Charles Quint et le sac de Tunis dans quelques chroniques européennes du XVIe siècle

par Anne-Lise Richard

La lutte contre l’islam est un thème récurrent dans l’historiographie de l’époque moderne. Si les Rois Catholiques ont mis un terme à la Reconquête en 1492, la chute de Grenade n’a pas signifié pour autant la fin de cette confrontation, d’une part en raison des projets espagnols dans le nord de l’Afrique, et d’autre part à cause des avancées ottomanes en Méditerranée. En effet, peu de temps après la fin de la Reconquête, craignant un retour des musulmans sur leur territoire, les rois espagnols décident d’implanter des présides[1] afin de créer des contacts diplomatiques dans cette partie du monde. De plus, ils veulent également et surtout freiner l’avancée des corsaires, toujours plus importante dans cette région[2]. C’est pourquoi ils s’attaquent en priorité aux ports d’Afrique du Nord, repaires de bon nombre de corsaires[3]. Après la mort de Ferdinand le Catholique en 1516, le pouvoir des couronnes de Castille et d’Aragon revient aux mains du jeune Charles de Gand. Cette même année, Aroudj Barberousse[4] s’empare d’Alger, assassinant de sang froid le sultan d’Alger. Ses trois frères et lui-même sont de redoutables corsaires, aux méthodes brutales et sanguinaires. Ils sèment la terreur sur toute la Méditerranée et sont craints par la Chrétienté. Après la mort d’Aroudj en 1518, son frère Khaïr-ed-Dine, alors dernier des quatre frères Barberousse encore en vie, prendra sa place comme souverain d’Alger. C’est alors qu’il demande protection à Selim Ier, sultan de l’Empire Ottoman de 1512 à 1520, qui le nomme gouverneur. En 1519, le monarque espagnol est élu empereur après la mort de son grand-père maternel, Maximilien de Habsbourg : Charles Ier d’Espagne devient Charles Quint, Empereur du Saint-Empire romain germanique, et se retrouve à la tête d’un empire tout aussi colossal que celui de Selim. L’Afrique du Nord est un territoire pour lequel ils se battent tous les deux[5] : contrôler la Berbérie, c’est contrôler la Méditerranée occidentale. Le conflit devient inévitable au début du règne de Charles Quint. Fort de ses réussites face aux Espagnols[6], Barberousse profite de la crise à Tunis qui oppose Muley Hassan, alors souverain, à son frère Muley Razit, pour détrôner le souverain en 1534, avec l’appui d’une partie importante de la population. A cette date, Barberousse étend son autorité sur une très grande partie de l’Afrique septentrionale, possédant les deux plus grandes villes, Alger et Tunis. Étant vassal de l’Espagne depuis 1510, Muley Hassan demande aussitôt de l’aide à Charles Quint qui ne tarde pas à riposter et à préparer une expédition, à laquelle il participera personnellement, afin de le remettre sur le trône. Dresser un bilan de cette campagne, qui a lieu en 1535, peut s’avérer beaucoup plus délicat que prévu. En effet, c’est à la fois une victoire et un échec : une victoire car la ville sera bien reprise, et Muley Hassan remis sur son trône, mais aussi un échec car le corsaire Barberousse réussit à prendre la fuite, à se réfugier à Alger et ne sera nullement inquiété par l’Empereur. La campagne de Tunis se déroule en trois actes : le premier se tient à La Goulette, là où se trouve le port principal de Tunis et se terminera par une victoire de l’armée impériale ; le deuxième a lieu à Tunis même, avec la reprise de la ville, et le troisième se jouera à Bône, ville-étape de la fuite de Barberousse. Après la victoire de l’armée impériale sur les Turcs à Tunis, les soldats impériaux mettent la ville à sac. Ainsi, pour le sujet qui nous intéresse aujourd’hui, il s’agira de voir plus particulièrement comment le pillage de la ville de Tunis a été traité dans les textes historiographiques de l’époque et d’établir quelles interprétations ont été données par les chroniqueurs eux-mêmes et dans quel but. En effet, les chroniques ont longtemps été le seul moyen de faire connaître l’histoire. Il convient de préciser que Charles Quint est un empereur qui a eu recours à bon nombre de chroniqueurs afin de perpétuer son image mais qu’en réalité, il est un empereur sans chroniques[7]. En effet, aucune n’a été publiée de son vivant. Les raisons sont diverses : soit elles sont restées inachevées, soit le chroniqueur n’a rien ou peu écrit, profitant seulement de la rémunération attachée à sa charge, soit elles ont été perdues soit elles n’ont été publiées que tardivement. De fait, nous allons voir comment un événement aussi particulier que le sac d’une ville peut être raconté de manière différente en fonction de l’enjeu et de la place du chroniqueur par rapport au pouvoir dans cette démarche d’écrire l’histoire. J’ai choisi de m’intéresser à quatre textes historiographiques aux profils différents.

Le premier historiographe auquel j’ai décidé de m’intéresser est Francisco López de Gómara, clerc sévillan qui, malgré les espoirs qu’il nourrissait, n’a jamais été nommé cronista. Il est surtout connu pour avoir été l’historiographe de Hernán Cortés[8], conquérant de l’Empire aztèque. Influencé par Juan Ginés de Sepúlveda, de qui nous parlerons un peu plus tard, mais aussi peu satisfait de la vision qu’offrent les Italiens des événements, il tâchera de rétablir sa propre vérité. Il écrit donc un manuscrit qui se concentre spécifiquement sur les événements de la Méditerranée à l’époque de Charles Quint. Ce manuscrit, Compendio de lo que trata Francisco Lopez en el libro que hizo de las guerras de mar de sus tiempos, longtemps considéré comme perdu, a, en partie, été redécouvert récemment et publié pour la première fois en 2000, par Miguel Ángel de Bunes Ibarra et Nora Edith Jiménez, sous le titre de Guerras de mar del Emperador Carlos V[9]. En revanche, malgré cette découverte tardive, le texte en lui-même n’était pas totalement inconnu car il avait été utilisé par une autre plume : celle de Fray Prudencio de Sandoval dont la Historia de la vida y hechos del Emperador Carlos V est la première chronique officielle et complète de ce règne qui a été publiée, en deux tomes, l’un en 1604 et le second en 1606, soit près de cinquante ans après la fin du règne de Charles Quint. Sandoval est en effet chargé par Philippe III, roi d’Espagne de 1598 à 1621, d’écrire une chronique complète sur le règne de son grand-père Charles Quint. Afin d’accéder à cette demande, il se servira principalement des manuscrits des nombreux historiographes de l’empereur, tels que Florián de Ocampo, Antonio de Guevara ou encore Pedro Mexía. Pour relater les événements de la Méditerranée, il s’appuiera tout particulièrement sur celui de López de Gómara. En effet, Sandoval a eu en sa possession ce récit, un « manuscrito que irá copiando sistemáticamente, por no decir transcribiendo »[10], ce qui explique que le contenu soit globalement identique. C’est pourquoi je commenterai principalement le texte de López de Gómara.

Tout au long de son récit sur la campagne de Tunis, López de Gómara, comme beaucoup d’autres, n’a de cesse de considérer Barberousse comme un homme cruel et tyrannique qu’il faut évincer du royaume de Tunis. Après la fuite honteuse du corsaire se pose la question du pillage. En effet, il faut avoir à l’esprit qu’au cours de la bataille, un certain nombre de maures se sont battus aux côtés des soldats de l’Empereur. Après leur victoire, leurs intérêts changent : les chrétiens veulent piller la ville de Tunis et les maures, eux, veulent protéger leurs biens et éviter la destruction de leur ville. C’est pourquoi, l’historiographe affirme que les maures supplient leur roi, Muley Hassan, d’interdire le sac, offrant en contrepartie aux soldats impériaux tout ce qu’ils souhaitent car « Dios les daba victoria contra sus enemigos, y pues los libraba de un tirano corsario y les restituía su señor rey, que los dejase tan ricos como contentos »[11]. On relèvera ici le rôle prêté à Dieu. En effet, depuis le temps de la Reconquête la tradition mettait en avant l’intervention divine dans ces guerres contre les musulmans. Pour chaque conquête, le messianisme était présent ; et les chroniqueurs de Charles Quint ne dérogent pas à la règle, faisant de l’Empereur lui-même, « el alférez de Dios »[12]: c’est à travers lui que Dieu s’exprime. Au reste, en obtenant le titre d’Empereur, Charles Quint était devenu par la même occasion le défenseur de la Chrétienté, celui qui se doit de se battre contre les infidèles, et la campagne de Tunis est la parfaite incarnation de cette guerre sainte que l’Empereur souhaite mener.

Ainsi, les maures veulent montrer que pour eux, les soldats impériaux devraient être pleinement satisfaits par cette victoire : ils les ont libérés de Barberousse et remis Muley Hassan sur son trône. Par conséquent, le pillage n’était, à leurs yeux, pas nécessaire. Mais ce n’est pas vraiment la vision qu’en ont les soldats impériaux. Car, à cette époque, piller une ville était une pratique courante pour les soldats, surtout pour ceux qui participaient à la guerre sans être payés et qui s’embarquaient dans cette entreprise, comme le souligne Manuel Fernández Alvárez, « con la única esperanza del botín »[13]. Le pillage fait partie intégrante des lois de la guerre[14]. C’était une façon de récompenser les combattants d’avoir servi le souverain pour lequel ils se battaient et d’avoir tout simplement gagné. Et d’une certaine façon, les soldats voulaient en avoir pour leur argent. Ce principe de la légitimité du pillage étant acquis, López de Gómara opte pour un discours n’impliquant pas directement l’Empereur.

En effet, il souligne que celui-ci aurait beaucoup aimé respecter la volonté des maures et de leur roi mais que de fait, l’empereur « ni lo negaba ni lo concedía »[15]. De cette façon, il ne tranche pas, comme si le souverain n’avait finalement pas donné de directive. Il veut montrer que Charles Quint ne veut pas aller contre Muley Hassan, qui défend ses sujets, et ne veut pas non plus mécontenter ses soldats qui attendent ce pillage. L’empereur joue ici un rôle de conciliateur. En revanche, López de Gómara n’hésite pas à affirmer que les soldats avaient entièrement raison de réclamer le sac de cette ville et que de la même manière les maures l’avaient mérité car c’était le prix à payer pour avoir, en partie, soutenu Barberousse. Finalement, à ce stade de la conquête les intérêts communs entre maures et chrétiens de la campagne de Tunis ne sont plus d’actualité. Car aux yeux des chrétiens c’était bien cela : les chrétiens pensaient qu’ils avaient délivré les maures du joug du tyran qu’était Kheïr-ed-Dine et dans cette expédition, même si une partie de la population de Tunis s’était rangée du côté de l’Empereur, une grande partie combattait auprès des Turcs et de Barberousse : dès lors, les dépouiller de leurs richesses était la récompense pour la flotte impériale qui avait risqué sa vie pour eux. De plus, Tunis avait la réputation d’être une ville très riche, d’où aussi l’enjeu de ce pillage : les chrétiens ne voulaient pas laisser passer leur chance de faire fortune. Après avoir tant souffert de la chaleur et du manque d’eau, ils ne voulaient pas se priver du trésor qui leur était promis. C’est pourquoi ils se lancent à corps perdu dans ce pillage, se déplaçant « a manadas »[16] et « matando los que contradecían a diestro y a siniestro »[17] ; ce sont des hommes assoiffés de richesses. Cette soif d’argent est telle qu’ils n’hésitent pas à tuer toutes les personnes qui protestaient contre ce pillage et à faire prisonniers, les enfants et surtout « doncellas y mujeres hermosas »[18]. Mais, aucune information n’est donnée quant au sort de ces prisonniers.

De son côté Sandoval, qui reprend le récit de López de Gómara en y apportant des renseignements supplémentaires, ajoute un détail non négligeable à la suite de cette information, c’est le nombre de personnes tuées au cours de ce massacre : dix mille. Le fait de taire cette information de la part de López de Gómara tend à montrer d’une certaine façon qu’il ne voulait pas révéler la cruauté des soldats chrétiens envers le peuple tunisien. De plus, Prudencio de Sandoval apporte également des éclaircissements concernant les prisonniers. En effet, on apprend que ceux-ci étaient approximativement dix-huit mille et qu’ensuite ils ont été vendus aux enchères. Les chrétiens en tiraient pour environ dix ducats par esclave.

Revenons au récit de López de Gómara. Il nous informe que Charles Quint interdit aux chrétiens qui étaient retenus captifs dans la forteresse de Tunis, avant l’arrivée de l’armée impériale, et qui ont été sauvés in extremis, de tuer et de faire des prisonniers car la ville était déjà en plein chaos. Parmi les personnes faites prisonnières par les soldats, le roi Muley Hassan a le droit de sauver qui il veut : il échange plusieurs personnes dont une de ses premières femmes contre deux mille pistoles et l’historiographe sévillan remarque que c’est plutôt bon marché pour une femme aimée. En réalité ce qui touche le plus Muley Hassan, après ce pillage qui dure trois jours, c’est la perte de ses vieux livres arabes qu’il conservait dans une belle bibliothèque. Hassan est souvent décrit doté d’un physique désagréable mais intelligent : ce qui explique que cette disparition n’a pas de prix pour lui. Il pleure aussi la destruction d’une officine de parfums bien que ces pertes soient plutôt à imputer à Barberousse. Il déplore également la perte d’objets ayant appartenu auparavant au roi de France, Saint Louis, qui étaient gardés en souvenir de la victoire de ses ancêtres sur les chrétiens lors de la huitième croisade en 1270, qui s’est soldée par la mort du roi français sur les terres tunisiennes.

En outre, on s’aperçoit que López de Gómara ne dresse pas de bilan sur ce sac, il ne dit pas si le butin est conséquent ou non. On sait seulement que le marquis del Vasto a trouvé, grâce à l’aide d’un génois, trente mille ducats cachés dans la forteresse de Tunis où Barberousse avait enfermé trois mille chrétiens avant l’arrivée de l’Empereur à Tunis. Mais il n’en dit guère plus.

Ainsi, on a pu observer comment López de Gómara a construit son récit en décidant de ne pas impliquer l’Empereur dans la décision d’organiser ou non ce sac de Tunis, tout en présentant ce sac comme parfaitement légitime : les soldats, après avoir tant combattu, avaient le droit d’amasser des richesses et de faire des prisonniers, ce qui leur procurerait aussi un certain pécule, après les avoir échangés, comme on a pu l’apprendre grâce au récit de Fray Prudencio de Sandoval. Les premières disparités sont également apparues en comparant les informations données par López de Gómara et celles données par Sandoval, qui apporte plus de précisions sur certains points, probablement grâce à cette distance dans le temps qui lui permet d’avoir un regard tout autre sur les événements. Nous allons donc voir comment l’historiographe suivant organise son propos sur le sac de Tunis.

Le deuxième point de vue que je vais étudier est celui de Martín García Cereceda, arquebusier espagnol de l’armée de Charles Quint qui a laissé un manuscrit, Tratado de las campañas y otros acontecimientos de los ejércitos del emperador Carlos V en Italia, Francia, Austria, Berbería y Grecia, desde 1521 hasta 1545[19]. Mises à part sa fonction au sein de l’armée et sa patrie d’origine, Cordoue, nous ne connaissons rien de la vie de ce soldat. Ce manuscrit a été trouvé en 1872 à la Biblioteca de manuscritos del Monasterio del Escorial[20], et il est jugé comme étant de grande qualité de par l’abondance d’informations qu’il apporte, sa précision mais aussi l’impression de véracité qui s’en dégage. Ce récit est par ailleurs intéressant du fait qu’il offre une vision de l’intérieur du sac de Tunis. En effet, Garcia Cereceda est un témoin direct car il a lui-même participé à la campagne de Tunis et tout au long de son récit, et, loin de se focaliser sur ses propres actions, il cherche le plus possible à donner une vision générale de la situation. De plus, il semblerait que le cosmographe officiel de l’Empereur, Alonso de Santa Cruz, se soit inspiré de ce manuscrit[21] pour écrire sa propre chronique du règne, Crónica del Emperador Carlos V. En effet, Santa Cruz, comme Sandoval quelques années plus tard, a lui aussi utilisé plusieurs manuscrits pour rédiger son historiographie et au vu de la ressemblance frappante des deux textes, il est plus que probable qu’il ait eu entre les mains le manuscrit de Garcia Cereceda. Cette chronique a été publiée pour la première fois en cinq volumes entre 1920 et 1925[22]. De même que précédemment, je privilégierai l’analyse du texte de García Cereceda par rapport à celui de Santa Cruz.

Concernant le sac de Tunis, le discours de ce soldat offre une vision des événements qui diffère de celle de López de Gómara : selon ses dires, l’Empereur s’est placé face aux soldats en leur donnant l’autorisation de mettre la ville à sac. Son intention n’est nullement de compromettre l’empereur, de lui reprocher sa façon d’agir. En effet, Garcia Cereceda se fait le porte-parole de ses compagnons ; or, les soldats attendaient avec impatience cette autorisation. Il souhaite montrer que Charles Quint a respecté ses soldats en leur donnant cette permission, parce que c’est ce qu’ils attendaient de lui. On voit déjà ici comment il peut y avoir deux manières différentes de dépeindre un récit, de raconter un même événement : l’un affirmant que Charles Quint n’a ni accepté ni refusé le sac et l’autre affirmant que Charles Quint l’a ostensiblement autorisé, et pourtant les deux historiographes se préoccupent tous deux de défendre l’intégrité de l’Empereur. En revanche, chez Garcia Cereceda le roi maure est loin de se résigner au sac, s’efforçant, avec ses sujets, par tous les moyens existants, d’empêcher l’entrée des chrétiens dans la ville. Et c’est là une autre différence par rapport au récit de López de Gómara, car on voit ici que selon García Cereceda, Muley Hassan a directement agi pour empêcher les soldats de l’armée impériale d’investir la ville. Ce qui constitue certainement pour le soldat un manque cruel de respect envers les soldats qui s’étaient battus pour le remettre sur son trône et qui considéraient le pillage de Tunis comme un droit. Mais malgré l’opposition de Muley Hassan, les soldats s’obstinent et Charles Quint continue à les soutenir ; c’est pourquoi ils attaquent une dernière fois la ville et s’en emparent.

De même que dans la chronique de López de Gómara, Martin Garcia Cereceda rapporte que les soldats tuent tous ceux qui résistent, allant même jusqu’à utiliser le mot « matanza »[23]. Mais il ne développe pas davantage ce sujet. Tout comme López de Gómara, il ne précise pas le nombre de victimes, le terme de « matanza » étant sans doute suffisamment explicite. En revanche, contrairement à López de Gómara, il s’attarde sur le butin qui, de fait, était loin de ce que les soldats espéraient avoir. Selon lui, plusieurs raisons expliquent cela. Tout d’abord, Barberousse, avant de prendre la fuite, a dépouillé les habitants de Tunis : « les habia tomado lo mejor que tenian »[24]. Garcia Cereceda souhaite montrer ainsi combien Barberousse est un personnage avide, sans pitié ni scrupule : il était le souverain de ces musulmans et pourtant il n’a pas hésité à les dépouiller de toutes leurs richesses, emportant avec lui tout ce qui avait de la valeur. C’était certainement pour lui une façon de se venger : on lui prenait ce qu’il considérait comme sa ville, alors il s’emparait en retour des richesses les plus importantes qu’elle renfermait. Ce qui montre en somme qu’il a toujours agi pour son propre compte. Barberousse apparaît de cette façon sous les traits d’un tyran, qui pressure ses sujets, caractéristique dont a régulièrement été doté le corsaire[25]. C’est aussi une manière de souligner que Barberousse n’est pas encore entièrement défait : un autre événement le prouve. En effet, peu avant de rentrer à Alger, il s’autorise un petit détour par le port de Mahón[26], qu’il met à sac. Mais la cupidité de Barberousse n’est pas la seule raison du maigre butin remporté par les soldats chrétiens.

En effet, Garcia Cereceda affirme que même les maures qui combattaient à leurs côtés s’arrangeaient pour cacher leurs propres richesses dès qu’ils le pouvaient et faisaient en sorte que leurs proches quittent Tunis pour éviter de se retrouver au cœur du massacre. Cela confirme en réalité que le pillage faisait clairement partie des traditions de la guerre : ceux de Tunis savaient exactement à quoi s’attendre en cas de victoire chrétienne. Ce qui prouve que même s’ils travaillaient aux côtés des soldats de l’empereur à évincer Barberousse et remettre Muley Hassan sur le trône, il n’y avait pas de réelle confiance entre eux. Les maures savaient qu’après la victoire ils seraient dépouillés de leurs biens par les soldats chrétiens. De leur côté, les chrétiens voient une telle attitude des maures comme une fourberie car ils leur cachent ce qu’ils considéraient comme étant leur dû. Par ailleurs, si certains doivent effectivement se contenter d’un maigre butin, García Cereceda affirme que les seuls qui arrivent à trouver une certaine richesse lors de ce pillage, ce sont les chrétiens que Barberousse gardait captifs dans la forteresse de Tunis, car ils savaient exactement où étaient cachées les meilleures richesses. Ces chrétiens qui, précisons-le, ne doivent la vie sauve qu’à Sinán le Juif et Cachidiablo, deux corsaires qui opéraient avec Barberousse et qui ont empêché ce dernier de mettre le feu à la forteresse. Le soldat-historiographe souligne aussi que beaucoup de maures, hommes et femmes, sans plus de distinction, ont été faits prisonniers au cours de ce sac ; toujours sans donner de chiffres. Parmi les tunisiens faits prisonniers, beaucoup avaient tenté de suivre Barberousse mais ont été incapables de le faire à cause de la chaleur et du manque d’eau. Selon Garcia Cereceda, Muley Hassan en sauvera un grand nombre ; López de Gómara, lui, ne parlait que d’une des femmes du souverain.

A la différence du clerc sévillan, le soldat-historiographe ne s’attarde pas sur les pertes personnelles du souverain maure, évitant ainsi toute référence à Saint-Louis et à la huitième croisade. Il a choisi de se concentrer sur la loyauté de Charles Quint, qui, en acceptant ouvertement le sac de Tunis, a respecté ses soldats. On a aussi à faire ici à un Muley Hassan nettement plus actif, et donc déloyal, puisque tentant par tous les moyens d’interdire le sac.

Le troisième historiographe sur qui je vais me pencher est Paolo Giovio[27], historien et évêque italien, originaire de Côme, située dans le duché de Milan, un des territoires au cœur des guerres d’Italie, qui sévissaient à cette époque. Giovio aurait pu, à en croire Alfred Morel-Fatio[28], « devenir lui-même chroniste de l’empereur »[29]. Son œuvre, écrite en latin comme celle de Sepúlveda, est intitulée Historiarum sui temporis libri et a été publiée entre 1550 et 1552. Elle sera traduite en espagnol, sous le titre de Historia general de todas las cosas sucedidas en el mundo en estos cincuenta años de nuestro tiempo, en la cual se escriben particularmente todas las victorias y succesos que el invictíssimo emperador don Carlos hubo, desde que començo a reynar en España hasta que prendio al duque de Saxonia, traduite en 1562[30]. Bien qu’elle ait été publiée du vivant de Charles Quint, elle n’est pas considérée comme une chronique officielle du règne, étant donné que Giovio n’était pas un chroniqueur appointé par l’empereur. Qui plus est, la chronique ne va guère au-delà de l’année 1547. Son intérêt repose sur le fait que cet auteur a toujours eu tendance à se montrer plus acerbe que les autres et qu’il écrit pendant la période mouvementée des guerres d’Italie.

Selon Giovio, après la victoire de ses troupes, l’Empereur se voit remettre les clefs de la ville de Tunis, scène qui n’est pas sans rappeler celle des Rois Catholiques et de Boabdil après la conquête du royaume de Grenade[31], par les magistrats de la ville qui lui supplient de ne pas abîmer Tunis. Afin de voir cette demande se réaliser, ils en appellent à leur roi, Muley Hassan pour qu’il intercède auprès de Charles Quint, afin de préserver la « ſalud de la ciudad »[32] et en échange le roi maure promet à l’empereur une somme d’argent conséquente pour payer directement les soldats chrétiens. Ensuite, on retrouve un discours semblable à celui de López de Gómara : l’Empereur serait enclin à accéder à la demande des Tunisiens mais en revanche, Giovio ajoute que « no podia ſer induzido a que les prometieſe tal »[33] montrant de cette façon que les maures n’avaient pas le droit de demander à ce que le sac n’ait pas lieu. En réalité, ce que veut montrer Giovio, c’est que Charles Quint ne pouvait en aucun cas avoir confiance en Muley Hassan, et plus généralement en les maures. En effet, selon lui, ils faisaient tout pour faire traîner cette affaire d’argent « aſtutamente »[34] afin de ne pas payer, allant même jusqu’à attendre de voir ce que ferait Barberousse après sa fuite. Peut-être attendaient-ils en effet le retour de Barberousse, accompagné d’une grosse armée ? Comme l’avait affirmé Martín García Cereceda, Giovio montre que l’empereur ne pouvait refuser à ses soldats un sac qui était « el premio de la victoria »[35]. D’ailleurs, les soldats chrétiens n’hésitent pas, si l’on en croit Giovio, à se décrire comme des hommes « pobres llenos de piojos, no ſuſtentando ſe con mas que con eſperança del ſaco, el que les era quitado cruelmente, teniendo los veſtidos hechos pedaços, que apenas les cubrian las verguenças, y eſtando abraſados de ſed y tan largos trabajos »[36]. Ce portrait, rempli de désespoir et de supplications, sert à susciter la pitié de l’Empereur. C’est aussi une façon pour Giovio, qui retranscrit ce discours, de montrer à quel point les soldats avaient mérité de mettre la ville à sac.

Giovio ajoute en outre que de toute façon, c’était le prix à payer pour les maures de Tunis, qui, rappelle-t-il, sont des musulmans, et donc par essence, ennemis des chrétiens et de leur Christ, et qui ont aussi attiré, d’une certaine manière, les terribles corsaires. Là où López de Gómara et García Cereceda résument ce passage en quelques mots, Giovio se montre plus précis quant aux tractations à propos de ce sac. Les soldats, comme les chrétiens libérés de la forteresse, se lancent donc dans le sac de la ville sans que l’historiographe italien, pourtant plus disert sur les tractations auxquelles donne lieu le sac de la ville, ne précise jamais si Charles Quint a donné son accord. Giovio décrit les supplications des tunisiens auprès de leur roi. Le jugement du chroniqueur est perceptible : en suppliant Muley Hassan d’interdire le sac, ils agissent comme des traîtres. Giovio se montre ici beaucoup plus dur que les autres historiographes envers les maures et on voit ici sa plume acérée tant crainte par ses contemporains. En effet, dans ses écrits, l’historien italien s’est quelques fois montré très dur envers les espagnols et même l’empereur mais il semblerait qu’il ne le fasse pas lorsqu’il s’agit d’un conflit avec les maures. Concernant précisément le sac, le chroniqueur ne donne pas non plus de chiffres concernant le nombre de victimes, mais parle de massacre, exactement comme García Cereceda.

Ensuite, dans sa description du pillage, Giovio fait une distinction entre les soldats chrétiens eux-mêmes en fonction de leur patrie. Cette façon de différencier les Espagnols des Italiens et des Allemands est un aspect récurrent dans de nombreuses chroniques du règne de Charles Quint. Les historiographes séparent les « nations » comme si les hommes se comportaient de telle ou telle manière seulement en fonction de leurs origines : selon eux, tous les Allemands, par exemple, agissent de la même manière. Ils faisaient ainsi des généralités afin d’exposer le sentiment qu’ils éprouvaient à l’égard de leurs voisins, qu’ils soient espagnols, italiens ou allemands. Cet aspect sert surtout à montrer le manque d’unité au sein de l’armée impériale : ces soldats de différentes origines collaborent au cours d’une même campagne mais ils ne se mélangent pas. Ainsi, selon Giovio, les Espagnols et les Italiens se sont surtout concentrés sur la recherche du butin ; quête basée sur leur avarice. En revanche, les Allemands sont cruels par nature, et plutôt que de chercher les richesses, ils préféraient tuer la population : « deſſeando hartarſe de ſangre Mora, hinchieron la ciudad de muertos »[37]. De cette façon, il impute clairement la responsabilité du massacre des habitants de Tunis aux Allemands. A ses yeux, leur soif de sang n’a pas de limite. Et, même s’il continue à attaquer la religion des maures, précisant que « las mezquitas de ſus falſos dioſes »[38] n’ont pas permis de les protéger, il avance tout de même que les Allemands s’en sont pris à des gens désarmés et sans défense. Cela n’empêche pas Giovio de se montrer sévère envers les musulmans, les maures, même ceux qui ont combattu avec les chrétiens : il ne fait plus aucune distinction entre ceux qui ont suivi Barberousse et ceux qui ont combattu à côté de Charles Quint : il les voit comme ils étaient perçus, c’est-à-dire des infidèles qui ne respectaient pas ce qui était pour les chrétiens la « vraie religion ». Après les pleurs répétés de Muley Hassan, l’Empereur décide de mettre un terme au sac en interdisant aux chrétiens de capturer les habitants ; mais le fait d’en donner cet ordre n’a pas suffi à empêcher les soldats chrétiens d’emmener les prisonniers qu’ils avaient déjà faits. Giovio nous informe aussi que Muley Hassan a pu sauver quelques personnes et, tout comme López de Gómara, nous indique ce que le roi maure considère comme ses plus grosses pertes : la destruction de sa bibliothèque et de l’officine de parfums.

Le ton donné ici par Giovio est nettement plus piquant que celui des précédents chroniqueurs : ce que López de Gómara et Garcia Cereceda laissaient entendre, Giovio le dit de manière beaucoup plus franche : sa plume acerbe est directement dirigé vers les Tunisiens et leur souverain, justifiant, également, le sac de Tunis, comme amplement mérité. Le dernier texte que nous allons examiner présente de nombreuses ressemblances avec le récit de Giovio mais aussi de grandes disparités.

Juan Ginés de Sepúlveda est le seul des quatre historiens sur lesquels l’étude porte qui a été nommé chroniqueur par Charles Quint ; ce qui a été fait en 1536. De plus, sa chronique est la seule chronique écrite par un chroniqueur nommé par l’Empereur qui ait été achevée et surtout qui soit complète. Pourtant, le De rebus gestis Caroli V Imperatoris et Regis Hispaniae ne sera publié pour la première fois qu’en 1780, par la Real Academia de la Historia. Plusieurs raisons peuvent expliquer l’absence de publication du vivant de l’auteur. Sepúlveda lui-même n’a pas montré de réel entrain à publier sa chronique : son implication dans la « controverse de Valladolid », dans laquelle il remet au goût du jour les idées d’Aristote sur l’infériorité de certains peuples par rapport à d’autres et la légitimité de la guerre pour conquérir et évangéliser le nouveau monde, le conduira à se tenir à l’écart et à renoncer à publier certaines œuvres[39]. De plus, sa chronique était écrite en latin ; ce qui marque une fois de plus son classicisme mais qui pouvait représenter un frein à la diffusion de cette chronique. On dispose d’aujourd’hui d’une édition moderne, publiée à partir de 1995, en version bilingue, en plusieurs volumes, par l’ayuntamiento de Pozoblanco, village de la province de Cordoue où Sepúlveda serait né. Elle est traduite sous le nom de Historia de Carlos V.

Sepúlveda, qui avait déjà vu Charles Quint lors de son arrivée en Italie pour se faire couronner empereur à Bologne, et lui avais remis une « Exhortation à lutter contre le Turc », rencontre de nouveau l’empereur lorsque ce dernier, après la campagne de Tunis, se rend en Italie afin d’y être célébré, au cours de pérégrinations dans les principales villes italiennes, comme le souverain des chrétiens et comme un sauveur. C’est à cette occasion qu’il est nommé historiographe officiel. A ce moment-là, Sepúlveda est un auteur d’expérience reconnu en Italie et considéré comme un grand humaniste : il a fait partie du prestigieux collège des Espagnols à Bologne, est l’ami des grands et a entrepris une traduction en latin des œuvres d’Aristote. Dans sa chronique, Sepúlveda explique la fuite de Barberousse par le fait que ce dernier « comenzó a desconfiar de los tunecinos y también de las tropas auxiliares »[40] : selon lui, ils auraient dû continuer à se battre malgré les deux défaites. L’abandon de la ville est pour Barberousse le dernier recours. Il prend donc la décision de faire transporter à Bône toutes les richesses qu’il a prises. A la différence de ce que rapportent les auteurs précédents, Sepúlveda souligne que, même si Barberousse s’est montré cupide, tout n’a pas pu être emmené car « faltaban muchas [cargas] que poco después sirvieron de botín a los cristianos cautivos »[41]. Il montre une nouvelle fois ce que d’autres historiographes ont déjà affirmé : ce sont les chrétiens qui étaient retenus captifs dans la forteresse qui récoltent le plus de richesses au cours du pillage : ils n’ont eu qu’à tendre les bras pour tout ramasser. Bien que cette partie corresponde plus ou moins au contenu des autres textes, la suite est beaucoup plus surprenante. En effet, Sepúlveda tient un discours totalement différent concernant le sac de Tunis. Il avance que l’Empereur a demandé à Muley Hassan de donner les noms des personnes qui l’ont soutenu et dont il se sentait proche, afin qu’aucun mal ne leur soit fait et qu’elles ne soient pas dépouillées par les chrétiens. Sepúlveda affirme que le souverain de Tunis a répondu qu’il n’avait aucun ami, que personne ne méritait d’être épargné et que l’armée impériale avait par conséquent totale liberté, contrairement à ce que disaient López de Gómara, Martín García Cereceda et Paolo Giovio. Après le Muley Hassan écoutant les souhaits de ses sujets, le Muley Hassan combattant, le Muley Hassan négociant et pleurnichant, on a ici le Muley Hassan indifférent et ne se souciant guère de ses sujets. Le chroniqueur veut clairement imputer la violence des événements qui vont suivre au roi maure : c’est une manière de justifier le sac en lui-même. D’une certaine façon, Hassan donne son accord tacite pour que les troupes impériales saccagent son royaume. Sepúlveda va même plus loin, affirmant qu’il n’y a eu aucune résistance car il n’y avait plus personne pour défendre la ville. En lisant Sepúlveda, on a l’impression que Tunis est devenue un désert humain, et que la ville est entièrement livrée au pillage. En définitive, même si le procédé utilisé par Sepúlveda diffère, son but est le même que celui des autres chroniqueurs : pour lui, le sac de Tunis devait avoir lieu car les soldats chrétiens le méritaient amplement.

Sepúlveda justifie entièrement le comportement des troupes impériales. On peut supposer que sa pensée rejoint celle de Giovio qui définissait tous les maures de la campagne de Tunis comme des infidèles, au même titre que les Turcs. En effet, on sait combien Juan Ginés de Sepúlveda s’était appliqué à pousser Charles Quint à entreprendre une guerre pour lutter contre les Turcs, leur reprendre Jérusalem, la terre sainte et même les territoires ottomans[42]. Cette guerre était à ses yeux une obligation pour l’Empereur, en tant que défenseur de la Chrétienté. La justification du sac de Tunis est chez lui sans réserves. Dans leur fuite, les maures qui suivent Barberousse n’oublient pas non plus de partir avec leurs richesses, ce qui explique que le butin ait été si faible. Selon Juan Ginés de Sepúlveda, le seul butin important a été celui des chrétiens retenus captifs. Il parle aussi des prisonniers qui ont été fait esclaves, sans pour autant donner plus de détails quant à leur devenir. Mais en aucune façon, il ne parle du massacre qu’ont subi les Tunisiens, s’employant au contraire à minimiser l’épisode. Quand Prudencio de Sandoval parle de quelque dix mille morts, il assure que « murieron unos pocos ciudadanos abatidos a espada »[43], bien qu’il soit difficile au lecteur de croire qu’au cours du pillage d’une ville si peu de personnes soient mortes. On aurait plutôt tendance à penser qu’il a voulu occulter les faits. Qui plus est, il n’hésite pas à écrire que les quelques habitants morts sont responsables de leur propre mort, qui est due à leur sottise d’être restés pour protéger leurs maisons : c’est de leur faute si leur témérité a exaspéré les soldats. Il finit tout de même par reconnaître que la population tunisienne a subi quelques excès mais de la même façon que Paolo Giovio, il impute cette cruauté aux Allemands qui, « al tomar las plazas suelen dar rienda suelta al odio contra el enemigo más que buscar botín »[44]. Et les Allemands sont d’autant plus cruels que les Italiens et les Espagnols sont plus avides : ces derniers tendent à respecter la vie des futurs prisonniers « no sólo por humanidad sino también por interés »[45]. Pourtant, Sepúlveda nuance plus ses propos que Giovio car il sous-entend que parmi les Espagnols et les Italiens, on pouvait aussi trouver des hommes malveillants qui n’hésitaient pas à utiliser la cruauté pour acquérir des richesses cachées. Sepúlveda n’en dira guère plus sur le sac : il ne parle pas des pertes de Muley Hassan ni du sort des prisonniers. On a l’impression que cela ne l’intéresse guère et qu’il préfère passer à la suite.

Ainsi, le sac est entièrement justifié aux yeux de Juan Ginés de Sepúlveda : mais à la différence des trois précédents historiographes, il préfère peindre un Muley Hassan entièrement passif, qui contrairement à ce que rapportent les autres textes, semble donner sa ville en pâture sans même entrer en rébellion. De plus, Sepúlveda choisit de taire complètement le massacre de la population tunisienne, à la différence des précédents textes.

Nous avons donc pu voir ici comment un événement aussi particulier que le sac d’une ville peut être retranscrit de différentes façons. Les méthodes utilisées sont variables : qu’ils choisissent de montrer Charles Quint comme un roi conciliant ou un monarque loyal à ses troupes, ou de faire de Muley Hassan un souverain larmoyant ou indifférent au sort de son peuple, les écrits étudiés ont tous justifié le sac de la ville de Tunis par les soldats de l’armée impériale. De fait, bien plus que la figure de l’empereur c’est en réalité celle du roi maure qui varie dans les écrits historiographiques : il apparaît tour à tour attentif à ses sujets, déloyal, négociant ou insensible au devenir des habitants de Tunis. Par ailleurs, concernant le sort de la population tunisienne au cours du pillage, certains choisissent de parler, malgré tout, de massacre, tuant ceux qui se trouvent sur leur passage, sans pour autant être plus précis quant au nombre de victimes, quand d’autre préfère taire complètement l’événement. En outre, on constate que cet épisode du sac de Tunis n’est absolument pas passé sous silence dans les années suivantes. En effet, il figure parmi les douze tapisseries de la série « La Conquista de Túnez », réalisées dans le but de glorifier l’image de l’empereur et de laisser une trace indélébile pour les générations à venir. Ces tapisseries ont été conçues par le tisserand flamand, Willem de Pannemaker, en se basant sur les dessins de Jan Cornelisz Vermeyen, peintre flamand qui a accompagné Charles Quint lors de la conquête de Tunis. Le sac de la ville de Tunis est représenté au même titre que le débarquement à La Goulette, le combat naval ou encore la conquête de Tunis. D’une certaine façon, cet épisode est considéré comme un événement tout à fait ordinaire dans le cadre de la prise d’une ville.

—-
par Anne-Lise richard
Doctorante – ERLIS (Université de Caen Basse-Normandie)

[1]    Les Espagnols occupent ces places militaires par stratégie et défense de leur royaume. Les maures continuent à gouverner ces points-clefs en tant que vassaux des Rois Catholiques. Pour plus d’informations sur la politique africaine des Rois Catholiques, voir Rafael GUTIERREZ CRUZ, Los presidios españoles del norte de África en el tiempo de los Reyes Católicos, Melilla, 1997. Voir aussi, Joseph PEREZ, «Isabel la Católica, África y América», en XVI Coloquio de Historia Canario-Americana (2004): Isabel la Católica y el Atlántico. V centenario de su muerte, Cabildo Insular de Gran Canaria, Las Palmas de Gran Canaria, 2005, pp. 161-180.

[2]    L’arrivée des corsaires dans cette région est très récente : elle commence à la toute fin du XVe siècle mais devient rapidement très importante. Pour plus de renseignements sur les corsaires, voir Jacques HEERS, Les Barbaresques, la course et la guerre en Méditerranée XIVe-XVIe siècle, Perrin, 2001. Voir aussi, Ramiro FEIJOO, Corsarios berberiscos, Belacqua, Barcelona, 2003 et Emilio SOLA, Un Mediterráneo de piratas: corsarios, renegados y cautivos, Madrid, 1988.

[3]    Occupation des ports suivants : Melilla en 1497, Mazalquivir en 1505, Vélez de la Gomera en 1508, Oran en 1509, Bougie et le Peñon d’Alger en 1510 et Tripoli en 1511.

[4]    Pour de plus amples informations sur les frères Barberousse, voir Miguel Ángel de BUNES IBARRA, Los Barbarroja. Corsarios del Mediterráneo, Madrid, Alderabán, 2004 et Jean-Louis BELACHEMI, Nous, les frères Barberousse, corsaires et rois d’Alger, Paris, 1984.

[5]    Après la mort de Selim en 1520, son fils Soliman le Magnifique sultan de 1520 à 1566, continuera cet affrontement.

[6]    Les deux opérations lancées par les Espagnols contre Alger en 1516 et en 1518 se sont soldées par des échecs. De plus, Barberousse a repris en 1529 le Peñón d’Alger que les Espagnols occupaient depuis 1510.

[7]    Sur les chroniques du règne de Charles Quint, se reporter à Alfred MOREL-FATIO, Historiographie de Charles Quint, Paris, Honoré Champion, 1913 mais aussi à REDONDO, Augustín, Antonio de Guevara et l’Espagne de son temps. De la carrière officielle aux œuvres politico-morales, Genève, Droz, 1976, chapitre VI « L’historiographie », p. 304.

[8]    Francisco López de Gómara est surtout connu pour avoir écrit une Historia General de las Indias y conquista de México publiée en 1552. Quelques travaux sur López de Gómara : Louise BENAT-TACHOT, « La Historia de las Indias de López de Gómara : une œuvre à la croisée d’enjeux politiques et littéraires », Travaux et Documents n° 2, CRAEC, Université de la Sorbonne Nouvelle – Paris III, 2001, p. 47-61 et Gregorio BARTOLOME MARTINEZ, « Francisco López de Gómara, un soriano universal y polémico (1511-1559) », Celtiberia, n° 106, 2012, p. 11-52.

[9]    Francisco LOPEZ DE GOMARA, Guerras de mar del emperador Carlos V, éd. Miguel Angel de Bunes Ibarra et Nora Edith Jiménez, Sociedad Estatal para la Conmemoración de los Centenarios de Felipe II y Carlos V, Madrid, 2000.

[10]  Idem, p.13.

[11]  Idem, p. 173.

[12]  Idem, p. 164.

[13]  Manuel FERNANDEZ ALVAREZ, Carlos V, un hombre para Europa, Madrid, Espasa Libros, 2010, p. 137.

[14]  Voir par exemple, pour le XVIe siècle, Francisco de Vitoria, Relección segunda sobre los indios o sobre el derecho de la guerra de los españoles sobre los bárbaros (dans Francisco de Vitoria, Sobre el poder civil, Sobre los indios, Sobre el derecho de la guerra, estudio preliminar, traducción y notas de Luis Frayle Delgado, Madrid, Tecnos, 1998) où il est rappelé que lors d’une guerre juste, il est non seulement licite de récupérer les biens usurpés par l’ennemi vaincu mais aussi de se dédommager du coût de la guerre sur ses possessions.

[15]  Francisco LOPEZ DE GOMARA, op. cit., p. 173.

[16]  Idem, p.173.

[17]  Idem.

[18]  Idem.

[19]  Martín GARCIA CERECEDA, Tratado de las campañas y otros acontecimientos de los ejércitos del Emperador Carlos V en Italia, Francia, Austria, Berbería y Grecia, desde 1521 hasta 1545, Madrid, 1873-1876.

[20]  Trouvé par G. Cruzada Villaamil, Marqués de la Fuensante del Valle, historien de l’art du XIXe siècle.

[21]  « Il est vrai par exemple que la chronique de Alonso de Santa Cruz, cosmographe et historien au service de Charles Quint, s’appuie en partie sur le récit du soldat espagnol Cerezeda », dans Daniel NORDMAN, Tempête sur Alger. L’expédition de Charles Quint en 1541, Paris, Editions Bouchène, 2011, p. 151.

[22]  Alonso de SANTA CRUZ, Crónica del emperador Carlos V, edición de Antonio Blázquez y Ricardo Beltrán y Róspide, Madrid, Real Academia de la Historia, 1920-1925.

[23]  Martín GARCIA CERECEDA, op. cit., p. 61.

[24]  Idem, p. 61.

[25]  Idée présente, entre autres, chez Juan Ginés de Sepúlveda, Alonso de Santa Cruz et López de Gómara.

[26]  Port sur l’île de Minorque.

[27]  Pour de plus amples informations sur Paolo Giovio, se reporter à T.C. PRICE ZIMMERMANN, Paolo Giovio : the historian and the crisis of sixteenth-century Italy, Princeton, Princeton University press, 1995.

[28]  Philologue, hispaniste français (1850-1924).

[29]  Alfred MOREL-FATIO, op. cit., p.105.

[30]  Paolo GIOVIO, Historia general de todas las cosas sucedidas en el mundo en estos cincuenta años de nuestro tiempo, en la cual se escriben particularmente todas las victorias y succesos que el invictíssimo emperador don Carlos hubo, dede que començo a reynar en España hasta que prendio al duque de Saxonia. Escrita en lengua latina por el doctíssimo Paulo Jovio, obispo de Nochera, traduzida de latín en castellano por el licenciado Gaspar de Baeça. Dirigida al muy Illustre señor Francisco de Erasso del Consejo del estado, y secretario de su Magestad, Salamanca, Casa de Andrea de Portonariis, 1562.

[31]  Il convient tout de même de noter une différence majeure entre ces deux scènes : dans le cas de Tunis, Charles Quint ne reçoit pas les clés des mains de Barberousse contrairement aux Rois Catholiques qui les reçoivent directement du souverain nazari, Boabdil. Cette disparité met en valeur que Boabdil reconnaît sa défaite, alors que Barberousse, en fuyant, ne la reconnaît en aucun cas. Cette scène, racontée par de nombreux historiographes, permet également de tracer une ligne continue entre la Reconquête du royaume de Grenade et la campagne de Tunis.

[32]  Op. cit., p.106.

[33]  Idem.

[34]  Idem.

[35]  Idem.

[36]  Idem.

[37]  Idem, p. 106.

[38]  Idem.

[39]  Quelques ouvrages consacrés à Juan Ginés de Sepúlveda, sa vie et son œuvre : José Antonio FERNANDEZ SANTAMARIA, Juan Ginés de Sepúlveda. La guerra en el pensamiento político del Renacimiento, Madrid, 2007 ;

Baltasar CUART MONER, “Juan Ginés de Sepúlveda, cronista del Emperador”, Carlos V y la quiebra del humanismo político en Europa (1530-1558) : [Congreso internacional, Madrid 3-6 de julio de 2000].

Alexandra MERLE, “L’Empereur et le Tyran. La lutte contre le pouvoir ottoman selon Juan Ginés de Sepúlveda”, dans Charles Quint et la monarchie universelle, sous la direction de Annie Moliné-Bertrand et Jean-Paul DUVIOLS, Paris, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, Ibérica n°13, 2001, p.183-192.

Angel LOSADA, Juan Ginés de Sepúlveda a través de su « Epistolario » y nuevos documentos, Madrid, C.S.I.C., 1949.

El ayuntamiento de Pozoblanco a publié et édité l’ensemble de l’œuvre de Juan Ginés de Sepúlveda, en version bilingue latin-espagnol, divisé en 17 volumes : Obras completas, Pozoblanco, 1995-2012.

[40]  Juan Ginés de Sepúlveda, Historia de Carlos V. Libros XI – XV, edición crítica, traducción y estudio filológico J. COSTAS RODRIGUEZ y M. TRASCASAS CESARES. Estudio histórico y notas B. CUART MONER, vol. X, Pozoblanco, 2003, p.46.

[41]  Idem, p. 47.

[42]  Voir la Cohortatio ad Carolum V Imperatorem Invictissimum ut, facta eun Christianis pace, bellum suscipiat in Turcas, remise à l’Empereur au moment de son couronnement à Bologne en 1530.

[43]  Op. cit., p. 47.

[44]  Idem, p. 49.

[45]  Idem.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.