarse.

[23] Ibid., p. 445 [447]. « Toledo […] hizo rreducir y poblar a los yndios, algunos en buena parte, algunos en mala parte, como la suerte cayó. Y por ello se desbarataron los yndios de su querencia por tener las sementeras muy lejos  ».

[24] SAIGNES, Thierry, « Des Lupacas dans les vallées orientales des Andes : trajets spatiaux et repères démographiques (XVI-XVIIe siècles) », Mélanges de la Casa Velázquez, 17, 1981, p. 147-182, p. 161.

[25] Ibid., p. 161.

[26] AYANZ, Antonio de,« Breve relación de los agravios que reciven los indios que hay desde cerca del Cuzco hasta Potosí… », dans Rubén Vargas Ugarte, Pareceres jurídicos en asuntos de Indias, Lima, Revista de Derecho PUC, n°10-11, 1951, p. 6-90, p. 35. « en las provincias que ay desde el Potosi hasta cerca del Cuzco an ydo los indios en tanta disminución questan los pueblos desiertos … sin gente ni servicio y todo tan solo y desamparado que es la fama dello ».

[27] ANB/M t. 122 N° 5, f° 1, cité par Thierry SAIGNES, « De la descendencia a la residencia: Las etnias en los valles de Larecaja », Los Andes Orientales. Historia de un olvido….op. cit., p. 245..

[28] AYANZ, Antonio de,« Breve relación de los agravios que reciven los indios que hay desde cerca del Cuzco hasta Potosí… », op. cit.,  p. 41.

[29] Parecer del Padre Diego de Paz sobre las reducciones sin preguntárselo, B.N. Madrid, ms. 2010, f° 110, publié par Thierry Saignes, «  Las etnias de Charcas frente al sistema colonial (siglo XVII). Ausentismo y fugas… »,  op. cit., p. 44.

[30] Probanza del capitán Francisco de Vargas y Porres vecino de la villa de Potosí, Potosí, 28,IV, 1610, AGI, Charcas, 87, cité par Thierry Saignes dans « Des Lupaqas dans les vallées orientales des Andes… », op. cit., p. 177. : « […] Mas de 200 varones y hembras de poca edad que por fuerça y contra su voluntad estaban detenidos en los dichos valles y chácaras que los habían llevado hurtados y engañados los dueños de las dichas chácaras y otros vendidos como si fueran esclavos »

[31] LOHMANN VILLENA, Guillermo, El corregidor de indios en el Perú bajo los Austriasop.cit., p. 235.

[32] « Declaraciones de los caciques de Paria acerca de la reparticiôn hecha por los yngas… »

(22.VI.1556), Archivo Histôrico Municipal de Cochabamba, AR 1570. Cité par Thierry Saignes  dans « Des Lupacas dans les vallées orientales des Andes… », op. cit., p. 163.

[33] AYANZ, Antonio de,« Breve relación de los agravios que reciven los indios que hay… », op. cit.,p. 57:  « Algunos años hace se decía que había en los Chunchos que es gente de guerra muchos indios huidos de toda esta tierra …y que es muy grande el número de ellos y que hoy dia van en mucho aumento ».

[34] Parecer del Padre D° de Paz sobre las reducciones sin preguntarselo, B.N. Madrid, ms. 2010, cité par Thierry SAIGNES, « Las etnias de charcas frente al sistema Colonial (siglo xvii)… », op. cit., p.51.

[35] SAIGNES, Thierry, « Las etnias de charcas frente al sistema Colonial (siglo xvii)… », Ibid., p. 56-57.: Los que van a los valles calientes muchos dellos se meten en unas quebradas que no ay hallarlos… y estos como tienen chácaras de que sustentarse no quieren mas haciendas […]

[36] Ibid., p. 56-57.

[37] Ibid., p.52.

[38] Selon les déclarations de Martin Almendras, encomendero de Tarabuco, dans  Thierry SAIGNES, « El piedemonte entre los mitos indígenas y las quimeras europeas — Siglos XVI- XVII », Los Andes orientales…op. cit. p.178.

[39] SAIGNES, Thierry, « Los lupacas en los valles orientales de Charcas. Algunos hitos para un derrotero colonial », Los Andes Orientales …op. cit., paragrph.12, p. 305. Declaración de Martín de Almendras (La Plata, 20.II.1551), encomendero de Tarabuco, en “Pleito sobre la posesión de los indios Moyos Moyos”, AGI, Justicia 1125, f° 94. En 1596, le vice-roi faisait le même constat et expliquait que pour pouvoir retourner dans leurs anciennes communautés ces Indiens prétextaient que le climat les rendaient malades : «  . . . y como la mayor asistencia de los Yndios que se ausentan de su reduccion es en los pueblos viejos donde antiguamente estavan y en sus valles calientes procuran por muchos medios y tracas dando causas de malos temples emfernar y que se mueren muchos …[para que] se les de licencia para pasarse a su antigua reducción [. . .] ». Manuscrito n° 38 de la colección Marques del Risco, Varios 330/129, Biblioteca de la Universidad de Sevilla.)  Este borrador anónimo que corresponde a la memoria de Luis de Velasco puede fecharse en 1604, publié par Thierry SAIGNES, « Las etnias de charcas frente al sistema Colonial (siglo xvii). Ausentismo y fugas… »,op. cit., p. 37

[40] Manuscrito n° 38 de la colección Marques del Risco, Varios 330/129, Biblioteca de la Universidad de Sevilla.  Ce document anonyme qui correspond au mémoire de Luis de Velasco est daté de 1604, publié par Thierry SAIGNES, « Las etnias de charcas frente al sistema Colonial (siglo xvii). Ausentismo y fugas… », op. cit.,  p. 37.

[41] AYANZ, Antonio de,« Breve relación de los agravios que reciven los indios que hay… », op. cit., p. 39.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.