Structures sociales et événement migratoire au Pérou au XX-XXI siècles : L’articulation à Lima de la Vallée Tarma-Chanchamayo

Hillside Sprawl – Villa Maria del Triunfo Skyline,
Lima, Peru (Adam Mizrahi
via Flickr Licence CC)

Emilio Fernando Orihuela Egoavil (Professeur émérite. Université de Caen)

Au Pérou, la migration est un phénomène présent tout au long de son histoire. Au XXe siècle, surtout à partir des années 1950, elle concerne des milliers des paysans qui partent de leurs villages de la Sierra pour s’installer dans les villes de la côte, surtout à Lima.  Si ce processus touche environ 591.000 personnes en 1940, il en concerne 2.280.000 en 1961 et 3.678.000 en 1981[1]. Il continue à se développer au cours des années et transforme Lima, en 2007, en une métropole de 8.500.000 d’habitants, ayant grandi depuis 1961 de 2,8% par an[2].

En 1961, à Lima, alors qu’elle compte environ 1.846.000 habitants[3], cette immigration est perçue comme un événement qui peut mettre en péril l’ordre social. Le 30 avril, le principal journal du pays, La Prensa, met en lumière les causes et le caractère irrépressible de cet événement[4]. Cette même année, l’Institut Indigéniste du Pérou, le Musée de la Culture Péruvienne et l’Université de Cornell (USA) organisent un colloque intitulé « Migration et Intégration » qui a lieu entre le 26 et le 28 avril. Les conclusions de ce colloque sont aussi publiées par des journaux qui mettent en relief la portée de ce phénomène sur la vie sociale de Lima[5]. Ces journaux soulignent quelques hypothèses émises lors du colloque comme celle qui observe que le migrant de la Sierra, à cause de sa culture traditionnelle, est incapable de s’adapter à la ville, et risque davantage de subir des troubles psychologiques et souffrir de maladies mentales. Ils signalent aussi le danger de la diffusion des épidémies à partir des quartiers où s’agglutinent les migrants, les barriadas. Les spécialistes d’alors proposent de contenir les migrants dans leur propre milieu, en améliorant leurs conditions de vie et d’éducation sans modifier profondément les structures sociales.

Depuis cette époque, le déplacement des populations de la Sierra a continué inexorablement, modifiant la vie urbaine de la côte, où les nouveaux arrivants apportent avec eux leurs valeurs culturelles andines et les intègrent avec celles de la société urbaine occidentale, créant une nouvelle culture citadine[6].

Ce phénomène bouleverse aussi les sociétés qui se trouvent sous l’aire d’influence des villes d’accueil, notamment sous celle de Lima. En effet, l’essor démographique de cette ville accélère la demande de biens et de services et stimule leur production. Lima possède l’activité économique la plus dynamique du pays, avec un PIB par tête de presque le double de celui des autres régions[7]. En 2007, Lima concentre 31% de la population nationale, la majorité des industries du pays et des centres financiers, 44,9% de la dépense de l’État concernant l’administration publique et la défense[8], et 43% du PIB national[9]. En 1979, elle consomme 63% des matières premières de l’offre nationale et n’en produit que 25% ; elle absorbe aussi près de 49% de l’offre de la production de biens[10] alors qu’elle ne représente que 27% de la population du pays[11]. C’est par ces activités que Lima articule l’économie des autres régions du pays[12]. Mais, ses échanges commerciaux les plus importants se font avec les villes secondaires distantes d’environ 150 km, au nord comme au sud, et de 250 km à l’est, comme, par exemple, celles de la région de Tarma-Chanchamayo, situées dans le département de Junín, à cheval entre la Sierra et la Selva Alta.

C’est sur l’effet de la croissance démographique de Lima sur la vie socio-économique de cette région que nous voulons centrer l’objet de notre étude. Quels sont les comportements socio-économiques les plus marquants face à la demande de biens de Lima ?  La réponse à cette question s’organise en trois parties : la première analyse comment cette région commence à participer à l’économie nationale par l’extension de sa frontière agricole et le déplacement de main d’œuvre ;  la deuxième étudie la portée de l’articulation économique de cette région à Lima par l’observation de la circulation des biens agricoles, et la troisième analyse les effets de cette articulation sur l’espace social de la vallée de Tarma-Chanchamayo.

Ce travail repose sur trois types de données. Nous utilisons d’abord l’information recueillie lors d’une enquête réalisée entre les années 1986 et 1987 auprès des populations urbaine et  paysanne de la province de Tarma, pour étudier leurs pratiques économiques et de santé[13]. Près de 136 personnes ont été interviewées. Dans ce travail nous nous limitons à faire une analyse secondaire de l’information, en mettant l’accent sur les témoignages obtenus auprès des informateurs clés. Nous utilisons aussi les données publiées par l’Instituto Nacional de Estadística e Informática du Pérou. Nous nous servons enfin des données récoltées par des ethnologues et historiens ayant étudié la région.

1 Trajectoire historique de la participation de la région Tarma-Chanchamayo au marché national

Cette région, localisée sur le versant oriental de la Sierra Centrale, englobe trois étages écologiques : les altiplanos au-dessus de 3.800 mètres d’altitude, localisés à l’ouest, riches en ressources minières (argent, cuivre, etc.) et en pâturages naturels ; les vallées andines tempérées, avec des terres très fertiles pour la production du maïs, de la pomme de terre, du blé, de l’orge, etc., situées entre 3.800 et 2.500 mètres d’altitude, et la zone semi-tropicale, localisée à l’est, entre 2.500 et 700 mètres d’altitude, riche d’un vaste éventail de cultures tropicales. Les terres localisées au-dessous de 1.000 mètres de ce dernier étage, convoitées depuis 1779 par les hacendados de Tarma[14], ont été intégrées à cette région après l’indépendance du Pérou. En effet, en 1847, sous leur pression, le président Ramón Castilla autorisa le départ d’une expédition militaire, préparée par ces hacendados, qui vainquit les Ashaninkas, maîtres de cette vallée, et octroya leurs terres à ces propriétaires fonciers[15].

Cette appropriation du territoire ashaninka dans la vallée de Chanchamayo, a eu des effets dramatiques pour les Ashaninkas qui, restés autonomes face à l’empire Inca, résistèrent à la domination espagnole, surtout par leur soutien à la rébellion de Juan Santos Atahualpa, entre 1742 et 1755. Sur leur nombre vers la fin du XIXe et au début du XXe siècle, nous ne disposons que d’estimations dont les calculs oscillent entre 10.000 et 40.000 habitants[16]. L’ethnologue Stefano Varese considère que ce groupe comptait alors autour de 20.000 Indiens ; cette estimation semble être celle qui s’approche le plus de la réalité[17].

Les Ashaninkas, connus comme Antis, Chunchos, Campas ou Indiens de guerre,  pratiquaient la chasse, la pêche, la cueillette et l’agriculture itinérante et sur brûlis sans contraintes jusqu’en 1847. L’année suivante, à la confluence des fleuves Tarma et Tulumayo, les conquérants bâtirent une forteresse, appelée San Ramón, et expulsèrent les Ashaninkas en les refoulant vers l’est[18]. Au cours des années, ces pratiques de colonisation violente débordèrent les frontières de l’actuel district de San Ramón. Les terres de ces Indiens devinrent la propriété des hacendados de Tarma qui se mirent à cultiver la coca et la canne à sucre à partir de laquelle ils produisaient l’aguardiente (eau de vie). Pour débroussailler ces terres, ils  comptaient sur l’envoi de péons des haciendas depuis Tarma par d’autres membres de leur famille[19].

En effet, dans la région de Tarma-Chanchamayo, la production économique destinée au marché reposait sur le déplacement de péons (des Indiens des haciendas[20]) entre les différents étages écologiques dont  les terres appartenaient à un groupe restreint de familles. Chaque famille de ce groupe, composée de plusieurs branches, avait acquis des haciendas dans chacun des étages. Il existait d’autre part un échange de biens et de main d’œuvre entre les familles des différents étages écologiques[21].

Ainsi, dans les années 1860, la vallée de Chanchamayo devient un centre important de production d’aguardiente et de coca qui satisfait alors une demande en augmentation. L’alcool et les feuilles de coca étaient les produits les plus commercialisés dans toute la Sierra du pays. Ils étaient achetés par les Indiens des communautés et aussi par les hacendados, les autorités civiles et ecclésiastiques, car ils étaient ensuite distribués aux Indiens comme moyen de paiement de tout ou d’une partie de leur travail. Au début des années 1870, les haciendas de San Ramón vendaient près de 1.560.000 litres d’aguardiente à Tarma et dans les centres miniers de la Sierra centrale, surtout à Cerro de Pasco et Huarochirí[22].

La production dans la vallée de Chanchamayo reposait aussi sur le travail de colons, provenant surtout de Tarma (d’après le recensement de 1876 ils étaient 2.645), qui labouraient comme salariés dans les haciendas ou comme  petits producteurs, et de péons temporaires, recrutés parmi les paysans les plus pauvres des communautés indigènes de Tarma[23].

L’activité commerciale de Tarma-Chanchamayo s‘insérait au marché national et international à travers les hacendados qui commercialisaient non seulement l’alcool et les feuilles de coca, mais également les produits résultant de l’extraction minière qui s’exportaient depuis le port de Callao (Lima). Ils participaient aussi à ces marchés en organisant le transport de la production, surtout à dos de mules, nourries par la luzerne cultivée par presque tous les hacendados de Tarma, et élevées par certains d’entre eux.

De plus, Tarma était intégrée à ces marchés par la consommation de biens importés. Les magasins de la ville de Tarma, la seule de la région qui comptait alors presque 5.000 habitants,  vendaient des alcools, du vin, des vêtements, de la porcelaine, et même des tables de billard et des pianos. Les hacendados achetaient ces biens en affichant un style de vie européen, suivis par des membres d’une classe moyenne qui se développait lentement[24].

Vers les années 1870, des ressortissants européens, surtout des Italiens, et des Chinois s’établirent à Tarma et à Chanchamayo[25] et se consacrèrent également à la production de canne à sucre, de café et de fruits[26]. Les immigrants italiens, s’associèrent avec les paysans des communautés indigènes de Tarma pour obtenir le déplacement temporaire de péons vers Chanchamayo, afin de cultiver la canne à sucre et transporter l’aguardiente vers les centres de consommation, et pour l’envoi à Chanchamayo des biens de consommation[27].

Ainsi, cette vallée se consacra à la production du café et peu à peu se transforma en véritable grenier à café de Lima, grâce surtout à la production réalisée par les haciendas les plus modernes de toute la région, souvent celles des immigrants européens. Ces haciendas sont donc à l’origine de l’élan économique de cette vallée ; parmi celles-ci la Colonia del Perené était la plus importante : anglaise, elle travaillait avec des péons et aussi avec des Ashaninkas[28].

A la fin du XIXe siècle, les haciendas contrôlent encore la plupart des terres agricoles et des pâturages et abritent 15% de la population paysanne. Le pourcentage restant de paysans se concentre au sein des communautés indigènes[29] possédant des terres insuffisantes pour assurer la subsistance des familles. Les hacendados contrôlent la vie économique et sociale de la région. Or, cet ordre social commence à être affaibli lors de la construction des voies de communication. En effet, en 1914 se termine la route qui unit Tarma à Tilarnioc, arrêt du chemin de fer reliant les mines de Pasco à Lima. Le chemin de Tarma vers Chanchamayo est terminé en 1918 et, en 1920, cette vallée est reliée à Lima quand l’axe routier La Oroya-Tarma est achevé. Ces routes permettent le développement du commerce de produits agricoles et de bois avec Lima[30]. Cette modernisation fait décliner le pouvoir des hacendados de Tarma : ils perdent une partie importante de leurs revenus provenant de la culture de la luzerne et de l’élevage des mules qui assuraient jusqu’alors le transport des marchandises. Ils perdent aussi le monopole du transport des produits et de leur commercialisation. En même temps, d’autres acteurs prennent leur place[31].

En effet, le développement du réseau routier fait de la ville de Tarma un pôle commercial important. Peuplée de 7.340 habitants en 1940, Tarma tisse des rapports avec son hinterland[32] grâce aux foires hebdomadaires qui attirent les petits producteurs agricoles et les artisans de toute la province. Les commerçants assurent désormais la commercialisation des surplus agricoles des paysans des communautés, en les acheminant vers Lima. De plus, un nombre non négligeable de paysans partent temporairement, pendant l’arrêt des activités agricoles, vers les mines de Morococha et Pasco ou vers Chanchamayo. Ils cherchent un revenu d’appoint et, à leur retour, ils investissent dans l’agriculture, dans l’élevage ou l’artisanat[33].

2 La portée de la circulation de biens agricoles de Tarma vers Lima

Comme Lima double sa population chaque vingt ans[34], son approvisionnement alimentaire ne peut plus être assuré seulement par son hinterland rural ; il est alors pris en charge par les agriculteurs des Andes Centrales, surtout par les moyens et les petits producteurs agricoles qui augmentent leur production pour vendre aux intermédiaires[35]. L’imbrication de l’économie de la vallée Tarma-Chanchamayo à Lima se réalise désormais grâce à une nouvelle classe commerçante, souvent d’origine paysanne, enrichie notamment par ses investissements dans le transport. Cette nouvelle classe se renforce vers la fin des années 1960, quand la réforme agraire met fin aux haciendas qui se transforment en Sociétés agraires ; les paysans qui y habitaient et y travaillaient en deviennent membres et prennent en charge la production agricole.

Pour étudier l’étendue des rapports marchands avec Lima et leur influence sur la vie socio-économique de la région de Tarma, nous reprenons quelques données provenant d’une enquête réalisée entre 1986 et 1987 auprès des paysans de la communauté paysanne de Palca[36], située sur les rives du fleuve Tarma, à moins de 25 km de Chanchamayo, et à 20 km de la ville de Tarma. L’enquête visait l’étude des coûts de production de la pomme de terre et les revenus qu’elle générait.

Géographiquement, les terres agricoles de Palca s’étendent sur trois étages écologiques : la première est la zone basse (entre 1.500 et 2.700 mètres au-dessus du niveau de la mer) qui correspond aux terrains plats et aux vallées inter-andines, avec des ravins et de légères pentes dans la zone semi-tropicale, propices à une production très variée et, dans la partie limitrophe à San Ramón, de type surtout tropical ; la deuxième concerne la zone intermédiaire (entre 2.700 et 2.900 mètres) qui réunit les vallées formées par les cordillères (le long de la route vers Chanchamayo) et dont les terres produisent des pommes de terre, du maïs, des fèves, du quinoa, etc., et la troisième est la zone haute (entre 2.900 et 3.900 mètres), formée par d’étroites surfaces de terre agricole avec un climat humide et doux idéal pour la culture des tubercules.

Un peu plus de la moitié de la production de ces différents étages est destinée au marché, environ 30% à la consommation de la famille paysanne et aux échanges entre familles, et le pourcentage restant est gardé comme semence pour le cycle agricole suivant[37]. La production pour le marché est vendue aux commerçants qui l’acheminent vers Lima et la revendent au marché Mermayor n°1, où se concentre la majorité de la production agricole marchande de Palca[38].

Un nombre important de paysans se spécialise dans la culture de quelques produits, voire d’un seul, dépendant ainsi de plus en plus de l’échange marchand. En effet, les paysans exploitant la zone haute, cultivent la pomme de terre sur 90% des terres et leur revenu familial est désormais lié aux aléas climatiques pendant la production et à la variation des prix.

Le revenu familial à Palca, résultant surtout de la vente de la production agricole, dépend des variations du prix sur le marché régional et national. Vu que presque les deux tiers (65%) du revenu monétaire moyen d’une famille proviennent de la vente de sa production agricole[39], ce revenu varie donc selon l’évolution du prix des produits agricoles, des facteurs de production (fertilisants, outils de travail, du capital), du coût des articles d’épicerie importés et de l’attitude des commerçants. Ceux-ci, souvent des paysans riches et plus instruits, utilisent à leur profit la méconnaissance paysanne du marché liménien et de la rationalité économique dans les calculs du coût de production agricole.

Par ailleurs, les revenus obtenus se détériorent dans les échanges avec les produits liméniens. Ces produits sont surtout des biens industriels dont les prix augmentent plus rapidement que ceux des produits agricoles. Par exemple, entre 1973 et 1974, le prix des pommes de terre a augmenté d’environ 40% alors que celui des engrais (guano, nitrate d’ammoniaque, etc.) a augmenté de 87%. Les producteurs de pommes de terre en achetant ces produits ont transféré, vers l’industrie, un surplus résultant de l’évolution inégale des prix[40]. Cette détérioration des termes de l’échange se renforce pendant les périodes d’inflation, comme celle des années 1980 qui a fait augmenter les prix d’environ 45% par mois[41] et a fait décliner le revenu en degré significatif, surtout celui des paysans. Ce phénomène a poussé ces derniers, surtout les petits producteurs, à se déplacer généralement vers la vallée de Chanchamayo et vers Lima pour  vendre leur force de travail et obtenir ainsi un revenu d’appoint[42].

L’échange commercial entre Chanchamayo, Tarma et Lima a apporté un degré de développement important dans l’agriculture de la communauté de Palca. La contribution de l’échange commercial à ce développement date du début du XXe siècle[43], mais l’apport le plus important a eu lieu dans la deuxième moitié du XXe siècle. Un des éléments les plus remarquables du développement de l’agriculture concerne l’introduction de variétés de pommes de terre améliorées, de bonne qualité et d’une production et productivité élevées. Parmi ces nouvelles variétés, la pomme de terre Yungay, introduite entre 1960 et 1980, est celle qui a modifié le plus l’économie et la vie des petits producteurs, car elle est la plus résistante au stockage et la plus demandée sur le marché de Lima[44].

À Palca, l’essor des échanges commerciaux avec Lima a été suivi par un processus de différenciation sociale. En effet, le développement des rapports marchands dans une aire géographique à trois étages a fait émerger des rentes différentielles chez les paysans et a renforcé l’inégalité dérivée de la possession de la terre. Les paysans qui cultivent les terres les plus fertiles sont ceux qui ont une production agricole variée (maïs, légumes, fleurs, fruits, etc.) et obtiennent un gain additionnel par rapport au coût de production des autres paysans qui cultivent des terres situées plus en altitude, sans accès aux canaux d’irrigation et les plus exposées aux aléas climatiques[45]. De même, les paysans dont les terres se trouvent près des centres de stockage et des axes routiers sont ceux qui ont le moins de frais de transport vers ces centres, le moins de pertes dans les transports et sont souvent aussi ceux qui bénéficient de meilleures conditions de stockage de leurs récoltes. Ils réussissent ainsi à créer une nouvelle rente par rapport à d’autres paysans qui ne profitent pas de ces atouts. En effet,  ces derniers, entre 1982 et 1983, ont perdu près de 17% du total des pommes de terre stockées[46].

L’étroite relation avec le marché national conduit au renforcement des écarts sociaux. En effet, l’enquête réalisée à Palca révèle la présence de trois groupes sociaux très distincts[47] : premièrement, les riches qui, représentant environ 14% de la population, possèdent près de 42% des terres de culture de toute la communauté, situées surtout dans la zones basse ou intermédiaire, avec une moyenne de 9,5 hectares par famille ; en plus d’écouler leur production agricole sur les marchés, ils achètent les excédents des petits et moyens producteurs. Ils se consacrent aussi au commerce de matières premières pour la production agricole. Deuxièmement, on distingue une couche moyenne qui, rassemblant près de 29% de la population, détient environ 37% des terres agricoles, situées surtout dans la zone intermédiaire, avec une moyenne de 4 hectares par famille. Un nombre important de ces paysans cherche un revenu d’appoint dans l’activité artisanale ou dans le travail temporaire, notamment en allant à Chanchamayo. Troisièmement, on recense un groupe pauvre qui représente presque 57% de la population et ne dispose que de 21% des terres cultivables, situées surtout dans la zone haute, avec une moyenne de 1,3 hectare par famille. Ces paysans cultivent principalement la pomme de terre et travaillent comme salariés temporaires aussi bien sur les terres du groupe riche que sur celles de Chanchamayo.

Pour les paysans de ce dernier groupe,  la vente de leur force de travail doit constituer la partie la plus importante de leur revenu monétaire, au-dessus de la moyenne des familles de Palca (30%) alors que pour ceux du deuxième groupe, elle peut être inférieure à cette moyenne. Par ailleurs, le travail salarié est souvent associé à l’émigration temporaire, dirigée surtout vers la vallée de Chanchamayo.

Cette migration temporaire n’est pas inclue dans le 30% de la population ayant quitté Palca. Cette population est en majorité composée par des paysans qui, étant déjà pauvres, ont connu un déclin de leurs revenus et sont allées chercher du travail, notamment à Chanchamayo. Ils n’ont pas coupé leurs liens avec la terre natale et leurs petits lopins de terre restent cultivés par quelques membres de la famille ou des amis. Ainsi, ils peuvent obtenir un revenu d’appoint, en nature ou monétaire, et rétribuer ceux qui cultivent leurs terres[48].

La participation de Palca au marché national est accompagnée d’une légère chute de sa population. En effet, en 1981, cette communauté comptait 6.481 habitants, en 2007 elle en compte 6.415. Ce déclin ne doit pas être attribué à une fécondité basse (l’indice synthétique de fécondité de Palca est parmi les plus élevés de la province[49]) mais à l’émigration.

En 2007, l’information officielle sur la population économiquement active dans l’agriculture pour l’ensemble de la province de Tarma[50], révèle l’évolution des relations sociales de production dans ce secteur. L’INEI indique que les producteurs indépendants constituent plus de la moitié des actifs agricoles, 57%. Ceux-ci forment la classe moyenne, hétérogène (composée par les petits et moyens producteurs) et liée au marché. L’INEI signale aussi que les patrons des grands domaines représentent 3% de ces actifs. Ils forment surtout la classe paysanne riche, associée au commerce. D’après l’INEI, 20% des actifs agricoles sont devenus des salariés à temps plein, et 20%  travaillent dans les champs de leurs familles, comme aides. Il semble que ces derniers soient surtout attachés aux producteurs indépendants.

3 Les effets des rapports marchands sur l’espace social de la vallée Tarma-Chanchamayo

L’immense majorité de la population de Chanchamayo est d’origine migrante, provenant surtout de Tarma. Parmi cette population, les colons disposant de moyens financiers deviennent des producteurs indépendants, et les autres des péons libres. Ces colons occupent les terres des Ashaninkas pour cultiver la canne à sucre, le café, le riz, les fruits tropicaux et pratiquent aussi l’élevage. Ils détruisent ainsi la forêt et ruinent aussi la culture variée ashaninka (manioc, bananes, tabac, cacahuètes, haricots, coton, plantes d’usage médicinal et rituel, etc.) quand leur bétail envahit les terres de ces Indiens. Avec l’agriculture commerciale, ces colons transforment l’environnement sylvicole en une espèce de nouvelle plantation agricole ou entreprise d’élevage qui pourrait conduire à un processus de désertification[51].

A partir des années 1970, Chanchamayo se modernise et devient le principal producteur de café du pays et un des producteurs importants de fruits tropicaux. La réforme agraire a fissuré le pouvoir des hacendados et l’arrivée de nouveaux colons a favorisé l’essor de producteurs indépendants (petits et moyens). Ceux-ci, constituant 49,5% de la population active agricole, deviennent la classe moyenne très dynamique et liée au marché national et international.  Les statistiques officielles montrent aussi la présence d’un groupe restreint de patrons de grands domaines, composé par 6,5% des actifs agricoles et associé à la production industrielle. A la base de l’échelle sociale se trouve un groupe non négligeable d’ouvriers formant 28% de ces actifs. Par ailleurs, la statistique officielle recense un groupe indéterminé, représentant 15,3% des actifs agricoles, aidant leur famille[52].

Dans ce contexte, les Ashaninkas, par la vente de leur production agricole et/ou de leur force de travail, s’intègrent de manière non négligeable au marché[53]. En effet, soit ils deviennent péons dans les domaines des colons, soit ils cultivent sur leurs terres le café pour l’écouler sur le marché[54]. Le recensement de 2007, pour sa part, révèle que la majorité des actifs ashaninkas se consacre à l’agriculture, dont 52% produit des fruits, des noix, des épices et des plantes pour la préparation de boissons, et 32% produit des céréales et d’autres produits agricoles[55]. Leur revenu monétaire dépend donc surtout de la vente de leurs produits agricoles et l’activité de péon est souvent réalisée pour obtenir un salaire d’appoint[56].

La relation patron-client de l’hacienda traditionnelle est reproduite par les colons dans leurs rapports avec les Ashaninkas[57]. En effet, les relations sociales entre ces indigènes et les colons sont marquées par des comportements racistes à l’égard des premiers, considérés comme inférieurs. Ces comportements sont repris par la guérilla de Sentier Lumineux quand elle pénètre sur le territoire ashaninka, fuyant Ayacucho, en 1982. Associés aux trafiquants de cocaïne, les senderistes enrôlent les adolescents et les jeunes dans leurs rangs, déplacent de force ces indigènes et tuent ceux qui leur résistent[58]. La Comisión de la Verdad y Reconciliación écrit que la guérilla était marquée par les préjugés des colons et par leur traitement discriminatoire à l’égard de ces Indiens[59]. Mais, ce conflit a donné aux Ashaninkas la possibilité d’exprimer leur ressentiment à l’égard des colons. A ce propos, M. Villasante Cervello écrit : « Durante varios meses las luchas opusieron a colonos andinos […] y nativos Ashaninka que encontraban una excelente ocasión de vengar decenas de años de marginación y racismo de los choris (andinos) »[60]. Ils  croient, selon leur idéologie millénariste[61], que les victoires des étrangers sont éphémères.

Dans ce processus d’adaptation, les Ashaninkas, en adoptant quelques éléments culturels des colons, comme l’apprentissage de la langue espagnole et l’écriture, subissent une perte de leur identité individuelle et sociale qui s’exprime par une triple rupture des principes qui guident leur vie. Les ruptures de la solidarité cosmique et écologique, de la solidarité à l’intérieur du groupe et de la solidarité de ce dernier avec la communauté[62] permettent leur intégration au marché. Leurs nouveaux besoins (vêtements, cahiers, stylos, médicaments pour les nouvelles maladies, etc.) ne sont satisfaits que grâce à leur participation au marché. De plus, la sédentarité s’installe lentement parmi eux, car ils quittent souvent leurs hameaux pour travailler comme péons, pour vendre leurs produits artisanaux et faire des achats, pour aller à l’école et se rendre dans les postes de santé. Ainsi, se développe leur dépendance à l’égard des groupes de pouvoir régionaux qui contrôlent les prix des biens de consommation, des produits agricoles et de leur transport et qui maîtrisent les réseaux commerciaux de Lima[63].

 L’ampleur de leur participation est liée à leur niveau de scolarité, lequel est non négligeable en 2007. En effet, si 17,3% de la population âgée de plus de 15 ans est analphabète, l’analphabétisme est de 4,6% pour le groupe des 15-19 ans. Par ailleurs, environ 41% des Ashaninkas a suivit au moins quelques années d’études secondaires[64]. De même, le pourcentage élevé de la population ashaninka (91,5%) possédant une carte d’identité nationale montre son insertion dans la société nationale[65]. Néanmoins, elle reste une population minoritaire du point de vue social et aussi démographique.

En effet, en 2007, les Ashaninkas, avec une population de 18.089 habitants[66] constituent à peine 10,7% de la population de Chanchamayo qui compte alors 175.207 habitants. Avec l’arrivée des colons, ils sont devenus très minoritaires en moins de cinquante ans. Par exemple dans le district de Pichanaki, dans les années 1970, ils étaient majoritaires, même dans le chef lieu, Bajo Pichanaki, qui était encore un hameau. En 1981, ce hameau comptait déjà presque 5.000 habitants, et tout le district était peuplé de 13.200 personnes, Ashaninkas pour presque la moitié d’entre elles. Mais, grâce à l’arrivée de nouveaux colons, en 2007, le hameau compte 23.000 habitants et tout le district 50.530[67]. Avec une croissance annuelle de 4,9% pour la ville et 4,5% pour le district, les Ashaninkas deviennent minoritaires formant 19,5% de la population du district. Ce statut minoritaire est encore plus aigu dans les villes de San Ramón et La Merced, où ils n’atteignent que 1% de la population totale[68].

Le développement des rapports marchands a fait de ces villes une deuxième agglomération urbaine dans la région de Tarma-Chanchamayo. Les villes de San Ramón et La Merced, créées lors de la colonisation de la vallée dans la deuxième moitié du XIXe siècle et distantes de moins de 10 km,  étaient encore des villages dans les années 1960, mais, en 1981, San Ramón était déjà peuplée d’environ 7.000 habitants, et La Merced de 10.000. En 2007, la première compte 17.000 habitants et la deuxième presque 20.000, avec une croissance respective depuis 1981 de 3,2% et 2,6% par an. Cette agglomération, avec ses 37.000 habitants et avec un immédiat hinterland qui réunit environ 15.000 personnes[69], joue aujourd’hui le rôle de charnière entre l’arrière-pays de la province et Lima. Elle concentre une grande partie de l’activité commerciale de la vallée ainsi que les dizaines d’institutions bancaires, éducatives, de santé, de transports, etc. Dans ces villes, en 2007, les activités tertiaires occupent 60% de la population active et le secteur secondaire environ 10%.  Néanmoins, 67% de la population active de l’ensemble de la vallée se consacre aux activités primaires destinées aux marchés national et international[70].

Cet ensemble urbain est lié, à partir de San Ramón, à diverses bourgades qui s’étalent le long du fleuve Tarma et de la route vers cette ville. Elles servent souvent de lieu de résidence, surtout pour les paysans de la Sierra travaillant comme salariés temporaires à Chanchamayo. Elles s’étendent jusqu’à Palca, petite ville de la province de Tarma, peuplée de 1.900 habitants et localisée à environ 10 km d’Acobamba, banlieue de Tarma avec 6.500 habitants. Ces petites villes et Tarma, créées à la fin du XVIe siècle lors de l’établissement des reducciones[71], constituent une autre agglomération urbaine de la région, la plus importante avec ses 47.400 habitants en 2007 et son immédiat hinterland qui compte presque 23.000 habitants. Mais, avec une faible croissance démographique (0,48% par an depuis 1981), ce pôle pourrait perdre sa première place en 2022[72], au profit de San Ramón-La Merced.

Ces deux pôles urbains, distants l’un de l’autre d’environ 50 km et dont chacun joue le rôle de « ville intermédiaire » entre son arrière-pays respectif et Lima, sont rapprochés par une espèce de couloir, formé par les dites bourgades qui, pourvues de services commerciaux et liées par des bus et taxis unissant ces pôles, facilitent la circulation de biens vers Lima en servant de relais pour les centaines de camions et d’autobus qui relient tous les jours cette région à Lima, ainsi que pour ceux qui partent d’Oxapampa et Satipo vers Lima.

Les provinces de Chanchamayo et Tarma sont différentes du point de vue économique et social, mais elles se complètent. La première possède l’activité économique la plus dynamique de la région et la plus liée à l’économie de Lima sur laquelle elle agit de façon plus déterminante que la deuxième[73]. Ainsi, la force économique se trouve à Chanchamayo et le pouvoir politico-administratif à Tarma, par laquelle la production de la première doit passer pour se diriger à Lima. Les éventuels litiges sont surmontés sans difficultés[74] parce qu’elles sont interdépendantes. En effet, Chanchamayo a toujours besoin de main d’œuvre et c’est Tarma qui lui en fournit, et sa demande en biens de consommation, comme des pommes de terre, du maïs, du quinoa, etc., est satisfaite par les producteurs de Tarma. En revanche, Chanchamayo livre tout le café et les fruits tropicaux consommés à Tarma et lui fournit tout le bois nécessaire pour l’industrie de châssis pour camions, très dynamique depuis 1960.

À Tarma, l’intégration au marché de Lima développe la tertiarisation de son économie et favorise l’émigration. En effet, en 1940, 80% de la population économiquement active de la province se consacrait à l’agriculture et les activités tertiaires employaient à peine 8% des actifs et environ 9% travaillaient dans l’industrie. En 1961, l’agriculture emploie 63% des actifs, le secteur tertiaire en occupe 21% et l’industrie 15%. En 2007, l’agriculture perd son rôle dominant employant 43% des actifs, le dynamisme de l’industrie décline employant à peine 9% des actifs, au profit du secteur tertiaire qui occupe 44% de la population active[75].

D’autre part, la province de Tarma a vu l’affaiblissement de son rôle de rétention et d’absorption des futurs migrants vers Lima. Ainsi, le recensement de 1961 montre que 21.823 personnes nées dans la province avaient quitté celle-ci, en revanche, la province avait accueilli 26.941 migrants ; autrement dit, elle avait une migration nette positive. Mais, entre 1961 et 1972, elle affiche un solde migratoire négatif de 1.410 personnes, avec un taux de migration net annuel de -1.6 pour mille personnes ; entre 1988 et 1993, ce solde négatif s’est multiplié par environ six (8.683) et le taux négatif de migration net monte à -5,31. Tarma est donc devenue une zone d’expulsion de migrants dans laquelle la croissance de la population décline sans cesse (entre 1961 et 1972 elle croît de 1,8% par an, entre 1972 et 1981 de 1,6%, entre 1981 et 1993 de 0,8% par an et entre 1993 et 2007 de 0,15% par an).

Par ailleurs, la croissance de la ville de Tarma décline à partir de 1981, quand commence le développement urbain de Chanchamayo. En effet, sa population grandit de 3,6% par an entre 1940 et 1961 et de 3,9%  par an entre 1961 et 1981, passant de 15.452 à 35.634 habitants. Mais, depuis elle n’a grandi que de 0,3% par an, atteignant à peine 39.000 habitants en 2007.

En 2007, la dynamique démographique concerne la province de Chanchamayo dont la population est plus jeune : 38% a moins de 15 ans et 5,3% a 60 ans ou plus alors qu’à Tarma ces pourcentages sont de 32,5% et 10% respectivement ; et la natalité y est aussi plus élevée (19,8 pour 1000 habitants) qu’à Tarma (15,2)[76]. De plus, entre 1981 et 2007, Tarma a crû de 7.600 habitants, alors que Chanchamayo a grandi de 77.000 habitants, avec une croissance annuelle respective de 0,27% et de 2,34%. Chanchamayo est désormais plus peuplée que Tarma qui compte environ 58.000 habitants de moins[77]. Ces différences s’expliquent par l’émigration d’une partie de la population de Tarma vers Chanchamayo[78] et plus particulièrement celle des districts situés près de cette vallée (Palca, Tapo et La Unión).

Conclusions

La région Tarma-Chanchamayo est reliée à Lima par la circulation de biens et leurs villes jouent le rôle d’intermédiaires entre leurs hinterlands respectifs et la capitale du pays. La demande de biens de consommation et de matières premières de celle-ci conditionne l’offre de biens de ceux-là. Ainsi, la croissance de Lima, où le nom de Chanchamayo est lié au café de haute qualité, et celui de Huasahuasi-Tarma à la pomme de terre de qualité supérieure, stimule l’élargissement de la production et de la productivité de cette région. La fluidité de la circulation de ces biens est déterminée par la carretera central qui relie ces régions.

Cette articulation débute au milieu du XIXe siècle grâce aux hacendados qui, en déplaçant leur main d’œuvre paysanne et en expulsant les Ashaninkas, assurent le transport des minéraux vers le port de Lima ainsi que la production et la vente de la coca et d’aguardiante. Au milieu du XXe siècle, elle résulte de la vente sur le marché de Lima des produits agricoles des producteurs indépendants qui conduit à leur dépendance au marché, au renforcement de l’inégalité sociale et au déplacement des paysans pauvres de la Sierra de Tarma vers la vallée de Chanchamayo. Celle-ci, avec la production de café, de fruits tropicaux et de bois, devient l’axe économique le plus dynamique de la région qui, en attirant des colons provenant de la Sierra, fait croître la population et pousse les Ashaninkas à s’adapter aux lois du marché.

Tarma et San Ramón-La Merced, sont désormais deux villes complémentaires et se définissent surtout par la place qu’elles occupent et par le rôle qu’elles jouent dans le réseau urbain péruvien et dans le système économique.

Bibliographie :

Aliaga,F., Pérou. La vie quotidienne des Indiens de la Vallée du Mantaro, Paris, L’Harmattan, 1985.

Benites, A., Les rapports économiques entre les secteurs agricole et industriel dans le développement capitaliste au Pérou (1968-1980). In : Problèmes d’Amérique Latine N° 63, 1er trimestre 1982.

Bonilla, Heraclio, El minero de los Andes, Lima, IEP, 1974.

Brown, M.F., & Fernández, E., War of Shadows. The Struggle for Utopia in the Peruvian Amazon, Berkeley,1991.

Cárdenas, Fortunato, La huerta de Tarma, Tarma 1946

Comisión de la Verdad y Reconciliación, Lima, 2003, Tomo V.

Dancourt, O. & Young, I., Sobre la hiperinflación peruana. In: Economía, Vol. XII, N° 23, Lima, Universidad Católica, 1989.

Egoavil, M., Agricultura de la papa, mercado y pobreza campesina. Universidad San Marcos, Lima 1988.

Espinoza, Oscar, Los Ashaninkas y la violencia de las correrías durante y después de la época del caucho. Bulletin de L’Institut Français d’Etudes Andines, 45 (1), 2016 (pp. 137-155).

Gonzales de Olarte, Efraín, La economía regional de Lima. Crecimiento, urbanización y clases populares. Instituto de Estudios Peruanos, Lima 1992.

Instituto Nacional de Estadía et Informática (INEI)-Perú, Censo Nacional de Población y Vivienda 2007, (www.inei.gob.pe/estadisticas/indice-tematico(poblacion-y-vivienda).

INEI-Perú, Perú: Producto Bruto Interno por años según departamentos, Precios constantes 2007. Inei.gob.pe/media/Memu Recursivo/Publicaciones_digitales/Est/Lib1352/index.htlm

INEI-Perú, Producto Bruto Interno por años según departamentos, 2007-2014, año base 2007.

INEI-Perú, Censo Nacional de Población y Vivienda 2007, Actividad,  Cuadro N° 21. censos.inei.gob.pe.cpv2007/tabulaos/#.

INEI-Perú, Censos Nacionales 2007, XI de población y VI de vivienda. Fecundidad. www.censos.inei.gob.pe/epv 2007/tabulados

INEI-Perú, Análisis etnosociodemográfico de las comunidades nativas de la Amazonía, 1993-2007,  2010, N° 4.

INEI-Perú, Características sociodemográficas de los grupos étnicos de la Amazonía Peruana y del espacio geográfico en el que residen, Lima, 2011.

Lausen Herrera, Isabelle, Los Inmigrantes chinos en la Amazonía peruana. Bulletin de l’Institut Français d’Etudes Andines, XV, N° 3-4, 1986 (pp. 49-60), p. 53.

La Voz de Tarma, Julio, 1938.

Martínez, Héctor, Expansión demográfica, migración y desarrollo en el Perú. In: Problemas Poblacionales Peruanos II, AMIDEP, Lima, 1986 (pp. 117-148).

Matos Mar, José, Desborde popular y crisis del Estado : el nuevo rostro del Perú en la década de 1980. IEP, 1986.

Municipalidad provincial de Chanchamayo, Plan de Desarrollo Concertado de la Provincia de Chanchamayo, 2013-2021, La Merced 2013.

Municipalidad provincial Chanchamayo, Reseña históricahttp://www.munichanchamayo.gob.pe/historia.php

Rojas Zolezzi, Enrique C., Los ciclos de Pachakama, Inka y Sacramento en la mitología campa ashaninka como interpretaciones de los procesos de reemplazo tecnológico y subordinación económica surgidos de la colonización. Anthropológica N° 11, Enero 1994 (pp. 111-154)

Romaní Miranda, Maggie Mabel, Toponimia en el Gran Pajonal con especial atención a los topónimos de afiliación ashaninka. Facultad de Letras y Ciencias Humanas, Universidad Nacional Mayor de San Marcos, Lima 2004.

Varese, Stefano, La Sal de los Cerros, Retablo de Papel ediciones, Lima 1973.

Varese, Stefano, Las minorías étnicas  y  Las minorías étnicas  y  la comunidad nacional. Ed. del Centro, Lima, 1974.

Vázquez, Mario,  La hacienda, peonaje y servidumbre en los Andes peruanos. Ed. Estudios Andinos, Lima, 1961.

Villaizán, M., Tarma, Suplemento de Lima, 3/10/1942.

Villasante Cervello, Mariella, La violencia senderista entre los Ashaninka de la Selva Central. Datos intermediarios de una investigación de antropología política sobre la guerra interna en el Perú (1980-2000). IDEHPUCP, Lima, 2014.

Wilson, Fiona, Propiedad e ideología : Estudio de una oligarquía en los Andes centrales (S. XIX). Análisis N° 8-9.

Zavaleta, C. E., Juana la campa te vengará. In : El fuego y la rutina. Antología, Biblioteca Peruana, Lima 1976, pp. 21-36.

[1]  Censos Nacionales de Población, cité par Héctor Martínez, Expansión demográfica, migración y desarrollo en el Perú. In: Problemas Poblacionales Peruanos II, AMIDEP, Lima, 1986 (pp. 117-148), p. 121.

[2] Calculs élaborés à partir du recensement national de 1961 et 2007.  Pour 1961 voir : Héctor Martínez, Expansión demográfica…, op. cit, p. 120. Pour 2007 voir: INEI-Perú, Censo Nacional de Población y Vivienda 2007, Población total según departamento, provincia y distrito, cuadro N° 3. (www.inei.gob.pe/estadisticas/indice-tematico(poblacion-y-vivienda)

[3] Censos Nacionales de Población, cité par Héctor Martínez, Expansión demográfica, migración y …, op.cit. p. 120.

[4] La Prensa du 30 avril 1961. « La Población de Lima tiene 64% de Gente provinciana », avec comme sous-titres : «Vienen por la pobreza y los desastres » et : « Una Migración Incontenible » (en première page et en gras).

[5] Les journaux La Crónica, La Tribuna, du 26 et 27 avril respectivement, informent également au public sur la migration et sur le colloque.

[6] Matos Mar, José, Desborde popular y crisis del Estado: el nuevo rostro del Perú en la década de 1980. IEP, 1986.

[7]En 1972, le PIB par tête est de 1.402$ à Lima et de 638$ dans les autres régions, en 1985, il est de 1.127$   et  de 664$ respectivement. Voir : Efraín Gonzales de Olarte, La economía regional de Lima. Crecimiento, urbanización y clases populares. Instituto de Estudios Peruanos, Lima 1992, p. 25.

[8] INEI-Perú, Producto Bruto Interno por años según departamentos, 2007-2014, año base 2007, Gráfico N° 33, p. 91.

[9] INEI-Perú, Perú: Producto Bruto Interno por años según departamentos, Precios constantes 2007, Cuadro N° 1. Inei.gob.pe/media/Memu Recursivo/Publicaciones_digitales/Est/Lib1352/index.htlm

[10]  Gonzales de Olarte, Efraín, La economía regional de Lima, op. cit. p. 55.

[11]  La population du Pérou en 1981 était de 17.031.000 habitants. Héctor Martínez, Expansión demográfica…, op. cit. p. 120.

[12] Gonzales de Olarte, Efraín, La economía regional de Lima.., op. cit., p. 55.

[13] Enquête réalisée dans le cadre du département de sciences humaines de l’Université Cayetano Heredia de Lima, Pérou.

[14] Pendant la période coloniale, Tarma, comme chef lieu d’Intendencia (province), était contrôlée par les hacendados. Ceux-ci entreprirent la construction d’un sentier de pénétration de la forêt à partir de ce qui n’était alors qu’un hameau, Palca. Voir : Municipalidad provincial Chanchamayo, Reseña histórica.  http://www.munichanchamayo.gob.pe/historia.php

[15] Wilson, Fiona, Propiedad e ideología : Estudio de una oligarquía en los Andes centrales (S. XIX). Análisis N° 8-9. p, 38. Depuis cette époque, Tarma et cette partie de la Selva Alta ont constitué une seule unité administrative jusqu’en 1977.

[16] Von Hassel, Eberhardt et Nordenskjol considèrent qu’ils étaient alors entre 10.000 et 15.000. Mais, Grubb et Fast affirment qu’ils étaient entre 30.000 et 40.000 sur tout le territoire du département de Junín et le Gran Pajonal. Cité par  Stefano Varese, La Sal de los Cerros, Retablo de Papel ediciones, Lima 1973, p. 43.

[17] En 1876, la Selva Alta compte 108.000 habitants. Il est plus probable que les Ashaninkas  représentaient alors 18,5% de la Selva Alta et non  9% ou  37% de certaines estimations. Stefano Varese, La Sal de los Cerros, op. cit., p. 44.

[18] Espinoza, Oscar, Los Ashaninkas y la violencia de las correrías durante y después de la época del caucho. Bulletin de L’Institut Français d’Etudes Andines, 45 (1), 2016 (pp. 137-155). http://journals.openedition.org/bifea/7891

[19] Fiona Wilson a trouvé dans les archives de la municipalité de Tarma des documents qui font allusion au travail forcé indigène des haciendas de Tarma pour labourer les terres à Chanchamayo. Voir : Fiona Wilson,  op. cit. p. 47.

[20] Ces Indiens habitaient sur le territoire des haciendas et étaient souvent les descendants des paysans qui avaient reçu un lopin de terre de la part de l’hacendado pour produire les biens nécessaires à leur subsistance ; en échange, ils lui payaient un loyer en nature ou en travail. Voir : Mario Vázquez, La hacienda, peonaje y servidumbre en los Andes peruanos. Ed. Estudios Andinos, Lima, 1961.

[21] Wilson, Fiona, op. cit. pp.39-40

[22] Wilson, Fiona, op. cit , p. 48.

[23] Egoavil, M., Agricultura de la papa, mercado y pobreza campesina. Universidad San Marcos, Lima 1988, pp. 45-46.

[24] Wilson, Fiona, op. cit., pp. 48-49.

[25] Lausen Herrera, Isabelle, Los Inmigrantes chinos en la Amazonía peruana. Bulletin de l’Institut Français d’Etudes Andines, XV, N° 3-4, 1986 (pp. 49-60), p. 53.

[26]  Municipalidad Provincial de Chanchamayo, Plan de Desarrollo concertado de la provincia de Chanchamayo, 2013-2021, La Merced, 2013, p. 27.

[27] Wilson, Fiona, op. cit., p. 49.

[28] Cette entreprise était la propriété de la Peruvian Company, compagnie anglaise qui avait reçu 500.000 hectares dans la vallée, comme paiement d’une partie de la dette externe que  l’état du Pérou avait contracté avec des créanciers étrangers, surtout anglais. L’accord entre le Pérou et la Péruvian Company était signé en 1891.  Voir : Municipalidad Provincial de Chanchamayo, Plan de Desarrollo concertado de la provincia de Chanchamayo. Op. cit., p. 28.

[29] Wilson, Fiona, op. cit., p. 39.

[30] La Voz de Tarma, Julio, 1938, p. 91.

[31] Villaizán, M., Tarma, Suplemento de Lima, 3/10/1942, p. 9. Fortunato Cárdenas, La huerta de Tarma, Tarma 1946, p. 8.

[32] L’arrière pays est complètement rural, dépendant de l’agriculture et l’élevage.

[33] Bonilla, Heraclio, El minero de los Andes, Lima, IEP, 1974, pp. 64 et 67.

[34] En 1876, Lima a 135.000 habitants, en 1940 elle a 645.000, ayant grandi de presque 8.000 personnes par an ; en 1961 elle compte 1.846.000 habitants, ayant augmenté d’environ 57.000 personnes par an, et en 1981 elle a 4.601.000 habitants, ayant accru de près de 138.000 par an. Calculs élaborés à partir de : Héctor Martínez, Expansión demográfica, op. cit. p. 120.

[35] Aliaga,F., Pérou. La vie quotidienne des Indiens de la Vallée du Mantaro, Paris, L’Harmattan, 1985, p. 169.

[36] Egoavil, M., Agricultura de la papa, mercado y pobreza campesina. Universidad Mayor de San Marcos, Lima 1988.

[37] Egoavil, M., op. cit., 67.

[38] Egoavil, M., op. cit p. 49.

[39] Egoavil, M., op. cit.,  p. 96.

[40] Cf. Benites, A., Les rapports économiques entre les secteurs agricole et industriel dans le développement capitaliste au Pérou (1968-1980). In : Problèmes d’Amérique Latine N° 63, 1er trimestre 1982, p. 164.

[41] Cf. Dancourt, O. & Young, I., Sobre la hiperinflación peruana. In: Economía, Vol. XII, N° 23, Lima, Universidad Católica, 1989, p. 14.

[42] Egoavil, M., op. cit., p. 66.

[43] Egoavil, M., op. cit. p. 47.

[44] Egoavil, M., op. cit. pp. 49-50

[45] Egoavil, M., op. cit., p. 62.

[46] Ce pourcentage représente 147 tonnes de pommes de terre. M. Egoavil,  op. cit., p. 51.

[47] Egoavil, M., op. cit., p. 26

[48] Lorsque les paysans transportaient à dos de mules leur production agricole vers les marchés de consommation, y compris vers les centres miniers. M. Egoavil,  op. cit.p. 76.

[49]  L’indice synthétique de fécondité pour l’année 2007 est de 3,7enfants par femme en âge de procréation pour la province de Tarma, et de  4,2 pour Palca. Calculs élaborés à partir de INEI-Perú, Censos Nacionales 2007, XI de población y VI de vivienda. Fecundidad, cuadro N° 1. www.censos.inei.gob.pe/epv 2007/tabulados

[50] INEI-Perú, Censo Nacional de Población y Vivienda 2007, Actividad,  Cuadro N° 21. censos.inei.gob.pe.cpv2007/tabulaos/#.

[51]  Municipalidad provincial de Chanchamayo, Plan de Desarrollo Concertado de la Provincia de Chanchamayo, 2013-2021, La Merced 2013, pp.223-224.

[52] INEI-Perú, Censo Nacional de Población y Vivienda 2007, Actividad,  Cuadro N° 21. censos.inei.gob.pe.cpv2007/tabulaos/#.

[53] Rojas Zolezzi, Enrique C., Los ciclos de Pachakama, Inka y Sacramento en la mitología campa ashaninka como interpretaciones de los procesos de reemplazo tecnológico y subordinación económica surgidos de la colonización. Anthropológica N° 11, Enero 1994 (pp. 111-154), p. 136.

[54] Romaní Miranda, Maggie Mabel, Toponimia en el Gran Pajonal con especial atención a los topónimos de afiliación ashaninka. Facultad de Letras y Ciencias Humanas, Universidad Nacional Mayor de San Marcos, Lima 2004, p. 61

[55] INEI-Perú, Análisis etnosociodemográfico de las comunidades nativas de la Amazonía, 1993-2007,  2010, N° 4, p.157.

[56] D’après M. F. Brown et E. Fernández,  dans les haciendas modernes de la Selva Alta,  en 1913, il y avait près de 500 Ashaninkas qui travaillaient comme péons, en 1938 ils étaient près de 2.000. Voir :  War of Shadows. The Struggle for Utopia in the Peruvian Amazon, Berkeley,1991,  pp. 56-57. .

[57] L’écrivain C.E. Zavaleta, dans son conte Juana la campa te vengará, dépeint le comportement raciste de la population de Tarma à l’égard des Ashaninkas. In : El fuego y la rutina. Antología, Biblioteca Peruana, Lima 1976, pp. 21-36.

[58]Durant ce conflit, sur 55.000 Ashaninkas recensés, environ 10.000 sont déplacés de force dans les vallées de Tambo, Peréné et Ene ; 6.000 sont tués et 5.000 sont captifs.  Comisión de la Verdad y Reconciliación, Lima, 2003, Tomo V, p. 241.

[59] Comisión de la Verdad y Reconciliación, Lima, 2003, Tomo V, p. 241.

[60] Villasante Cervello, Mariella, La violencia senderista entre los Ashaninka de la Selva Central. Datos intermediarios de una investigación de antropología política sobre la guerra interna en el Perú (1980-2000). IDEHPUCP, Lima, 2014, p. 12.  file:///C:/Users/E3510/Documents/La%20violencia%20senderista%20entre%20los%20Ashaninka%20de%20la%20selva%20central.%20Datos%20intermediarios%20.pdf

[61] Stefano Varese recueille ainsi cet espoir : «…así sucedió en principio y así sucederá siempre », La Sal de los Cerros, op. cit. p. 299.

[62]  Varese, Stefano, Las minorías étnicas  y  Las minorías étnicas  y  la comunidad nacional. Ed. del Centro, Lima, 1974, p. 76.

[63] Rojas Zolezzi, Enrique C., Los ciclos de Pachakama, op. cit. p. 137.

[64] Pour le département de Junín, ces pourcentages sont respectivement de 7,7%, de 1%  et 81%. INEI-Perú : Análisis  etnosociodemográfico de las …, op. cit., p. 154.

[65] Ce pourcentage est de 96% pour le département de Junín. INEI-Perú, Análisis etnosociodemográfico de las … ,op.cit., p. 155.

[66] D’après le recensement de 2007, les Ashaninkas au Pérou sont au nombre de 88.703 parmi lesquels 64.229, soit 72%, vivent dans le département de Junín (provinces de Chanchamayo et Satipo).INEI-Perú, Características sociodemográficas de los grupos étnicos de la Amazonía Peruana y del espacio geográfico en el que residen, Lima, 2011, p. 47. Selon l’étude sur les communautés natives de l’INEI, les Ashaninkas sont répandus sur une superficie de près de 10.000 km², sur les derniers versants orientaux de la cordillère centrale des Andes (Ceja de Selva), dans les vallées des fleuves Bajo Apurimac, Ene, Tambo, Alto Ucayali, Bajo Urubamba, Perené et Pichis, dans les provinces de Chanchamayo, Satipo, Oxapampa et Gran Pajonal. Cité par M. Romaní Miranda, Toponimia en el Gran Pajonal, op. cit., p. 25.

[67] INEI-Perú, Censo Nacional de Población y Vivienda 2007, Población total según departamento, provincia y distrito, cuadro N° 3. (www.inei.gob.pe/estadisticas/indice-tematico(poblacion-y-vivienda)

[68] Le nombre des Ashaninkas augmente au fur et à mesure que les districts s’éloignent des centres urbains Dans la province de Satipo, ils sont plus nombreux, 46.140 habitants et représentent 23,1% de la population totale. Si dans la ville de Satipo ils atteignent à peine 7% de la population, ils sont environ 36% à Río Negro et 60% à Río Tambo. Calculs élaborés à partir de l’information fournie par l’INEI, Análisis  etnosociodemográfico de las Comunidades…, op. cit., p. 145.

[69] INEI-Perú, Censo Nacional de Población y Vivienda 2007, Población total según departamento, provincia y distrito, cuadro N° 3. (www.inei.gob.pe/estadisticas/indice-tematico(poblacion-y-vivienda).

[70] Municipalidad provincial de Chanchamayo, Plan de Desarrollo Concertado de la Provincia de Chanchamayo, 2013-2021, La Merced 2013, p. 61 et 162.

[71] Groupement d’Indiens dans des villages pour faciliter leur évangélisation et déplacement pour le travail dans les mines.

[72] Extrapolation réalisée à partir de la moyenne des taux de croissance de la population de San Ramón et La Merced entre 1981 et 2007.

[73] Gonzales de Olarte, Efraín, La economía regional de Lima.., op. cit., p. 59.

[74] Les litiges politico-administratifs entre les deux villes terminent lorsque le gouvernement, face à la pression des groupes de pouvoir économique de Chanchamayo, décide l’accès de celle-ci au statut de province. Ceci se réalise en septembre 1977, dans un contexte de décentralisation du pays, avec La Merced comme capitale.

[75] Calculs élaborés à partir des données de l’INEI-Perú, Censo Nacional XI de Población y VI Vivienda 2007, Actividad,  Cuadro N° 21. Censos.inei.gob.pe.cpv2007/tabulaos/#.

[76] Calculs élaborés à partir des données de l’INEI-Perú, Censo Nacional XI de Población y VI Vivienda 2007, Cuadro N° 1.

[77]  En 2007, la population de la province de Chanchamyo est de 175.207 habitants et celle de Tarma de 117.213. INEI-Perú, Censo Nacional XI de Población y VI Vivienda 2007, Población total según departamento, provincia y distrito, cuadro N° 3.

[78] L’indice synthétique de fécondité de Tarma est de 3,7 et de Chanchamayo, 3,3.Tous les districts de Tarma affichent un indice synthétique de fécondité au-dessus de 3, et ceux qui ont une croissance négative montrent un indice au-delà de 4. La population migrante de ces districts est plus attirée par les centres miniers ou par Lima. Par ailleurs, les districts qui cultivent et commercialisent surtout la pomme de terre (Huasahuasi et Palcamayo)  affichent une croissance démographique annuelle supérieure à 1%. Calculs élaborés à partir des données  de l’INEI-Perú, Censos Nacionales 2007, XI de población y VI de vivienda. Fecundidad, cuadro n° 1. www.censos.inei.gob.pe/epv 2007/tabulados


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.